FRANCE (Le territoire et les hommes)Un siècle de politique économique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleParis
Unité monétaireeuro (EUR)
Population65 404 000 (estim. 2021)
R.N.B. par habitant (USD)42 290 (2019)

La crise, un révélateur

Chocs pétroliers et difficultés internes

La crise des années 1970 affecte spécialement la France pour de nombreuses raisons.

Sa dépendance énergétique est particulièrement élevée (les importations représentent 75 p. 100 de la consommation d'énergie en 1973), et le franc reste faible, ce qui alourdit considérablement la facture énergétique (largement réglée en dollars) : elle passe de 15 à 152 milliards de francs entre 1973 et 1984. Les tendances inflationnistes, déjà fortes auparavant, s'accentuent encore et la hausse des prix atteint 14 p. 100 en 1974. Le profit des entreprises avait déjà diminué entre 1968 et 1973 ; il chute encore, et leur taux d'épargne passe de 17 p. 100 en 1967 à 14 p. 100 en 1973 et 11 p. 100 en 1979.

Cette constatation rappelle que la crise n'a pas que des origines externes : les difficultés du système tayloriste, le malaise de l'OS, l'endettement des entreprises, la saturation qui apparaît pour certains produits (acier, logements), la fin du baby-boom (l'indicateur de fécondité tombe à 1,8 dans les années 1980) sont autant d'éléments qui contribuent à faire entrer l'économie en crise.

Celle-ci se manifeste, comme ailleurs, par le phénomène de stagflation qui ajoute à l'inflation (10,7 p. 100 par an entre 1973 et 1979) le ralentissement de la croissance : le PIB n'augmente plus que de 2,8 p. 100 annuellement entre les mêmes dates. L'effectif des chômeurs progresse régulièrement, comme de façon inéluctable, franchit la barre du million en 1976 et atteint 1,7 million en mai 1981. L'équilibre commercial est compromis et le déficit devient la règle, sauf en 1975 et en 1978 (tabl. 3).

Économie française dans la crise

Tableau : Économie française dans la crise

L'économie française dans la crise: valeurs moyennes pour les périodes considérées, en pourcentage. Entre parenthèses: moyennes pour l'O.C.D.E. (source: O.C.D.E., «Statistiques rétrospectives»). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Face à cette situation, la politique conjoncturelle semble hésiter. Les premières mesures tardent, à cause de la maladie de Georges Pompidou puis de l'élection présidentielle de 1974, gagnée par Valéry Giscard d'Estaing. Après un bref plan de refroidissement en juin 1974, le programme adopté en 1975 par le Premier ministre Jacques Chirac vise à relancer l'activité grâce à des aides aux entreprises. La croissance se redresse, mais le chômage ne diminue pas et le déficit commercial réapparaît. Aussi, en septembre 1976, Raymond Barre devient-il Premier ministre tout en assumant directement la direction de l'économie et des finances. Il condamne la « politique de l'escarpolette » et met l'accent sur la défense du franc : un franc fort permettra de réduire la facture pétrolière, soutiendra l'internationalisation des entreprises et les forcera à un véritable effort de compétitivité. La France adopte des méthodes inspirées par les théories monétaristes, tel le contrôle de la progression de la masse monétaire selon des normes définies à l'avance. Le second choc pétrolier (1979-1980) compromet pourtant ces efforts et conduit à adopter un second plan Barre, plus orienté vers la création d'emplois.

Choix libéraux et « socialisme rampant »

La présidence de Valéry Giscard d'Estaing aboutit à de nouvelles orientations. L'intervention de l'État est contestée : les entreprises doivent devenir adultes et moins dépendre des administrations. Aussi le VIIe plan (1975-1980) paraît-il peu contraignant, qui met l'accent sur vingt-cinq programmes d'action prioritaire (PAP) ; le VIIIe plan ne comporte même aucune référence chiffrée. Le symbole le plus net de cette volonté de désengagement reste la libération progressive des prix à laquelle s'attache le ministre de l'Économie René Monory.

Le deuxième axe de la nouvelle politique consiste dans l'attention portée aux problèmes des entreprises. La libération des prix vise d'ailleurs à leur permettre de reconstituer leurs marges. Toute une série de mesures concernent plus précisément les PME, comme la réforme de l'Anvar.

Le redéploiement constitue le troisième volet de cette politique. La France n'envisage pas, en effet, de se replier sur elle-même : pour payer l'indispensable pétrole, il faut exporter davantage. Pour ce faire, l'économie française doit s'adapter au nouveau contexte. Michel d'Ornano, ministre de l'Industrie, définit le redéploiement industriel comme « un contenu nouveau à l'effort d'adaptation permanent de l'outil industriel ». Cette stratégie suppose que l'on se désengage d'abord des secteurs condamnés par la concurrence internationale, en particulier les industries de main-d'œuvre comme le textile ; le « théorème de l'OS », énon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages

Médias de l’article

Taux de croissance annuel du P.I.B.

Taux de croissance annuel du P.I.B.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Économie entre 1960 et 1973

Économie entre 1960 et 1973
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Économie française dans la crise

Économie française dans la crise
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'histoire, enseignant en classe préparatoire
  • : maître de conférences en sciences économiques

Classification

Autres références

«  FRANCE  » est également traité dans :

FRANCE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 049 mots

Finistère du continent eurasiatique, ouverte sur le grand large par trois façades maritimes, bénéficiant, par sa situation en latitude qui la place à mi-distance de l'équateur et du pôle Nord, d'un climat tempéré, la France voit alterner sur son territoire les grandes zones de plaines et de plateaux des bassins sédimentaires et fluviaux et les reliefs montagneux situés sur sa périphérie, à l'excep […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

L'Europe centrale et occidentale contraste avec la plupart des autres masses continentales par le compartimentage de son relief et du tracé de son littoral, compartimentage qui traduit celui de sa structure géologique et explique sans doute certains aspects de son développement historique. On peut cependant, malgré les irrégularités de leurs tracés, distinguer de grandes zones, correspondant aux p […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données naturelles

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Estelle DUCOM
  •  • 4 872 mots
  •  • 3 médias

544 435 kilomètres carrés, 65,7 millions d'habitants (2013), telles sont les données majeures de l'espace français, ce qui le classe au 42e rang pour la superficie et au 21e rang pour la population, parmi les États du monde.Dix-neuf fois plus petit que celui des États-Unis, trente-deux fois plus petit que celui de la Russie, le territoire métropolitain […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 953 mots
  •  • 11 médias

Si la Gaule romaine peut apparaître avec le recul des siècles comme une ancêtre de la France, les territoires qui devaient constituer celle-ci ne formèrent que lentement, au cours du Moyen Âge, la préfiguration de son entité nationale. Divisée au lendemain des grandes invasions du v […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

À l'encontre de ce qui fut jadis soutenu par nombre d'historiens, il semble établi aujourd'hui que la monarchie d'Ancien Régime ne connut presque jamais de politique des frontières naturelles. Aux xvie et xviie siècles […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Liberté, égalité, ces deux principes constituent, en 1789, les fondements de l'ordre nouveau, mais plus encore la négation radicale de l'ancien droit français, en ce qui concerne tant la conception de l'État que celle des droits individuels. L'explosion individualiste de la Révolution française a gagné toute l'Europe, tandis qu'elle a profondéme […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dès le début de l'année 1789, alors que se préparait la réunion des États généraux voulue par le roi Louis XVI, on parlait, en France, d'« Ancien Régime ». Les événements ultérieurs donnèrent à l'expression une dimension radicale qu'elle n'avait pas nécessairement dans son principe. Il n'empêche que la période qui s'ouvre en 1789 fut bien d'abord marq […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 6 686 mots
  •  • 7 médias

La France libérée en 1945 est un pays en ruine, usé par une décennie de crise économique puis cinq années d'occupation. Or, durant la seconde moitié du xxe siècle, elle va connaître une spectaculaire mutation de ses structures économiques, sociales, politiques, culturelles, entraînant des transformations de l'existence quotidienne des Français comme l […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Qu'est ce que le droit français ? Si les enseignants spécialisés dans une branche particulière de ce droit n'éprouvent pas le besoin de répondre à une telle question, une présentation générale de cet « objet scientifique » nécessite quelques préalables méthodologiques. Les juristes positivistes considèrent qu'à chaque État correspond – et même s'identifie – un […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Pour rendre compte de l'évolution d'une langue, le linguiste distingue traditionnellement deux sortes de facteurs : des facteurs internes, c'est-à-dire des mécanismes de changements proprement linguistiques, dus aux modifications et au réaménagement des systèmes, et des facteurs externes, à savoir les modifications de la société, des techniques, etc., ainsi que les événements historiques. Ces caus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal GAUCHON, Philippe LÉGÉ, « FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-le-territoire-et-les-hommes-un-siecle-de-politique-economique/