FRANCEL'année politique 2018

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une droite française qui se cherche

Malmené dans les sondages, le parti Les Républicains (LR) semble payer le prix du manque de clarté de sa ligne idéologique qui chasse trop, aux goûts de certains, sur les terres de l’extrême droite. Son président Laurent Wauquiez est de plus en plus contesté à l’intérieur du parti pour ses discours eurosceptiques, sa critique de la politique migratoire française et européenne, et sa défense des valeurs dites « traditionnelles ». En fin d’année, certains de ses lieutenants (Éric Ciotti, la porte-parole de LR Lydia Guirous) n’hésitent pas à accuser le pacte de Marrakech (pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, approuvé en décembre lors d’une conférence internationale de l’ONU et qui n’a pas de valeur juridiquement contraignante sur la politique des États) de créer un « appel d’air migratoire », interprétation proche de celles de l’extrême droite. Quant à l’attitude ambiguë de Laurent Wauquiez au cours de la crise des « gilets jaunes », hésitant entre soutien et condamnation de la violence des « casseurs », elle suscite une certaine incompréhension parmi l’électorat de la droite classique.

La mauvaise prestation de Marine Le Pen lors du débat d’entre-deux-tours de l’élection présidentielle de 2017 avait affaibli le Front national. Mais celui-ci, rebaptisé Rassemblement national (RN) le 1er juin, affiche toujours de bons scores dans les sondages. En fin d’année, il semble être le seul parti à profiter de la crise des « gilets jaunes » dans les intentions de vote. Malgré sa complaisance envers le régime russe de Vladimir Poutine et son affichage en mars avec l’ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon (proche de l’extrême droite américaine), Marine Le Pen continue de bénéficier de la vague « populiste » qui traverse à des degrés divers les pays européens. En octobre, elle est reçue par Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur italien et dirigeant de la Ligue. Elle semble avoir endigué les contestations à l’intérieur de son parti. Mais Marion Maréchal, pour l’instant retirée de la politique, continue de vouloir peser idéologiquement sur la droite française, notamment grâce à l’école qu’elle inaugure en juin à Lyon et qu’elle dirige : l’Institut des sciences sociales économiques et politiques (ISSEP), dont les cours sont destinés à la « jeunesse conservatrice ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Alexandre Benalla devant la commission d’enquête du Sénat, 2018

Alexandre Benalla devant la commission d’enquête du Sénat, 2018
Crédits : Alain Jocard/ AFP

photographie

Célébration du centenaire de l’armistice de 1918 à Paris

Célébration du centenaire de l’armistice de 1918 à Paris
Crédits : Peter Klaunzer/ Keystone/ EPA-EFE

photographie

Mouvement des « gilets jaunes », 2018

Mouvement des « gilets jaunes », 2018
Crédits : Serge Goujon (en haut), Mo Wu (en bas)/ Shutterstock.com

photographie

Dégradation d’une statue du musée de l’Arc de triomphe lors d’une manifestation des « gilets jaunes », 2018

Dégradation d’une statue du musée de l’Arc de triomphe lors d’une manifestation des « gilets jaunes », 2018
Crédits : Sathiri Kelpa/ SOPA Images/ LightRocket/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

11-20 février 2019 France. Regain de l'antisémitisme.

 100 en 2018, après deux années de baisse. Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier, dénonce, « au-delà de l’antisémitisme islamiste, […] la résurgence d’une extrême droite identitaire virulente ». Il estime que « le mouvement des “gilets jaunes” contribue à une hausse des chiffres sur les dernières semaines de l’année » 2018. […] Lire la suite

1er-22 décembre 2018 France. Poursuite du mouvement des « gilets jaunes ».

Le 1er, les « gilets jaunes », qui occupent les ronds-points dans tout le pays depuis novembre pour réclamer une augmentation du pouvoir d’achat, manifestent dans les grandes villes pour le troisième samedi consécutif. Le nombre de participants s’élève à cent trente-six mille. À Paris, les rassemblements sont marqués par de violentes altercations entre forces de l’ordre et manifestants, auxquels se mêlent des militants d’extrême droite et d’extrême gauche, et par de nombreuses déprédations dans certains quartiers aisés. […] Lire la suite

29 juillet 2018 Cambodge. Élections législatives.

Le Parti du peuple cambodgien du Premier ministre Hun Sen remporte la totalité des 125 sièges de l’Assemblée nationale avec 76,9 p. 100 des suffrages. Le taux de participation de 83 p. 100 illustre l’échec de l’appel au boycottage du scrutin lancé par l’opposition. Le Parti du salut national du Cambodge (PSNC), principal parti d’opposition, avait obtenu 55 sièges aux élections de juillet 2013. […] Lire la suite

9 juillet 2018 France. Discours du président Emmanuel Macron devant le Congrès.

Le président Emmanuel Macron prononce un discours de politique générale devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès à Versailles, comme il a prévu de le faire chaque année. Les élus de La France insoumise et quelques élus des Républicains boycottent la réunion, dénonçant la dérive monarchique du pouvoir. À ce sujet, le chef de l’État annonce son intention d’introduire dans la réforme constitutionnelle un amendement lui permettant d’assister au débat qui suit son intervention et de répondre aux questions des parlementaires. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2018 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2018/