FRANC-MAÇONNERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La franc-maçonnerie, société mythogène

La maçonnerie a été et demeure le creuset de bien des mythes. Parce qu'elle manifeste une propension peu commune à drainer tout ce que l'homme occidental a investi dans sa mythologie moderne, parce que ce phénomène s'est déroulé principalement au xviiie siècle, sans s'arrêter cependant par la suite, la maçonnerie va vivre un singulier développement de ses rituels qui va de pair avec un foisonnement mythographique impressionnant ou, selon l'expression de Gilbert Durand, une « énorme minière mythologique. »

De la symbolique de la construction, qui est première, on est passé avec aisance à la symbolique biblique et à la symbolique du temple, et de celle-ci à l'univers templier. Font aussi irruption l'imaginaire rosicrucien qui, depuis Descartes, enflamme des esprits qui se disent éclairés et l'imaginaire christique, dans sa tradition la plus mystique et parfois la plus hérétique. À partir de la seconde moitié du xixe siècle, la marche du progrès tente d'écraser l'obscurantisme religieux, en vain. Il n'empêche, la maçonnerie, qui est bonne fille, accueille le progrès à bras ouverts, en même temps qu'elle continue à nourrir ses enfants égarés dans les eaux troubles du sentiment religieux. Le mythe du progrès a beau se lézarder de toutes parts, la maçonnerie continue aujourd'hui à en entretenir la flamme.

Puis, à la charnière des xixe et xxe siècles, le maçon et historien des religions belge Eugène Goblet d'Alviella revoit les rituels et les historicise, faisant de la lutte contre l'ignorance le combat de sa vie. Goblet construit une sorte d'encyclopédie des religions, une propédeutique pour des maçons antireligieux ignorant tout des relations des hommes avec leurs dieux. En passant, Oswald Wirth donnera une coloration alchimique au scénario initiatique tandis qu'on tentera par la suite de se débrouiller avec tout ce fatras ésotérico-religieux qui encombre une trop courte mémoire, trop rapidement laïcisée ou sécularisée.

Dire de la maçonnerie qu'elle est une société mythogène, c'est d'abord tente [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Écrit par :

  • : historien de la franc-maçonnerie, président de l'institut maçonnique de France
  • : docteur en philosophie et lettres, directeur de la chaire Théodore-Verhagen de l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  FRANC-MAÇONNERIE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 577 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La formation et le statut de l'architecte au Moyen Âge »  : […] De nombreux manuscrits du Moyen Âge appellent Dieu l'Architecte de l'Univers. Quelle preuve éclatante de la valeur intrinsèque qui s'attachait alors à l'art de concevoir un édifice et de l'élever ! Toutefois, la profession d'architecte est restée longtemps anonyme, régie par des règles, certes, mais laissant dans l'ombre les individualités. Rares sont au haut Moyen Âge les architectes dont les no […] Lire la suite

ARITHMOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 843 mots

Moyen de connaissance ésotérique ou suprarationnelle, l'arithmosophie, ou science symbolique des nombres, considère non les nombres arithmétiques mais les nombres symboles, jugeant que les premiers ne possèdent pas de lien intérieur avec l'essence des objets auxquels ils se rapportent, tandis que les seconds, doués de signification ou de force symbolique, expriment une union essentielle qu'ils ont […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une élite au pouvoir »  : […] Pendant les premières années de l'indépendance belge, la nécessité de protéger le jeune État contre les prétentions néerlandaises et de le consolider sur le plan intérieur permit le maintien de l'unionisme (collaboration des catholiques et des libéraux). Mais les oppositions en matière de philosophie politique ne tardèrent pas à réapparaître au premier plan. Le nouvel État était né d'un rêve de li […] Lire la suite

BUONARROTI PHILIPPE (1761-1837)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 587 mots

Né à Pise d'une noble famille toscane justement fière d'avoir donné au monde Michel-Ange, Philippe Buonarroti fait à l'université de Pise de bonnes études littéraires et juridiques. Fervent admirateur de Rousseau, il publie un journal, Gazetta universale , ce qui le fait attentivement surveiller par la police toscane. Franc-maçon, il est affilié aux Illuminés de Bavière (dont les options rationali […] Lire la suite

CAGLIOSTRO GIUSEPPE BALSAMO dit ALEXANDRE comte de (1743-1795)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 425 mots

Se produisant à Londres (1777), à Mitau et à Saint-Pétersbourg (1779), puis à Varsovie (1780), Joseph Balsamo, alias comte de Cagliostro, stupéfie l'Europe par ses cures merveilleuses, par ses connaissances alchimiques, par ses évocations d'esprits, par sa magie cérémonielle. On le voit surgir à Strasbourg (1780), un des hauts lieux du mysticisme en cette fin du siècle ; il y trouve des amis fidèl […] Lire la suite

CARBONARISME ou CHARBONNERIE

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 082 mots

Société secrète, répandue dans divers États européens pendant le premier tiers du xix e siècle, particulièrement en Italie, où elle suscite les débuts du Risorgimento national. En raison même de sa nature, de la fragmentation de ses structures et de ses localisations, la charbonnerie (appellation française ; les membres italiens de l'organisation se nomment carbonari ) demeure mal connue. On a éc […] Lire la suite

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Développement du choral hors de l'Église luthérienne »  : […] En France, ainsi qu'on l'a vu, le psaume devient l'analogue du choral, sans en avoir pourtant la valeur liturgique. Contrairement à Luther, en effet, Calvin n'était pas partisan des cérémonies liturgiques, mais des réunions de prières. Le psaume n'a donc pas le développement formel et organistique du choral ; tout au plus est-il harmonisé en vue des réunions pieuses, principalement par Loys Bourg […] Lire la suite

COURT DE GÉBELIN ANTOINE (1725-1784)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 911 mots

Fort oublié de nos jours, Antoine Court, dit « de Gébelin », fut en son temps un savant respecté. La postérité en jugea autrement, qui voit en lui un encyclopédiste manqué et un mystificateur involontaire. Si son apport à la phonologie balbutiante est reconnu, son principal titre de gloire reste d'avoir jeté les bases d'une lecture ésotérique du tarot. On ne sait au juste ni où ni quand Antoine Co […] Lire la suite

DIAGNE BLAISE A. (1872-1934)

  • Écrit par 
  • Stéphanie SOUBRIER
  •  • 1 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les débuts d’un fonctionnaire colonial »  : […] Galaye M’Baye Diagne est né le 13 octobre 1872 sur l’île de Gorée, au Sénégal. Il est le fils de Niokhor Diagne et de Gnagna Preira, tous deux domestiques. Très tôt, il entre au service d’une famille de métis respectés et influents, les Crespin, qui le prénomment Blaise. Selon une coutume répandue, il est adopté par Adolphe Crespin, qui se charge de son éducation. Ses bons résultats scolaires lui […] Lire la suite

ÉCOSSAIS RECTIFIÉ RITE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 092 mots

La franc-maçonnerie, dite « spéculative » depuis le début du xviii e  siècle, comporte actuellement diverses obédiences, chacune comprenant à son tour un certain nombre de loges. Les loges d'une même obédience ne travaillent pas nécessairement toutes suivant le même rite (ou « rit », ou « régime ») : parmi ces rites figurent notamment le rite écossais rectifié, le rite d'York, le rite écossais anc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger DACHEZ, Luc NEFONTAINE, « FRANC-MAÇONNERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/franc-maconnerie/