FORBIDDEN HOLLYWOOD (rétrospective)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fascination du gouffre 

Meurtri par le krach de Wall Street et ému par l’avènement du parlant, le public du cinéma, divertissement bon marché, n’était guère attiré par les discours moralisateurs. Le code restant consultatif, son respect fut des plus lâches. De 1930 à 1933, les nouvelles icônes furent le gangster (Edward G. Robinson, James Cagney, Paul Muni) et la femme libérée (Norma Shearer, Jean Harlow, Barbara Stanwyck). D’autres menaces de boycott s’élevèrent alors et des pressions s’exercèrent en vue de l’établissement d’une censure nationale. Préférant l’autocensure à une loi imposée, la profession mit en place un véritable code, beaucoup plus strict, prévoyant de lourdes pénalités en cas de non-respect : le Production Code (que l’on désigna par « code Hays », l’associant abusivement à Will Hays). De 1934 à 1954, Joseph Breen, à la tête du PCA (Production Code Administration), installé à Los Angeles, en était la véritable autorité. Ses collaborateurs siégeaient dans les conseils d’administration ou intervenaient dès l’achat de droits ou dès les conférences de production, afin d’éviter un veto tardif sur un film achevé.

Huit des dix films de la rétrospective sont focalisés sur des personnages féminins : l’héritière désinhibée (A Free Soul), la « chercheuse d’or » cynique (Red Headed Woman, Baby Face), la femme d’affaires (Female), la bourgeoise encanaillée (Jewel Robbery), la prolétaire dure à cuire (Night Nurse) ou victime (Employees Entrance), la prostituée à la sexualité affichée (Red Dust). Prépondérantes dans le Hollywood du muet, les femmes écrivains ou scénaristes avaient conservé une importance notable dans les années 1930, quand le public décisionnaire était majoritairement féminin. Trois titres adaptent des romans écrits par des femmes (Night Nurse, A Free Soul, Red Headed Woman) et trois autres comptent une femme parmi les scénaristes (Baby Face [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, membre du comité de rédaction de la revue Positif

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « FORBIDDEN HOLLYWOOD (rétrospective) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/forbidden-hollywood-retrospective/