FLEXION, grammaire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Modification morphologique d'un mot variable par l'affixation à sa finale de désinences exprimant les catégories grammaticales. On parle également, par extension, de flexion interne en présence d'alternances internes au radical du mot.

—  Nicole QUENTIN-MAURER

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FLEXION, grammaire  » est également traité dans :

ABLATIF

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 358 mots

Dans les langues à flexion, l'ablatif est une forme marquée dont les valeurs syntaxiques sont diverses. Les grammairiens de l'Antiquité lui avaient donné ce nom issu du radical latin qui signifie « ôter » dans la mesure où ils étaient sensibles à l'un de ses principaux rôles, celui de désigner une opération d'extraction ; des emplois souvent voisins, sémantiquement, rappellent cette fonction essen […] Lire la suite

ACCORD, grammaire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 269 mots

On désigne par accord, en grammaire, la co-occurrence de marques intervenant, dans les langues flexionnelles, entre des unités de la phrase reliées entre elles par une cohésion grammaticale. Les règles d'accord sont très différentes selon qu'on les examine dans le code oral ou dans le code écrit : dans ce dernier cas, elles manifestent un certain degré de redondance, alors que la langue parlée uti […] Lire la suite

ACCUSATIF, grammaire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 108 mots

Dans une langue à flexion, l'accusatif est le cas qui s'oppose de façon minimale au nominatif : alors que celui-ci renvoie à l'origine du procès, l'accusatif exprime la position syntaxique du deuxième argument de la fonction verbe, lorsqu'il s'agit d'un transitif. L'emploi s'en est étendu à des prépositionnels aux diverses valeurs logiques et même à certains arguments circonstanciels avec le degré […] Lire la suite

CAS, grammaire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 204 mots

Dans les langues flexionnelles, chacune des marques morphologiques, dont l'ensemble est appelé flexion , et qu'on assigne à toute catégorie grammaticale faisant partie du syntagme nominal ou le représentant. Ce phénomène constitue le caractère formel et repérable de la rection , ou ensemble des rapports syntaxiques des éléments d'une construction, dont les cas contribuent à marquer la structure, o […] Lire la suite

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 098 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le nom »  : […] Il est le plus souvent soumis à la flexion, avec un nombre de cas variant de deux à plusieurs dizaines. Les langues du N.O. sont à cet égard moins riches : l'abkhaze et l'abaza ont perdu la déclinaison, le tcherkesse et l'oubykh n'ont que deux cas : le cas « direct », sans désinence, et le cas « oblique », marqué par un suffixe. En C.S., il y a de cinq à sept cas, plus des post-positions locales. […] Lire la suite

DÉSINENCE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 120 mots

En grammaire, la désinence est un élément variable qui s'ajoute au radical ou au thème d'un mot pour réaliser chacune des formes d'une flexion. Le terme n'est pas dans l'usage linguistique car on considère aujourd'hui comme artificiel de rassembler sous des critères apparemment formels des individus morphologiques aussi disparates que les marques de personnes, de cas, lorsqu'elles existent, de nom […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Création lexicale et fixation progressive »  : […] Pour remplir ces fonctions nouvelles de langue écrite, le vocabulaire doit se développer : le moyen français constitue la période de création lexicale la plus intense de l'histoire de notre langue : le mouvement commence dès le xiv e siècle. D'après les analyses statistiques de P. Guiraud portant sur 20 000 mots souches actuellement vivants, 22 p. 100 remontent à l'ancien français, 43 p. 100 sont […] Lire la suite

GÉNITIF, grammaire

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 229 mots

Cas de la flexion dont le nom provient du fait qu'il permet d'identifier de façon certaine ( casus genitivus , cas qui engendre) la base morphologique du thème. Le génitif est donc le seul cas à ne pas englober sous sa dénomination l'indication des fonctions syntaxiques qu'il assume par rapport au reste de la phrase. Celles-ci dépendent d'ailleurs beaucoup de la totalité du système flexionnel et […] Lire la suite

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Principaux caractères morphologiques et syntaxiques »  : […] Le caractère essentiel de la morphologie consistait en un système flexionnel très riche – où les mots étaient fléchis, à l'exception des mots-outils, invariables – et en une distinction précise entre le verbe et le nom. Chaque mot indo-européen fléchi se composait d'au moins deux morphèmes : la racine et la désinence. Entre ces éléments pouvaient se greffer un ou plusieurs suffixes. Chacun de ces […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 184 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morphologie »  : […] La morphologie est l'étude de la formation des mots et de leurs variations. Dans une langue comme le français, certains mots sont simples (« maison »), d'autres sont complexes (« maisonnette »), certains sont invariables (« pour », « et »), d'autres sont variables (« cheval/chevaux »). La variation dans la forme des mots procède de la flexion, lorsque certains éléments non autonomes, appelés dési […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole QUENTIN-MAURER, « FLEXION, grammaire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/flexion-grammaire/