FIGURATION LIBRE, mouvement artistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression « figuration libre » a été forgée au cours de l'été de 1981 par l'artiste Ben qui avait invité Robert Combas et Hervé Di Rosa à exposer dans sa galerie de Nice (2 Sétois à Nice). Cette appellation qui, un an plus tard, désignera une vingtaine d'artistes des années 1980, s'est finalement restreinte à quatre protagonistes, tous peintres : Rémi Blanchard, François Boisrond, Robert Combas, Hervé Di Rosa. Ils seront rejoints par le photographe Louis Jammes en 1984 et par le sculpteur Richard Di Rosa (dit Buddy) en 1985.

En octobre 1982, la galerie Swart d'Amsterdam organise la première présentation du « groupe des quatre » (Figuration libre. Blanchard, Boisrond, Combas, Di Rosa). À la suite des expositions des galeries Eva Keppel (Düsseldorf) et Pellegrino (Bologne), et surtout à partir de l'importante manifestation aux Pays-Bas du Groningen Museum (1983), ces artistes accèdent rapidement à une reconnaissance internationale. Le groupe se caractérise par son rejet radical de l'art intellectuel qui avait dominé la décennie précédente. Par la violence des couleurs et sa volonté « figurative », cette démarche rejoint les positions contemporaines de la Transavangardia italienne (Sandro Chia, Enzo Cucchi, Francesco Clemente...) et des « nouveaux fauves » allemands (Rainer Fetting, Salomé, Luciano Castelli, Helmut Middendorf...). Les peintres français se distinguent pourtant assez sensiblement de ces mouvements en défendant une peinture « rigolote, libre et décontractée », inspirée des bandes dessinées, des imageries populaires et de la culture rock.

Robert Combas et Hervé Di Rosa sont originaires de Sète. C'est dans cette ville qu'ils créeront en 1979, en compagnie de Catherine Brindel (Ketty), la revue Bato, « œuvre d'art assemblagiste et collective ». Parallèlement, Robert et Ketty forment avec Buddy (le frère d'Hervé), un groupe de rock, Les Démodés, qui connut un succès d'estime dans le sud de la France. Alors que Combas poursuit ses études à l'école des Beaux [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification


Autres références

«  FIGURATION LIBRE, mouvement artistique  » est également traité dans :

COMBAS ROBERT (1957-    )

  • Écrit par 
  • Bernard MARCADÉ
  •  • 1 112 mots

au musée de Saint-Étienne, qui rend compte des nouvelles tendances de l'art contemporain. Partie prenante de la mouvance de la Figuration libre (en compagnie des frères Di Rosa, de Boisrond et de Blanchard), c'est à Düsseldorf et à Amsterdam que Combas réalisera ses premières expositions personnelles. Sa peinture, influencée par les univers de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-combas/#i_27057

LAMARCHE-VADEL BERNARD (1949-2000)

  • Écrit par 
  • Christian GATTINONI
  •  • 773 mots

Schwitters, Emil Nolde et Franz Marc. Cette paternité moderniste permet à Lamarche-Vadel de s'affirmer écrivain contemporain dans la proximité de Thomas Bernhard. Si ce dernier s'inspirait de Maîtres anciens, Lamarche-Vadel s'attache à accompagner ses contemporains de L'Atelier français, dès les années 1970, au service de la Figuration libre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-lamarche-vadel/#i_27057

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « FIGURATION LIBRE, mouvement artistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/figuration-libre-mouvement-artistique/