COMBAS ROBERT (1957-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre Robert Combas est né à Lyon en 1957. Après des études à Sète et à l'école des Beaux-Arts de Montpellier, il accède très vite à la notoriété, puisqu'il participe, dès 1980, à l'exposition Après le classicisme, organisée au musée de Saint-Étienne, qui rend compte des nouvelles tendances de l'art contemporain. Partie prenante de la mouvance de la Figuration libre (en compagnie des frères Di Rosa, de Boisrond et de Blanchard), c'est à Düsseldorf et à Amsterdam que Combas réalisera ses premières expositions personnelles. Sa peinture, influencée par les univers de la bande dessinée et du rock, revendique son caractère populaire. Après les rétrospectives au musée des Sables-d'Olonne (1985) et au musée de Saint-Étienne (1986), après son hommage à Toulouse-Lautrec au musée d'Albi (1990), Combas aborde dans sa peinture les territoires de la spiritualité et de l'ésotérisme, comme en témoignent l'exposition Du simple et du double au musée d'Art moderne de la Ville de Paris (1993), les rétrospectives Fantaisies héroïques à Sérignan (1996), Savoir-faire au musée d'Art de Séoul (Corée du Sud, 2006) et Greatest Hits au musée d'Art contemporain de Lyon (2012).

Prise dans le courant de la Figuration libre, la peinture de Robert Combas fut l'objet de débats passionnés au tournant des années 1980. À plus d'un titre cependant, cette œuvre protéiforme se distingue du « retour à la peinture » qui caractérise cette époque. Robert Combas s'est toujours méfié des étiquettes que l'on a posées sur son art. De la Figuration libre, il ne conserve que l'épithète « libre » ; de l'art brut, il ne conserve que « brut ». De l'art brut, il revendique la pureté ; de la Figuration libre, l'impureté.

Plus que de retour, il faudrait parler ici de réactivation de zones d'intensités oubliées. La peinture de Combas développe en effet, sur un mode particulièrement original, des préoccupations qui constituent des données fondamentales de la culture et de la sensibilité populaires. Aujourd'hui, il est possible de voir comme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification


Autres références

«  COMBAS ROBERT (1957- )  » est également traité dans :

ROBERT COMBAS, GREATEST HITS (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 969 mots

Apparue sur la scène artistique parisienne au début des années 1980, l'œuvre de Robert Combas a rapidement fait l'objet d'une série d'expositions personnelles. Cependant, devant la surabondance de la production de l'artiste, ces manifestations ne pouvaient être que fragmentaires. Du 24 février au 17 juillet 2012, Thierry Raspail, responsable du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-combas-greatest-hits/#i_11222

FIGURATION LIBRE, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Bernard MARCADÉ
  •  • 992 mots

L'expression « figuration libre » a été forgée au cours de l'été de 1981 par l'artiste Ben qui avait invité Robert Combas et Hervé Di Rosa à exposer dans sa galerie de Nice (2 Sétois à Nice). Cette appellation qui, un an plus tard, désignera une vingtaine d'artistes des années 1980, s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figuration-libre-mouvement-artistique/#i_11222

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « COMBAS ROBERT (1957-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-combas/