ROCK FESTIVALS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les festivals américains de rock tirent leur origine des festivals de jazz organisés à Newport (Rhode Island) à partir de 1954 et à Monterey (Californie) à partir de 1958. Alors que la musique folk connaît un regain de faveur à la toute fin des années 1950, avec l'émergence d'un folk revival, le festival de Newport décide d'ajouter ce courant à sa programmation, jusqu'alors spécifiquement jazzistique, encourageant ainsi l'émergence de manifestations similaires à travers les États-Unis. Le premier festival folk de Newport (Newport Folk Festival) se tient en juillet 1959. En 1965, ce festival accepte de laisser le Blues Band de Paul Butterfield accompagner Bob Dylan, déclenchant une vaste controverse sur l'utilisation des instruments électriques.

On peut dire que tous les festivals de rock tirent leurs racines des premiers temps de la scène musicale de San Francisco, et plus précisément de l'organisation, en 1965, à l'Ark, un club de Sausalito, d'un spectacle de bienfaisance, bientôt imité par le promoteur Bill Graham, qui montera cette même année des happenings hippies avec la San Francisco Mime Troupe et sera à l'origine du Fillmore West de San Francisco et du Fillmore East de New York. La plupart des rockers travaillant de façon indépendante vers le milieu des années 1960, ces festivals se distinguent d'événements plus anciens, comme la Cavalcade of Stars durant laquelle Dick Clark présentait généralement des chanteurs solistes ou des groupes vocaux accompagnés par un seul et unique orchestre.

En 1967, le festival pop de Monterey (Monterey Pop Festival), organisé sur le même site que le festival de jazz de cette ville, est le premier grand festival de rock, mais son échec logistique, financier et commercial dissuade les promoteurs américains de monter des événements similaires, jusqu'au festival de Woodstock (Woodstock Music and Art Fair), en 1969. Comme Woodstock, les festivals de rock ultérieurs se solderont le plus souvent par un échec commercial et aucun ne parviendra à maintenir, comme les festivals de jazz, une édition annuelle. Le concert désastreux donné le 6 décembre 1969 par les Rolling Stones sur le circuit automobile d'Altamont, à Livermore, près de San Francisco, au cours duquel un jeune Noir meurt poignardé par un Hell's Angel et plusieurs autres personnes sont tabassées, ne fera rien pour améliorer la réputation des événements rocks. L'argument financier est également un frein majeur à leur organisation. Les promoteurs, en effet, ne rémunèrent pas toujours les groupes qui se produisent. Dans de telles conditions, la plupart de ces derniers, qui savent qu'ils peuvent espérer attirer une foule nombreuse, préfèrent organiser leurs prestations par leurs propres moyens. Seul un promoteur respecté comme Bill Graham, qui monte le festival (Summer Jam) de Watkins Glen, dans l'État de New York, qui se tient le 28 juillet 1973, réussit à attirer des stars, comme The Grateful Dead, The Band et The Allman Brothers. C'est d'ailleurs encore Graham qui trouvera, deux ans plus tard, la formule magique en montant les spectacles Day on the Green au Coliseum d'Oakland, en Californie : cet événement, organisé dans un espace clos, permettra en effet de mieux contrôler les accès ainsi que les ventes illégales d'alcool et de stupéfiants.

Après Woodstock, seul le festival pop d'Atlanta, en Georgie (Atlanta International Pop Festival), qui se tiendra en 1969 et en 1970, fera date dans l'histoire du rock : en complétant sa programmation par des groupes locaux, il allait donner un nouvel élan au rock sudiste dans les années 1970. Les festivals américains de rock voient leur popularité décliner à partir de 1975 et ne reviendront au goût du jour que dans les années 1990, grâce à Perry Farrell : le leader du groupe Jane's Addiction concocte en effet une formule à succès inspirée du concept de Day on the Green et propose de faire tourner le festival Lollapalooza à travers les États-Unis. Il fait ainsi connaître le rock alternatif au plus grand nombre en mêlant petites et grandes scènes à des stands d'associations politiques et culturelles. Le festival Lilith Fair, cent pour cent féminin, reprendra ce concept avec succès à la fin des années 1990.

En Europe, les festivals de rock ont une tout autre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROCK FESTIVALS DE  » est également traité dans :

MONTEREY FESTIVAL DE

  • Écrit par 
  • Ed WARD
  • , Universalis
  •  • 367 mots

Organisé du 16 au 18 juin 1967, le festival pop de Monterey (Monterey Pop Festival) fut le premier festival « commercial » de rock à se tenir aux États-Unis. Reprenant le concept du festival de jazz créé en 1958 à Monterey, Lou Adler, patron du label discographique Dunhill Records, et John Phillips, guitariste du groupe vocal de folk-pop The Mamas and the Papas, décidèrent d'organiser un festival […] Lire la suite

WOODSTOCK

  • Écrit par 
  • Ed WARD
  • , Universalis
  •  • 581 mots

Rassemblement mythique des années 1960, le festival de rock de Woodstock (plus précisément Woodstock Music and Art Fair) se tint sur une propriété agricole de Bethel, dans l'État de New York, du 15 au 17 août 1969. Dépourvus de toute expérience, ses quatre promoteurs parviendront néanmoins à réunir le gratin de la scène rock, notamment Jimi Hendrix, Sly and The Family Stone, The Who, The Grateful […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ed WARD, « ROCK FESTIVALS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/festivals-de-rock/