DE ROBERTO FEDERICO (1866-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain italien né à Naples et mort en Sicile (à Catane), où il a passé une grande partie de sa vie, Federico De Roberto passe pour un des représentants les plus caractéristiques du vérisme italien, avec Giovanni Verga et Luigi Capuana. Son chef-d'œuvre, Les Vice-Rois (I Viceré, 1894), est une vaste chronique de l'histoire sicilienne du xixe siècle, des premiers mouvements insurrectionnels contre les Bourbons aux décennies qui suivent l'unification de l'Italie. On y voit, à travers trois générations, la décadence des Uzeda di Francalanza, une famille de vieille noblesse installée à Catane depuis le xviiie siècle. De deuil en deuil, de malheur en malheur, se dégage progressivement du roman le tableau plein de pessimisme d'une série de bouleversements familiaux et historiques qui, en fin de compte, ne changent rien aux structures sociales millénaires de la Sicile. Simplement, comme le dit un membre de la famille devenu premier député de Catane au Parlement italien, à l'ancienne domination fondée sur l'argent, la violence et l'ignorance des masses s'en est substituée une autre fondée sur la prévarication et les faux-semblants.

Si, par leur matière, ils se situent dans le prolongement direct des Malavoglia et de Mastro Don Gesualdo, les deux chefs-d'œuvre de Verga, Les Vice-Rois, de l'aveu même de leur auteur, marquent une étape nouvelle dans l'évolution du vérisme italien. « Vingt ans de psychologisme et de naturalisme ont épuisé bien des sujets », écrit-il ; « le lecteur qui ouvre un livre pour le lire et non pour le disséquer et le critiquer, dans tous les romans modernes, et particulièrement dans les romans dits psychologiques, retrouve toujours à peu de chose près la même cuisine, le même thème et s'en lasse ; et de son point de vue, il a raison. Aussi je crois qu'il n'y a pas de salut hors du roman de mœurs, et le roman que je m'apprête à publier est un roman de mœurs : Les Vice-Rois. » Au lyrisme discret mais constant de Verga succède chez De Roberto un style plus impersonnel, d'une sécheresse analytique sans chaleur humaine qu'on lui a parfois reprochée. Au point de vue spécifiquement régional de Verga, Les Vice-Rois substituent une perspective plus ample, dans laquelle les problèmes siciliens acquièrent une résonance nationale. Le petit monde sicilien des Malavoglia et de Mastro Don Gesualdo prend ainsi, sous la plume scrupuleuse et sévère de De Roberto, une dimension véritablement historique ; et c'est en ce sens que l'on a pu dire des Vice-Rois qu'ils étaient plus un roman historique qu'un roman proprement vériste.

—  Paul LARIVAILLE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DE ROBERTO FEDERICO (1866-1927)  » est également traité dans :

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le masochisme »  : […] À côté de la solution utopique (Dante), de la solution réaliste (Machiavel), il existe une troisième manière de conjurer le sentiment précaire de la vie. Elle consiste à tirer une jouissance du sein même du malheur, à se délecter de ce qui fait souffrir. Le masochisme est le trait le plus spécifique de la grande culture italienne. En plein milieu du xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_2631

VÉRISME

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER, 
  • Angélique LEVI
  •  • 5 009 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Naturalisme et vérisme, une filiation contestée »  : […] Si les Français ignorent souvent le vérisme et les quelques authentiques chefs-d'œuvre qu'il a produits, ou ne le considèrent qu'a travers son expression musicale, la critique italienne de son côté a fait montre d'un certain provincialisme, pour ne pas dire de chauvinisme, dans ses jugements sur les rapports du mouvement avec le naturalisme. Les uns méconnurent les mérites du naturalisme pour mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verisme/#i_2631

Pour citer l’article

Paul LARIVAILLE, « DE ROBERTO FEDERICO - (1866-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-de-roberto/