BAROCCI FEDERICO, dit BAROCCIO ou LE BAROCHE (1535 env.-1612)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après un bref apprentissage à Urbin, près de Battista Franco et de Bartolomeo Genga, son oncle, Barocci part pour Rome, et c'est là qu'il découvre les œuvres de son grand compatriote, Raphaël. Il travaille près des Zuccaro, notamment aux fresques du Belvédère (Histoire de Moïse, 1563). Mais ses œuvres suivantes (la Madone du peuple, peinte en 1574 pour la Pieve d'Arezzo, aujourd'hui aux Offices, Florence ; la Vision de saint Sébastien, cathédrale de Gênes) montrent qu'il puise à d'autres sources — Daniele da Volterra, les Vénitiens, et surtout Corrège — pour exprimer une émotion personnelle, dans un registre tour à tour intime ou passionné, et pour animer la composition dans une gamme colorée qui lui est propre. Ces influences diverses forment les composantes d'un style estompé, fondu, vibrant d'un chromatisme aux harmonies singulières (Déposition de croix, à Senigalia, 1582, la Circoncision, au Louvre, l'Annonciation, Pinacothèque du Vatican). Sa sensibilité aux nuances de la couleur, aux subtilités des contours et du mouvement donne une grande qualité à ses dessins (pour lesquels il utilise souvent le pastel). Barocci fut également un portraitiste pénétrant. Par tous ces aspects, il occupe une place à part dans l'évolution du maniérisme et il annonce, en fait, la grande peinture baroque.

La Circoncision, F. Barocci

La Circoncision, F. Barocci

photographie

Federico BAROCCI, La Circoncision, 1590. Huile sur toile, 356 cm × 251 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAROCCI FEDERICO, dit BAROCCIO ou LE BAROCHE (1535 env.-1612)  » est également traité dans :

URBIN

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 2 459 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les monuments d'Urbin »  : […] Tandis que la construction du palais était en cours, l'art de la Renaissance put s'exprimer aussi dans d'autres monuments. On mentionnera en particulier le palais Passionei et l'ancien hôpital della Misericordia (qui se rattachent encore à l'esprit de Luciano Laurana), l'ancien couvent de Santa Chiara, le petit palais Lucciarini et le couvent de San Bernardino, certainement élevés d'après des proj […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « BAROCCI FEDERICO, dit BAROCCIO ou LE BAROCHE (1535 env.-1612) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-barocci/