Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FAYṢĀL Ier (1885-1933) roi d'Irak (1921-1933)

Homme d'État arabe, leader nationaliste et roi d'Irak (1921-1933), né le 20 mai 1885 à La Mecque, mort le 8 septembre 1933 à Berne.

Faysal est le fils de Husayn ibn 'Ali, émir et grand chérif de La Mecque qui dirige le Hedjaz de 1916 à 1924. La Première Guerre mondiale fournit une occasion de rébellion pour de nombreux dirigeants arabes qui en sont venus à haïr la domination ottomane. Parmi ceux-ci se trouvent des Syriens ; ils se tournent vers Husayn qui, lui, n'est pas soumis à la domination ottomane. En 1915, Faysal se rend à Damas afin de trouver un accord avec les sociétés secrètes nationalistes arabes et de connaître les conditions dans lesquelles elles seraient prêtes à soutenir une révolte arabe menée par Husayn. Faysal réussit à rencontrer divers groupes qu'il ne connaissait pas jusqu'alors et à leur faire reconnaître Husayn comme dirigeant arabe, démontrant de fait l'existence d'un nationalisme arabe naissant.

Quand la révolte arabe éclate, au cours de l'année suivante, Faysal joue un rôle important dans les campagnes militaires contre les Ottomans. Des forces militaires arabes occupent Damas en septembre 1918, et Faysal est déclaré roi de Syrie ; il est convaincu que le soutien aux ambitions militaires britanniques sera récompensé par un soutien réciproque pour la création d'un État arabe constitué essentiellement de la Syrie. Mais, en 1919, quand Faysal se rend à Paris pour participer à la conférence de paix, il prend clairement conscience du fait que les Français sont décidés à établir une sphère d'influence au Liban et en Syrie. Il comprend qu'il doit faire des concessions et négocie un accord qui permet une occupation militaire française du Liban et des zones côtières syriennes jusqu'à Alexandrette (auj. Iskenderun, en Turquie). En janvier 1920, il rentre à Damas où il ne parvient pas à calmer le violent ressentiment suscité par les prétentions françaises. La plupart des chefs arabes ne comprennent pas qu'il est vain de résister à la puissance militaire française et sous-estiment les fortes pressions auxquelles il a été soumis à Paris. Peu après, la France trouve une raison d'envahir le royaume de Faysal et d'occuper Damas (juillet 1920), et le roi lui-même est contraint de s'exiler. Il finit par se rendre à Londres, invité par le gouvernement britannique.

Entre-temps, les Britanniques établissent un pôle d'influence en Irak. Pour apaiser la résistance à leur domination, ils décident, en mars 1921, de soutenir Faysal comme roi d'un gouvernement irakien avec lequel ils concluraient un traité prévoyant l'indépendance à long terme. Faysal accepte le plan et est accueilli en Irak avec enthousiasme. Il est couronné en août 1921. Le vaste soutien qu'il obtient en Irak et en Syrie donne la mesure du sentiment nationaliste arabe régnant dans tout le Croissant fertile. En tant que leader panarabe, Faysal Ier n'a pas d'attaches politiques particulières en Irak, il tient son autorité de son habileté à modérer les divers éléments en conflit. Il apprécie l'amitié des Britanniques, tout en continuant de s'affirmer comme chef des nationalistes arabes. De sa position d'influence, il négocie avec les Britanniques une série de traités, dont le dernier, en 1930, accorde à l'Irak son indépendance totale et le droit de devenir membre de la Société des Nations en 1932.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • IRAK

    • Écrit par Loulouwa AL RACHID, Brigitte DUMORTIER, Universalis, Philippe RONDOT, Pierre ROSSI
    • 29 452 mots
    • 25 médias
    Les projets britanniques furent exécutés au milieu des troubles. Le 13 août 1921 était intronisé comme roi d'Irak Fayçal Ibn Hussein (Fayṣāl ibn Ḥusayn), prince de Hedjaz (Arabie Saoudite), fils du chérif de La Mecque. À ses côtés, il avait comme conseiller un homme qui allait lier son sort...
  • SYRIE

    • Écrit par Fabrice BALANCHE, Jean-Pierre CALLOT, Philippe DROZ-VINCENT, Universalis, Philippe RONDOT, Charles SIFFERT
    • 37 006 mots
    • 13 médias
    Les troupes d'Allenby avaient été soutenues par une armée bédouine que commandait le prince Faysāl, fils du chérif de La Mecque. C'est cette armée qui avait pris Damas le 1er octobre. En mars 1920, Faysāl, s'appuyant sur les promesses faites par les Anglais à son père d'un « grand royaume...

Voir aussi