FALAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une falaise est un abrupt littoral résultant de l'affouillement du relief continental par les eaux de la mer. Chaque falaise forme un couple indissoluble avec la plate-forme d'abrasion correspondante, et elle est issue de la réponse du versant au sapement effectué à sa base par la progression de la plate-forme d'abrasion. Pour toutes les falaises, la gravité est l'agent essentiel du façonnement, mais elle est aidée par d'autres facteurs, ou entravée par la cohésion de la roche.

Il n'existe de falaises que là où les reliefs subaériens viennent jusqu'au bord de la mer, et à la double condition que les eaux soient assez agitées pour exercer une abrasion et que la roche soit de nature à évoluer plus vite sous l'influence du sapement marin et de l'écroulement par gravité, qui en est la conséquence, que sous l'action de la morphogenèse subaérienne. Sans quoi le relief serait détruit par cette morphogenèse avant de subir l'attaque des vagues, et il n'y aurait pas de falaise.

Façonnement des falaises

La base de la falaise est constituée par le terme de la progression de la plate-forme d'abrasion, et plus précisément par l'encoche (rarement nette, d'ailleurs) ou les grottes qui marquent la limite des déplacements du matériel abrasif. Le reste du versant n'est généralement pas façonné directement par la mer, encore que les embruns puissent jouer un rôle quand la roche est calcaire ou basaltique et que l'on connaisse, sur des façades particulièrement battues, des projections de galets jusqu'à des hauteurs impressionnantes. Habituellement, c'est par écroulement que le versant se façonne, la mer se bornant à évacuer les matériaux qui tombent au pied de la falaise. On aurait pourtant tort de croire qu'il n'y a de falaises que verticales ; la pente d'écroulement n'est pas la même pour tous les matériaux, et on ne doit pas s'étonner de voir les falaises entaillées dans des sables ne garder leur verticalité que quelques jours : la pente d'écroulement du sable sec, quand elle est une réponse au sapement de la base du relief par les eaux marines, ne mérite pas moins le nom de falaise q [...]

Abrasion marine : façonnement d'une encoche dans la falaise

Abrasion marine : façonnement d'une encoche dans la falaise

Dessin

Façonnement d'une encoche dans la falaise, par la projection des galets. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FALAISE  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Plages adossées »  : […] Les accumulations adossées à un rivage de terre ferme ne peuvent pas sensiblement reculer, ou du moins ce mouvement est très ralenti. Aussi sont-elles assurées d'une plus longue vie que les accumulations, que rien ne soutient par derrière. La disposition du rivage à l'arrière de ces plages dicte en partie leur plan. Aussi distingue-t-on différentes plages : –  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accumulations-geologie-accumulations-marines/#i_24353

CÔTES, géomorphologie et géographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 6 694 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Ennoiement de paysages à modelé dominé par la lithologie »  : […] Les divers styles de morphogenèse qui se rencontrent dans les zones climatiques précédemment envisagées subissent, quand il s'exercent sur certaines roches, des modifications substantielles qui se retrouvent dans les côtes susceptibles de se développer par leur ennoiement. Par exemple, dans un matériau à la fois compact, perméable et soluble, comme le calcaire, la morphogenèse subaérienne est domi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-geomorphologie/#i_24353

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les côtes rocheuses »  : […] Pour les côtes rocheuses, les facteurs favorisant l’érosion sont principalement liés à la nature des roches et à leur structure. Ainsi, les roches telles que la craie, le grès, le tuf, sont mécaniquement peu résistantes et donc plus sensibles à l’érosion. Les roches dures (telles que le granite, le gneiss, le schiste), si elles sont parcourues de nombreuses fractures ou bien si elles sont fortemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erosion-du-littoral/#i_24353

NORMANDIE, région administrative

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 150 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Normandie maritime »  : […] La Normandie est née de la mer. L'estuaire de la Seine débouche sur la Manche et sur la vaste baie de Seine, entre la presqu'île du Cotentin et le pays de Caux. Il n'existe sur le littoral français aucune autre région ayant un tel développement de côtes, entre l'estuaire de la Bresle au nord-est et la baie du Mont-Saint-Michel au sud-ouest, un ensemble aussi bien partagé dans l'interpénétration p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/normandie-region-administrative/#i_24353

PLAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 8 121 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mécanisme du démaigrissement »  : […] Si, après une période où la plage a pris une pente assez forte par engraissements successifs, les caractéristiques de la houle et du vent deviennent telles que la nappe de retrait retrouve la prépondérance, les vagues destructives engendrent un régime de sable descendant . À l'étale – et dans les mers sans marée –, la nappe de retrait érode longtemps au même niveau. L'abaisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plages/#i_24353

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « FALAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/falaise/