FALAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une falaise est un abrupt littoral résultant de l'affouillement du relief continental par les eaux de la mer. Chaque falaise forme un couple indissoluble avec la plate-forme d'abrasion correspondante, et elle est issue de la réponse du versant au sapement effectué à sa base par la progression de la plate-forme d'abrasion. Pour toutes les falaises, la gravité est l'agent essentiel du façonnement, mais elle est aidée par d'autres facteurs, ou entravée par la cohésion de la roche.

Il n'existe de falaises que là où les reliefs subaériens viennent jusqu'au bord de la mer, et à la double condition que les eaux soient assez agitées pour exercer une abrasion et que la roche soit de nature à évoluer plus vite sous l'influence du sapement marin et de l'écroulement par gravité, qui en est la conséquence, que sous l'action de la morphogenèse subaérienne. Sans quoi le relief serait détruit par cette morphogenèse avant de subir l'attaque des vagues, et il n'y aurait pas de falaise.

Façonnement des falaises

La base de la falaise est constituée par le terme de la progression de la plate-forme d'abrasion, et plus précisément par l'encoche (rarement nette, d'ailleurs) ou les grottes qui marquent la limite des déplacements du matériel abrasif. Le reste du versant n'est généralement pas façonné directement par la mer, encore que les embruns puissent jouer un rôle quand la roche est calcaire ou basaltique et que l'on connaisse, sur des façades particulièrement battues, des projections de galets jusqu'à des hauteurs impressionnantes. Habituellement, c'est par écroulement que le versant se façonne, la mer se bornant à évacuer les matériaux qui tombent au pied de la falaise. On aurait pourtant tort de croire qu'il n'y a de falaises que verticales ; la pente d'écroulement n'est pas la même pour tous les matériaux, et on ne doit pas s'étonner de voir les falaises entaillées dans des sables ne garder leur verticalité que quelques jours : la pente d'écroulement du sable sec, quand elle est une réponse au sapement de la base du relief par les eaux marines, ne mérite pas moins le nom de falaise que les abrupts verticaux obtenus dans la craie par le même processus.

Abrasion marine : façonnement d'une encoche dans la falaise

Dessin : Abrasion marine : façonnement d'une encoche dans la falaise

Façonnement d'une encoche dans la falaise, par la projection des galets. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le rôle essentiel de la gravité est en effet nuancé par l'aide que lui apportent les agents morphogénétiques locaux (désagrégation de la roche par le gel ou par l'altération chimique des minéraux fragiles, dissolution, ruissellement) et par les propriétés de la roche : si les roches meubles, comme le sable sec, forment vite des falaises en pente régulière et relativement faible, conformément à l'équilibre d'écroulement, l'obtention de cet équilibre est souvent retardée par la cohésion de la roche, au point que l'encoche de base recule plus vite que le reste du versant ne le ferait de lui-même et que la falaise est continuellement en état de déséquilibre (ce qui implique que la forme topographique dite « falaise » ne peut se perpétuer qu'en reculant sans cesse : sa stabilisation en position serait sa condamnation comme forme, puisque l'obtention de l'équilibre, qui s'ensuivrait à plus ou moins long terme, la réduirait presque au rang d'un banal versant subaérien).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Abrasion marine : façonnement d'une encoche dans la falaise

Abrasion marine : façonnement d'une encoche dans la falaise
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Falaises calcaires d’Étretat, Seine-Maritime

Falaises calcaires d’Étretat, Seine-Maritime
Crédits : Bertrand Juilliard

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FALAISE  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Plages adossées »  : […] Les accumulations adossées à un rivage de terre ferme ne peuvent pas sensiblement reculer, ou du moins ce mouvement est très ralenti. Aussi sont-elles assurées d'une plus longue vie que les accumulations, que rien ne soutient par derrière. La disposition du rivage à l'arrière de ces plages dicte en partie leur plan. Aussi distingue-t-on différentes plages : –  Les plages encastrées dans une anse […] Lire la suite

CÔTES, géomorphologie et géographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 6 699 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Ennoiement de paysages à modelé dominé par la lithologie »  : […] Les divers styles de morphogenèse qui se rencontrent dans les zones climatiques précédemment envisagées subissent, quand il s'exercent sur certaines roches, des modifications substantielles qui se retrouvent dans les côtes susceptibles de se développer par leur ennoiement. Par exemple, dans un matériau à la fois compact, perméable et soluble, comme le calcaire, la morphogenèse subaérienne est domi […] Lire la suite

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 908 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les côtes rocheuses »  : […] Pour les côtes rocheuses, les facteurs favorisant l’érosion sont principalement liés à la nature des roches et à leur structure. Ainsi, les roches telles que la craie, le grès, le tuf, sont mécaniquement peu résistantes et donc plus sensibles à l’érosion. Les roches dures (telles que le granite, le gneiss, le schiste), si elles sont parcourues de nombreuses fractures ou bien si elles sont fortemen […] Lire la suite

NORMANDIE, région administrative

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 151 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Normandie maritime »  : […] La Normandie est née de la mer. L'estuaire de la Seine débouche sur la Manche et sur la vaste baie de Seine, entre la presqu'île du Cotentin et le pays de Caux. Il n'existe sur le littoral français aucune autre région ayant un tel développement de côtes, entre l'estuaire de la Bresle au nord-est et la baie du Mont-Saint-Michel au sud-ouest, un ensemble aussi bien partagé dans l'interpénétration p […] Lire la suite

PLAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 8 126 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mécanisme du démaigrissement »  : […] Si, après une période où la plage a pris une pente assez forte par engraissements successifs, les caractéristiques de la houle et du vent deviennent telles que la nappe de retrait retrouve la prépondérance, les vagues destructives engendrent un régime de sable descendant . À l'étale – et dans les mers sans marée –, la nappe de retrait érode longtemps au même niveau. L'abaissement du niveau du sabl […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 décembre 2013 États-Unis. Adoption d'un accord budgétaire

100 l'étendue des coupes automatiques entraînées par l'application de la loi dite de la « falaise budgétaire » en mars. Il permet ainsi une légère hausse des dépenses militaires et sociales. En contrepartie, l'accord prévoit une réduction du déficit budgétaire de 23 milliards de dollars sur dix ans, ainsi que la prolongation des coupes dans le Medicare, l'assurance-maladie des plus de soixante-cinq ans. […] Lire la suite

1er mars 2013 États-Unis. Entrée en application de la « falaise budgétaire »

Faute d'un accord entre les démocrates et les républicains du Congrès – ces derniers étant majoritaires à la Chambre des représentants – sur la politique de lutte contre les déficits publics, la loi d'août 2011, dite de la « falaise budgétaire », entre en application. Elle impose des coupes automatiques de quelque 85 milliards de dollars dans l'ensemble des dépenses publiques d'ici à la fin de septembre, soit 2,5 p. […] Lire la suite

31 décembre 2012 États-Unis. Compromis pour éviter la « falaise budgétaire »

Le 31, démocrates et républicains parviennent à un accord qui permet de conjurer la menace de « falaise budgétaire ». Celle-ci était due à la conjonction de l'arrivée à échéance des réductions d'impôts adoptées sous l'administration Bush – ce qui aurait entraîné une forte hausse des impôts des classes moyennes notamment – et de l'annulation automatique de quelque 1 000 milliards de dollars de dépenses publiques, dites dépenses « sous séquestre » – aux dépens pour moitié de la politique de défense et pour moitié des aides sociales – en l'absence de mesures de réduction de la dette publique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « FALAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/falaise/