EXPRESSION, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la différence des arts plastiques, où l'œuvre est donnée une fois pour toutes, l'œuvre musicale, même écrite, se situe sur un plan temporel : n'existant que si elle est jouée, à l'instar des arts du spectacle, elle nécessite le plus souvent la réunion de plusieurs personnes – les interprètes – pour acquérir une existence fugitive.

Pour conférer à la musique toute son expression et respecter au mieux les desseins du compositeur, les interprètes doivent respecter les indications de mouvement, de phrasé et de nuance figurant sur la partition ou, en l'absence de celles-ci, donner l'exécution qui aurait paru idéale à celui qui l'a écrite.

L'interprétation n'est pas une banale exécution : elle doit être une réinvention de ce qu'a voulu exprimer le compositeur. Même si la partition est riche en indications et détails, le champ reste en effet vaste pour que l'interprète puisse donner libre cours à ses facultés créatrices. Celui-ci doit donc arriver à un équilibre entre la pensée de l'auteur et la liberté d'expression de son art.

Le mouvement désigne l'allure à laquelle une mélodie doit être interprétée. Il est indiqué par un terme placé au-dessus de la portée et auquel correspond un rythme de battement de métronome, par exemple : lento (lent), adagio (moins lent), andante (modéré), allegro (vif), vivace (très vif). Ces différents mouvements admettent des accélérations ou des ralentissements, indiqués par des termes comme rallentando (en ralentissant), ritardando (en retardant) ou rubato (relâché). Ils peuvent être précédés de préfixes : più (plus), molto (très), un poco (un peu), ma non troppo (mais pas trop)...

Ces indications de mouvement, quelque peu abstraites, sont très souvent complétées par des indications de caractère : par exemple, con anima (avec âme) ou con spirito (avec esprit). Ces indications de caractère, quasi inexistantes jusqu'au xviiie siècle, vont proliférer à partir du xixe ; souvent descriptives et poétiques, elles n'ont d'autre but que de solliciter, par des suggestions ou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  EXPRESSION, musique  » est également traité dans :

BEL CANTO

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 2 759 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du « recitar » florentin au « cantar » baroque »  : […] La nouvelle donne musicale tient en un renversement des rapports entre chant et texte. Alors que le modèle de la tragédie grecque pesait sur l'opéra florentin, affirmant la supériorité platonicienne du mot sur le son, l'opéra baroque, tel qu'il apparaît et se développe ensuite à Rome, puis à Venise, libère progressivement la ligne vocale de la tutelle du mot. Au récitatif bientôt jugé plat et ari […] Lire la suite

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « EXPRESSION, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-musique/