Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EVANS sir ARTHUR JOHN (1851-1941)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Fils d'un célèbre archéologue anglais et archéologue lui-même, Arthur John Evans se consacre d'abord à des recherches archéologiques en Laponie et dans les Balkans. Expulsé par les Autrichiens, en 1882, à cause de sa prise de position anti-turque (articles du Manchester Guardian), il devient, en 1884, directeur de l'Ashmolean Museum. Il acquiert ensuite une réputation mondiale en publiant les résultats de ses campagnes de fouilles en Sicile, en Grande-Grèce et surtout à Cnossos, en Crète (il avait acheté le site qu'il fouilla de 1900 à 1932). Dans son ouvrage The Palace of Minos at Knossos, paru à Londres en quatre volumes (1921-1935), il donne une abondante documentation sur le palais de Cnossos et les constructions minoennes, sur le mobilier qu'il y découvrit, en particulier la céramique, les intailles et pierres gravées, les peintures murales. Il mit également au jour 3 500 tablettes d'argile portant une écriture inconnue, qu'il baptisa linéaire B et que Michael Ventris allait déchiffrer en 1952. En se fondant sur la céramique, Evans proposa dès 1905 une chronologie ternaire, le Minoen ancien, le Minoen moyen et le Minoen récent, chacune de ces périodes étant elle-même divisée en phases I, II et III. Longtemps accepté, ce schéma chronologique est discuté, mais il sert toujours de cadre général à l'histoire de la civilisation minoenne. Les travaux d'Evans à Cnossos révélèrent le centre où s'est élaborée la civilisation qu'il appela « minoenne », du nom du roi légendaire Minos, devenu juge des Enfers. Ses restaurations et reconstructions du palais de Cnossos, souvent très controversées, ont le mérite de restituer les grandes lignes et les volumes de ce vaste édifice.

— Alain MAHUZIER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : assistant des fouilles d'Eboli (Campanie), moniteur à la bibliothèque de l'Institut d'art et d'archéologie de Paris

Classification

Pour citer cet article

Alain MAHUZIER. EVANS sir ARTHUR JOHN (1851-1941) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CRÈTE ANTIQUE

    • Écrit par
    • 3 935 mots
    • 6 médias
    ...venu en Crète en 1886, de Taramelli qui découvre en 1894 au flanc de l'Ida, dans la grotte de Camarès, les premiers vases polychromes minoens, d'Arthur Evans, surtout, qui parcourt la Crète dès 1894 et commence, à partir de 1900, le dégagement du palais de Cnossos. Le développement de l'archéologie minoenne...
  • ÉGÉEN MONDE

    • Écrit par
    • 11 199 mots
    • 15 médias
    C'est à l'Anglais Evans qu'est dû le premier essai de chronologie : pour la Crète, il distingue une époque néolithique suivie par l'époque du bronze qu'il divise en trois grandes phases : le minoen ancien, le minoen moyen et le minoen récent. C'est d'après cette division simple, qui, si elle ne cadre...
  • HOMÈRE

    • Écrit par , et
    • 12 014 mots
    • 5 médias
    ...témoigner que Troie avait été réellement prise et qu'un royaume puissant avait réellement correspondu au domaine d' Agamemnon. Ensuite, à partir de 1900, Evans exhumait en Crète, à Cnossos, une civilisation antérieure à celle de Mycènes. Il rendait ainsi une riche substance aux traditions relatives à ...