LE SUEUR EUSTACHE (1616-1655)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le style sévère (1645-1650)

En 1644 ou 1645, Le Sueur est reçu maître dans sa corporation avec un Saint Paul exorcisant un possédé (perdu, connu par la gravure), qui témoigne d'une orientation nouvelle, au contact des modèles fournis par Raphaël et ses graveurs, et par Nicolas Poussin (qui venait de séjourner à Paris en 1640-1641). En 1645, il reçoit la commande d'une série de vingt-deux tableaux relatant la Vie de saint Bruno, destinée au petit cloître de la Chartreuse de Paris (achetée par Louis XVI en 1776, elle se trouve aujourd'hui au Louvre). Aidé de quelques collaborateurs, il y travaille pendant trois ans durant lesquels il s'éloigne définitivement de la manière de Vouet. Son inspiration se fait plus austère, son style plus rigoureux. Les compositions très méditées, auxquelles se rattachent de nombreuses études dessinées d'ensemble et de détails, deviennent logiques. La perspective est soigneusement observée. Les personnages noblement drapés et leurs gestes pleins d'autorité acquièrent une expressivité nouvelle. Moins chatoyant, le coloris participe à l'organisation du tableau. Cette tendance est plus généralement celle de la peinture parisienne des années 1640-1650, moment où se constitue l'Académie royale de peinture et de sculpture (dont Le Sueur est l'un des membres fondateurs) et où des discussions théoriques sur l'art commencent à se faire jour. Un « retour à l'ordre » se dessine, comme le montre clairement Saint Paul prêchant à Éphèse, peint en 1649 pour Notre-Dame de Paris (Louvre), grande composition pyramidale, forte et claire.

Le peintre travaille alors sans relâche pour une riche clientèle privée, qui fait décorer ses demeures parisiennes. Il multiplie les sujets tirés de la Bible ou de l'histoire ancienne : Histoire de Tobie pour Gaspard de Fieubet (1645-1647, fragments au Louvre, au musée de Grenoble et dans une collection privée) ; Alexandre et le médecin Philippe pour Jérôme de Nouveau (1648, perdu, gravé) ; Darius faisant ouvrir le tombeau de Nitocris pour M. Vedeau de Grandmont (1649, Ermitage [...]

La Prédication de saint Paul à Éphèse, E. Le Sueur

Photographie : La Prédication de saint Paul à Éphèse, E. Le Sueur

Photographie

Eustache Le Sueur, «La Prédication de saint Paul à Éphèse», 1649. Huile sur toile, 100,8 cm × 84,8 cm. National Gallery, Londres. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Agar et Ismaël secourus par l'ange, E. Le Sueur

Photographie : Agar et Ismaël secourus par l'ange, E. Le Sueur

Photographie

Eustache Le Sueur, Agar et Ismaël secourus par l'ange, vers 1648. Huile sur toile, 156 cm × 114 cm. Musée des Beaux-Arts et d'Architecture, Rennes (Dépôt du musée du Louvre, 1956). 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Réunion d'amis, E. Le Sueur

Réunion d'amis, E. Le Sueur
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

La Prédication de saint Paul à Éphèse, E. Le Sueur

La Prédication de saint Paul à Éphèse, E. Le Sueur
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Agar et Ismaël secourus par l'ange, E. Le Sueur

Agar et Ismaël secourus par l'ange, E. Le Sueur
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE SUEUR EUSTACHE (1616-1655)  » est également traité dans :

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'amour profane »  : […] Il n'y a pas de mot en français pour désigner ces légères créatures, et l'on se sert de l'italien putto . Au sens propre, le putto est un enfant de quatre ou cinq ans. Dans le langage des artistes, les putti sont ces petits êtres dont les formes rondes et les mines rieuses fournissent mille ressources à l'imagination . Les enfants représentés en tant que tels sont rares avant le xviii e  siècle. […] Lire la suite

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Portée européenne »  : […] L'ouvrage de Wölfflin L'Art classique porte en sous-titre : Initiation au génie de la Renaissance italienne , de sorte que l'art classique se trouve étroitement limité quant au temps et quant aux lieux. Mais ici l'autorité de Wölfflin n'a pas prévalu. Car le sens du mot « Renaissance », quasi-synonyme du xvi e  siècle, était beaucoup trop établi pour qu'on lui en substituât un autre. D'autre part […] Lire la suite

VOUET SIMON (1590-1649)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 433 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gloire parisienne »  : […] En 1627, Louis XIII rappelle à Paris ce peintre qu'il pensionnait déjà à Rome. Dans la capitale en pleine reconstruction, Vouet s'impose rapidement. En vingt ans, il va multiplier les retables, les décors de galeries et d'appartements et les cartons de tapisseries, sans renoncer jamais au tableau de chevalet. Autour de lui, pour venir à bout des commandes, un important atelier se constitue, où le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain MÉROT, « LE SUEUR EUSTACHE - (1616-1655) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eustache-le-sueur/