EUGLÉNOPHYCÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Euglena viridis

Euglena viridis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bande cuticulaire

Bande cuticulaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Paranema : l'organe pharyngien

Paranema : l'organe pharyngien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Flagelle récurrent

Flagelle récurrent
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


La classe des Euglénophycées groupe des Algues unicellulaires très communes dans les eaux douces et saumâtres. Plusieurs espèces cultivées dans des laboratoires constituent un matériel de choix pour les recherches sur la physiologie cellulaire (photosynthèse, métabolisme, besoins en vitamines, croissance, phototactisme, etc.).

Les Euglénophycées possèdent deux flagelles inégaux insérés au fond d'une dépression apicale, et les réserves sont constituées par du paramylon, substance glucidique non colorable par l'iode. Les unes sont plastidiées, les autres incolores, et certaines peuvent facilement perdre leurs plastes. On les a donc considérées pendant longtemps comme un exemple du passage du règne végétal au règne animal. Mais il faut souligner que cette évolution existe chez tous les Phytoflagellés et n'est pas propre à ce groupe de Protistes.

Étude d'une euglène

Euglena viridis, espèce fréquente dans les eaux polluées, se présente comme une cellule fusiforme (50 μm × 12 μm), légèrement arrondie vers l'avant, terminée par une courte pointe vers l'arrière. Elle est entourée d'une pellicule réfringente parcourue de fines striations qui dessinent une spirale sénestre. Cette pellicule est épaisse, mais déformable. En effet, la cellule peut se renfler dans sa partie moyenne et prendre une forme en toupie. Ces déformations, progressant lentement d'une extrémité de la cellule à l'autre, provoquent un mouvement de reptation caractéristique dénommé métabolie.

Euglena viridis

Euglena viridis

Dessin

Euglena viridis 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Près de l'extrémité antérieure, la pellicule s'invagine à l'intérieur de la cellule, et délimite un réservoir, sorte de poche profonde, qui communique avec l'extérieur par un étroit goulot. Une vacuole pulsatile jouxte le bord ventral du réservoir et vient y déverser rythmiquement son contenu.

Du fond du réservoir partent deux flagelles. Seul le flagelle locomoteur émerge du goulot. Il est plus long que la cellule et porte dans sa partie proximale un renflement latéral ou photorécepteur, placé au niveau du sti [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des sciences de Clermont-Ferrand
  • : professeur de première classe à l'université de Clermont-II

Classification


Autres références

«  EUGLÉNOPHYCÉES  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution des eucaryotes et la dissémination de la photosynthèse : le résultat d'emboîtements successifs d'organismes »  : […] Certaines algues unicellulaires rouges ou vertes ont elles-mêmes été à l'origine de symbioses avec des groupes appartenant à des lignées autres que celle des Plantae (fig. 3 ). Possédant un plaste dérivé d'une cyanobactérie endosymbiotique, ces algues unicellulaires rouges et vertes sont devenues à leur tour des plastes et ont ainsi apporté la photosynthèse oxygénique chez ces lignées d'organismes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algues/#i_2172

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis JOYON, Jean-Pierre MIGNOT, « EUGLÉNOPHYCÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/euglenophycees/