EUGLÉNOPHYCÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologie. Écologie

Déplacement

Chez la plupart des Eugléniens, la progression est une nage selon une trajectoire hélicoïdale. Chez Peranema, Petalomonas, Scytomonas, etc., le flagelle antérieur fonctionne comme tractelle et la cellule semble glisser lentement. Chez Entosiphon et Anisonema, le flagelle récurrent, moins souple, adhère au substratum. Certaines espèces peuvent perdre leur flagelle et progresser par glissement sur le substratum ou par métabolie. Ces mouvements, dus aux déformations et aux articulations des différentes bandes cuticulaires sous l'action des microfibrilles transverses, ne se produisent que chez les espèces à bandes cuticulaires souples et mobiles. Enfin, l'expulsion rapide du contenu des poches mucifères sert parfois (E. splendens) d'organe de propulsion fonctionnant par réaction.

Lorsque les conditions deviennent mauvaises (assèchement par exemple), les euglènes cessent tout mouvement, s'arrondissent et s'entourent d'une épaisse couche de mucilage formant une enveloppe kystique. Elles peuvent, sous cette forme, s'associer (stade palmella) en un voile recouvrant la surface des mares.

Reproduction

La reproduction asexuée se fait par division longitudinale de la cellule précédée d'une duplication de la cinétide. Le plan de division naît au niveau du réservoir et progresse vers l'extrémité caudale en suivant des interbandes cuticulaires. Chaque cellule fille n'hérite que de la moitié du nombre des bandes cuticulaires. Au cours de la croissance, de nouvelles bandes se formeront entre les anciennes. L'appareil pharyngien disparaît en début de division et se reforme très rapidement dans chaque cellule fille.

La reproduction sexuée semble tout à fait occasionnelle et l'accouplement de deux gamètes avec formation d'une cellule œuf n'est observé que chez le genre Scytomonas.

Nutrition

Les euglènes peuvent être phototrophes, hétérotrophes, phagotrophes.

De nombreux Eugléniens sont pourvus d'un appareil photosynthétique comme les végétaux supérieurs. Les plastes des euglènes renferment de la chlorophylle a et b et des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Euglena viridis

Euglena viridis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bande cuticulaire

Bande cuticulaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Paranema : l'organe pharyngien

Paranema : l'organe pharyngien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Flagelle récurrent

Flagelle récurrent
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des sciences de Clermont-Ferrand
  • : professeur de première classe à l'université de Clermont-II

Classification

Autres références

«  EUGLÉNOPHYCÉES  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution des eucaryotes et la dissémination de la photosynthèse : le résultat d'emboîtements successifs d'organismes »  : […] Certaines algues unicellulaires rouges ou vertes ont elles-mêmes été à l'origine de symbioses avec des groupes appartenant à des lignées autres que celle des Plantae (fig. 3 ). Possédant un plaste dérivé d'une cyanobactérie endosymbiotique, ces algues unicellulaires rouges et vertes sont devenues à leur tour des plastes et ont ainsi apporté la photosynthèse oxygénique chez ces lignées d'organismes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis JOYON, Jean-Pierre MIGNOT, « EUGLÉNOPHYCÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/euglenophycees/