EUGLÉNOPHYCÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Systématique

Les Euglénophycées contiennent de la chlorophylle b et appartiennent avec les Volvocales au groupe des Chlorophytes défini par Christensen. Mais la morphologie hélicoïdale et de nombreux caractères cytologiques, en particulier la structure pelliculaire, la structure de la cinétide (zone de transition), l'organisation du complexe goulot-réservoir-vacuole pulsatile, les séparent des Volvocales et des autres Algues inférieures.

Bien qu'on les ait pendant longtemps rapprochées des Dinophycées, Cryptophycées, Chloromonadophycées, on pense maintenant que les Euglénophycées constituent une classe isolée, ayant évolué vers l'hétérotrophie et la phagotrophie. Il y a au moins 1 500 espèces qui se répartissent entre les Euglenina, à affinités végétales, plastidiées ou non, mais ne possédant jamais d'organe pharyngien, et les Peranemina, à affinités animales, jamais plastidiées et toujours pourvues d'un organe pharyngien.

Suivant la morphologie des flagelles les Euglenina se subdivisent en quatre familles :

– les Euglenomorphidae, à quatre flagelles égaux ;

– les Eutreptiidae, à deux flagelles égaux sortant du goulot ;

– les Distigmidae, à deux flagelles inégaux sortant du goulot ;

– les Euglenidae, à deux flagelles inégaux, un seul sortant du goulot ; elles peuvent être fusiformes (Euglena), cordiformes (Phacus), logées dans une coque sécrétée par la cellule (Trachelomonas), ou bien fixées par un pédoncule sécrété par la cellule (Colacium) ; de nombreux représentants sont aplastidiés : Astasia, Hyalophacus, Menoidium, etc.

Les Peranemina comprennent :

– les Peranemidae, à deux longs flagelles, dont un récurrent, à appareil pharyngien de plus en plus complexe chez Peranema, Anisonema, Entosiphon ;

– Les Petalomonadidae, à deux flagelles, dont un seul émerge du goulot, et à appareil pharyngien peu développé (Petalomonas à cellule aplatie ; Calycimonas à section circulaire) ;

– les Scytomonadidae à un seul flagelle (ex. Scytomonas).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Euglena viridis

Euglena viridis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bande cuticulaire

Bande cuticulaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Paranema : l'organe pharyngien

Paranema : l'organe pharyngien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Flagelle récurrent

Flagelle récurrent
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des sciences de Clermont-Ferrand
  • : professeur de première classe à l'université de Clermont-II

Classification

Autres références

«  EUGLÉNOPHYCÉES  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution des eucaryotes et la dissémination de la photosynthèse : le résultat d'emboîtements successifs d'organismes »  : […] Certaines algues unicellulaires rouges ou vertes ont elles-mêmes été à l'origine de symbioses avec des groupes appartenant à des lignées autres que celle des Plantae (fig. 3 ). Possédant un plaste dérivé d'une cyanobactérie endosymbiotique, ces algues unicellulaires rouges et vertes sont devenues à leur tour des plastes et ont ainsi apporté la photosynthèse oxygénique chez ces lignées d'organismes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis JOYON, Jean-Pierre MIGNOT, « EUGLÉNOPHYCÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/euglenophycees/