PASQUIER ÉTIENNE (1529-1615)

Juriste parisien, Étienne Pasquier entre dans la vie publique par le biais d'une charge d'avocat au Parlement de Paris, qui le mène, comme c'est souvent le cas, à la députation pour les états de Blois (1588). Il est conseiller de Henri III, puis de Henri IV (il prend parti pour ce dernier contre la Ligue) ; il se montre aussi adversaire des Jésuites contre lesquels il plaide en 1565 ; il publie sur eux en 1602 un ouvrage polémique, Le Catéchisme des Jésuites. Il fut considéré comme le modèle de l'avocat idéal (dans le Dialogue des avocats d'Antoine Loisel), au même niveau que Guillaume Du Vair et sans doute à un titre différent. Son nom reste attaché à une œuvre touffue et extrêmement savante, les Recherches de la France, dont le premier livre parut en 1561 avec le millésime de 1560 et qu'il ne cessa de remanier jusqu'à sa mort. Livre très curieux. Alors que la première génération des humanistes mettait toute son éloquence à glorifier l'Antiquité et à déprécier les tentatives littéraires des auteurs français, Pasquier s'attache à faire l'apologie de la France : langue qui vaut bien le latin et bien mieux que l'italien, dit-il ; passé qui la fait l'égale des plus grands empires passés ; Église qui a su résister à l'emprise de la Réforme et à l'impérialisme pontifical (défense du gallicanisme) ; constitution politique qui se caractérise par une complémentarité harmonieuse entre un pouvoir royal et un parlementarisme modéré. Tout cela ne formerait qu'un ensemble de remarques dispersées, certes documentées à partir d'immenses lectures mais sans réelle originalité. Curieusement, c'est dans le domaine de la littérature que les notations de Pasquier conservent le plus d'intérêt : il entreprend de montrer que la Renaissance n'a pas surgi dans un désert mais repris et exploité des formes poétiques existant au Moyen Âge, et que la continuité de la tradition est au moins aussi forte que la rupture proclamée dans la première moitié du siècle. Au fur et à mesure des éditions ultérieures, il donne une sorte de gazette, de revue des publications, accompagnant les mentions qu'il fait de commentaires souvent très pertinents. Abondant sans être bavard, le livre des Recherches de la France ne sert pas seulement l'érudition, il peut aussi donner de l'agrément.

—  Jean-Yves POUILLOUX

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé des lettres classiques, maître de conférences en littérature française à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  PASQUIER ÉTIENNE (1529-1615)  » est également traité dans :

JEANNE D'ARC (1412-1431)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 336 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Jeanne après Jeanne »  : […] François de Belleforest (Les Grandes Annales, 1572) ou Étienne Pasquier (Les Recherches de la France, 1580), s'efforcent à une objectivité érudite. Pourtant, certains curieux s'intéressent au texte des procès puisqu'une trentaine d'exemplaires manuscrits ont été conservés pour la période de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-d-arc/#i_3947

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Art épistolaire et débat d'idées »  : […] illustrent en France les Lettres (1586) d'E. Pasquier, puis celles de Guez de Balzac, qui valurent à celui-ci la réputation de meilleur épistolier, et le plus éloquent, de son temps. Dans la république européenne des Lettres, mentionnons Juste Lipse, dont le recueil d'Epistolarum selectorum centuria prima, contemporain des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_3947

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La statistique qualitative »  : […] Pour la France, on peut signaler d'Étienne Pasquier, avocat au parlement de Paris, les Recherches de la France (1581) de nature essentiellement juridique et historique, mais écrites d'un point de vue très « national », s'efforçant de comprendre en profondeur les origines de la puissance monarchique, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-des-sciences-sociales/#i_3947

Pour citer l’article

Jean-Yves POUILLOUX, « PASQUIER ÉTIENNE - (1529-1615) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-pasquier/