ERWIN DE STEINBACH maître (mort en 1318)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1770, Goethe, en séjour à Strasbourg, est rempli d'admiration pour la cathédrale et croit qu'Erwin de Steinbach est l'auteur de son architecture. Il est ainsi à l'origine de la gloire légendaire de maître Erwin. En fait, Erwin n'est responsable que d'une partie de l'église. Il est connu par deux inscriptions. La première, en partie conservée au musée de l'Œuvre, figurait sur la corniche d'une chapelle dédiée à la Vierge, bâtie dans la nef de la cathédrale devant le jubé. Elle mentionne que maître Erwin fit cette chapelle en 1316. La seconde est l'épitaphe de la famille de Steinbach, placée sur un contrefort extérieur de la chapelle Saint-Jean-Baptiste, toujours à la cathédrale. Le nom de la femme d'Erwin, Husa, morte en 1316, vient en premier, suivi de celui d'Erwin, qualifié d'administrateur de la fabrique (gubernator fabrice), mort le 15 janvier 1318, et du nom de leur fils, Jean, maître de l'œuvre de la cathédrale, décédé le 18 mars 1339. Erwin a un autre fils, architecte de l'église de Niederhaslach, Gerlach. Il est donc architecte, membre d'une famille de constructeurs et administrateur. On lui attribue, à la cathédrale de Strasbourg, le décor intérieur du narthex et l'étage de la rose de la façade occidentale, ainsi que, parfois, le tombeau sous enfeu (niche à fond plat) de l'évêque Conrad de Lichtenberg, exécuté vers 1300 dans la chapelle Saint-Jean-Baptiste, dans lequel un petit personnage barbu, sculpté en relief, le représenterait. Erwin doit modifier le premier projet de la façade pour raccorder l'étage de la rose aux parties hautes de la nef. Le réseau rayonnant de la rose, le décor du narthex rappellent la façade méridionale du transept de Notre-Dame de Paris et font penser que maître Erwin a voyagé en France avant de travailler à la cathédrale de Strasbourg.

—  Anne PRACHE

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-IV

Classification


Autres références

«  ERWIN DE STEINBACH maître (mort en 1318)  » est également traité dans :

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Libertés et urbanisme dans le cadre du Saint Empire romain germanique »  : […] Au xii e  siècle commence l'âge d'or des cités. Des campagnards abandonnent la glèbe pour l'artisanat et le négoce, déjà pleins de promesses lucratives, et c'est l'éclosion de villes nouvelles, l'agrandissement des anciennes. Après Strasbourg obligée d'élargir plusieurs fois son enceinte, Haguenau, sise aux portes d'un château impérial, reçoit un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alsace/#i_3579

ARCHITECTURE ALLEMANDE, Johann Wolfgang von Goethe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

En novembre 1772, Goethe (1749-1832) fait paraître à Francfort un court texte dont le titre , Architecture allemande , cache le sujet précis : il s'agit d'un hymne à la gloire de la cathédrale de Strasbourg et de son concepteur, Erwin de Steinbach. Par architecture allemande, Goethe désigne l'architecture gothique. Ce texte, l'un des tout premiers écrits sur l'art rédigés pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-allemande-johann-wolfgang-von-goethe/#i_3579

Pour citer l’article

Anne PRACHE, « ERWIN DE STEINBACH maître (mort en 1318) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erwin-de-steinbach/