ÉRA ou ERRA POÈME D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poème babylonien qui doit son titre au nom de son protagoniste, le dieu de la Peste et de la Guerre. Le poème d'Éra raconte, en quelque sept cent cinquante vers, la destruction et la restauration de la Babylonie : les Sept, divinités guerrières, excitent leur maître Éra, qui y est déjà enclin, à attaquer les hommes, coupables d'être trop bruyants, et même les animaux. Son compagnon, Ishum, qui joue à ses côtés un rôle modérateur, le met en garde contre ce qu'il considère comme un complot contre les dieux ; mais Éra a un plan simple, qu'il va réaliser point par point : persuader Marduk de quitter son temple de Babylone, où sa présence assure l'ordre du cosmos. Marduk se montre réticent, d'autant que le monde, après le Déluge, n'a pas vraiment retrouvé sa stabilité, sa propre statue n'a pas retrouvé son éclat. Éra lui propose alors de prendre sa place pendant que les ouvriers divins restaureront son apparence.

Dès le départ de Marduk, le désastre qu'il avait craint se déchaîne : Éra se refuse à remplir ses engagements envers son prédécesseur et applique son terrifiant programme de destruction universelle et de subversion de toutes les valeurs de la civilisation. Les dieux s'en épouvantent, Ishum s'attriste sur les humains, mais Éra rejette la responsabilité de tout sur l'absence de Marduk et perd toute mesure. Un roi humain double, sur le plan terrestre, les tristes exploits du dieu. La guerre civile fait rage à Babylone même ; choqué, Marduk maudit toutes les villes. Ishum parvient enfin à calmer Éra, en lui représentant l'injustice de son attitude. Éra se rend à ses raisons et détourne sa haine sur les pays étrangers. Le dieu destructeur reconnaît ses torts et revient dans son temple. Ishum bénit alors la Babylonie et lui promet l'indépendance, la réorganisation politique et la reconstruction économique.

Bien qu'elle utilise des thèmes connus de toute la littérature babylonienne (le Déluge, le dieu abandonnant son temple, etc.), l'œuvre présente des traits qui la mettent tout à fait à pa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (section des sciences religieuses) Paris

Classification


Autres références

«  ÉRA ou ERRA POÈME D'  » est également traité dans :

ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • René LABAT
  •  • 4 622 mots

Dans le chapitre « Mythes et épopées »  : […] La porte royale par laquelle il faut entrer dans la littérature épique, c'est, parmi les grands mythes, l' Épopée de Gilgamesh. En elle se résument vraiment l'histoire de la littérature babylonienne dans ses rapports avec la pensée sumérienne, les diverses étapes de son évolution et son rayonnement à l'extérieur. Le thème en est les exploits d'un très an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-assyro-babylonienne/#i_8483

Pour citer l’article

Daniel ARNAUD, « ÉRA ou ERRA POÈME D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/era-erra/