EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier exposé complet de la physique céleste

Epitome est moins célèbre que d’autres œuvres de Kepler car il ne contient pas la première formulation d’une grande découverte, comme l’Astronomia nova (1609) – qui démontre que les planètes parcourent des ellipses dont le Soleil occupe un des foyers et qu’elles ralentissent ou accélèrent en fonction de leur distance à ce Soleil (les deux premières lois de Kepler) – et l’Harmonice mundi (1619) – qui détermine le rapport entre la durée de révolution d’une planète et sa distance au Soleil (troisième loi). Pourtant, il s’agit là d’un ouvrage tout aussi important et original.

L’Epitome est la première synthèse qui présente l’ensemble des aspects du monde héliocentrique – dont Nicolas Copernic (1473-1543) avait proposé, dans le De Revolutionibus orbium coelestium (paru l’année de sa mort), une première analyse géométrique. Kepler y examine toutes les questions astronomiques et physiques posées par ce monde plaçant le Soleil – et non la Terre – au centre de l’Univers. Kepler est l’inventeur de la « physique céleste » (l’expression figure dans le titre de l’Astronomia nova) : cherchant les causes physiques des mouvements célestes, il a proposé dès 1609 de voir dans le Soleil en rotation la source de courants magnétiques qui mettent tout le système en mouvement. Dans l’Epitome, il approfondit son œuvre, la reformule plus clairement – en particulier pour ses trois lois – et cherche à l’exposer de façon pédagogique – sans la simplifier – afin de la mettre à la portée d’un plus grand nombre de lecteurs. Les volumes sont abondamment illustrés, la démarche est progressive – d’abord les principes de cosmologie générale, puis la théorie planétaire, et enfin l’examen des divers problèmes pouvant se présenter – et une approche scolaire par questions et réponses est adoptée. Kepler dit dans sa préface qu’il a d’abord pensé à ses jeunes élèves de Linz.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeure émérite à l'École normale supérieure, Paris sciences et lettres, membre de l'Institut d'histoire moderne et contemporaine, UMR 8066

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Isabelle PANTIN, « EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epitome-astronomiae-copernicanae-j-kepler/