MORANTE ELSA (1915-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre d'Elsa Morante se déploie dans la certitude revendiquée que la littérature pour être authentique doit exprimer des passions extrêmes, à travers une narration qui confère un rythme au temps en favorisant ainsi l'avènement de la dimension du mythe. De Mensonge et sortilège à La Storia, l'écriture de la romancière, baroque et fastueuse, s'enrichit parfois de régionalismes tout en faisant preuve d'une efficacité et d'une limpidité naturelles, toujours au service du récit et de ses pouvoirs.

Elsa Morante

Elsa Morante

photographie

Elsa Morante, du côté des humiliés et des offensés. 

Crédits : Pictorial Parade/ Hulton Getty

Afficher

Un réalisme magique

Elsa Morante naît à Rome le 18 août 1912. Elle est la fille d'Irma Poggibonsi et de Francesco Lo Monaco. Sa mère et son beau-père (Augusto Morante) sont instituteurs. Sa scolarité est très irrégulière, dominée par des efforts principalement autodidactes et un apprentissage de la vie au contact des élèves de la maison de correction où enseigne son beau-père. Elsa observe avec beaucoup d'intérêt le quotidien des habitants du quartier pauvre du Testaccio à Rome, lieu qui inspirera également l'univers poétique de son ami, l'écrivain et cinéaste Pier Paolo Pasolini. Cette prédilection pour le monde populaire aussi bien urbain que rural est sensible dans le choix de plusieurs personnages mis en scène par la romancière.

Elsa Morante quitte ses parents juste après avoir fini ses études secondaires. Les difficultés économiques l'obligent à abandonner très vite ses études à la faculté des lettres. Elle commence à écrire des fables et des poèmes et elle gagne sa vie en donnant des cours privés puis en collaborant à des journaux et des revues, notamment l'hebdomadaire Oggi pour lequel elle écrit de façon régulière entre 1939 et 1941. À la demande de l'éditeur Longanesi, elle traduit le Journal de Katherine Mansfield. Son propre journal (Diario) rend compte de ses passions et inquiétudes durant ces années-là. Il ne sera publié qu'en 1989 et traduit en français en 1999, sous le titre Territoire du rêve. C'est en 1936 que paraît son premier livre, un recueil de nouvelles intitulé Il gioco segret [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur habilité à diriger des recherches en art moderne et contemporain

Classification


Autres références

«  MORANTE ELSA (1915-1985)  » est également traité dans :

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 128 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Formes nouvelles et nouveaux contenus »  : […] Petroni (La Morte del fiume, 1974) un « retour aux collines » qui se confond dans la confrontation du présent avec le temps de la jeunesse : elle s'insère ainsi dans l'histoire personnelle comme elle prend place dans l'Histoire – et non plus comme un moment privilégié – avec La Storia (1974) d'Elsa Morante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_2866

NÉO-RÉALISME ITALIEN

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 3 185 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Néo-réalisme littéraire »  : […] le sens. Dernier sursaut du néo-réalisme sans doute, La Storia d'Elsa Morante (1974). Par son sujet, le choix des milieux et des personnages, son projet de roman populaire, La Storia renoue avec un courant qui plongeait ses racines dans une Italie rurale complètement transformée, en 1974, par le boom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-realisme-italien/#i_2866

Pour citer l’article

Giovanni JOPPOLO, « MORANTE ELSA - (1915-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elsa-morante/