ELLORĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grottes brahmaniques et jaïnas, le Kailāsa

Le groupe brahmanique – seize grottes – témoigne d'une puissante vitalité et de qualités esthétiques indéniables. Les salles sont le plus souvent rectangulaires et abritent un sanctuaire sur lequel veillent des gardiens (dvārapāla) et les déesses fluviales Gaṅgā et Yamunā. Aux murs alternent des parties nues et des panneaux sculptés illustrant les caractères des divinités majeures, Çiva et Viṣṇu.

Les cavernes 14 (Rāvana-kā-Khai) et 15 (Das Avatāra), sensiblement contemporaines (qui furent réalisées au cours du viiie siècle), renferment les compositions les plus notables. La dernière présente notamment une série de hauts-reliefs qui couvrent deux étages ; inspirés par les avatāra (incarnations, ou mieux, « descentes » en ce monde) de Viṣṇu et les légendes çivaïtes, ils prennent dans la pénombre une intensité étonnante. Avec une admirable maîtrise, les tailleurs de pierre ont traduit, à l'aide d'un jeu de diagonales et de rythmes opposés, le dynamisme des personnages mis en scène. À cet égard, le combat que Viṣṇu sous la forme de l'homme-lion (Narasimha) livre à un roi impie et la danse cosmique de Çiva comptent parmi les réussites les plus heureuses de l'art indien.

Le monument le plus grandiose d'Ellorā est sans conteste le temple du Kailāsa sculpté en un bloc unique, « découpé » dans la falaise et séparé d'elle par une « cour » (grotte 16). Il est l'œuvre du roi Kṛṣṇa Ier (757-783) de la dynastie Rāṣṭrakūta. C'est une sorte de résumé symbolique de l'univers, dominé par Çiva résidant au mont Kailāsa. L'énorme socle, qui semble reposer sur des protomés d'éléphants, le sanctuaire à toiture pyramidale et le liṅga (le phallus, symbole de Çiva), enveloppé d'ombre dans l'intimité de la cella, donnent une image du monde visible et invisible familière à tout hindou.

Ellora : le Kailasa

Ellora : le Kailasa

Dessin

Le Kailasa d'Ellora (d'après J. Burgess, «Rock Temples of Elura», Bombay, 1871). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette œuvre surprenante, d'une hauteur de 33 m, relève plus de la sculpture que de l'architecture. On y voit portée à ses limites extrêmes la technique de «  ronde-bosse monumentale » mise au point un siècle plus tôt par les réa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  ELLORA  » est également traité dans :

GUPTA EMPIRE

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 3 288 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le témoignage des arts »  : […] Plus accessibles que la littérature, les arts classiques de l'Inde ont préservé, à travers des œuvres de qualité, une image idéalisée de la société et le reflet des conceptions en vigueur au temps des Gupta. Les édifices laïques, construits pour la plupart en bois, ont disparu. Seuls subsistent des monuments religieux : grottes destinées au culte ou à l'habitation des moines, creusées au flanc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-gupta/#i_11654

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Peinture murale et statues de culte »  : […] Les vestiges des fresques tracées au Moyen Âge sont rares et mal conservés. À quelques exceptions près, ils se localisent au Dekkan. Tous trahissent un glissement irrésistible vers l'imagerie populaire. À Ellorā, on trouve dans la grotte jaïna dite Indrasabhā un prolongement abâtardi de la tradition d'Ajaṇṭā. Au Kailāsanātha, un examen attentif du plafond du porche occidental a permis de déceler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_11654

Voir aussi

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « ELLORĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ellora/