ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire)L'Égypte pharaonique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'époque archaïque (6000 - env. 3000)

La préhistoire

Mais, même si on possédait encore ces noms, on demeurerait dans la préhistoire ou la protohistoire, tous autres documents écrits antérieurs à la Ire dynastie ayant péri. Pourtant, les objets que les fouilles des sites archaïques ont livrés permettent de se faire une idée assez précise du très ancien développement du pays. Sur les plateaux, en particulier à l'ouest de Thèbes, on a trouvé une quantité considérable de silex paléolithiques : pièces bifaces, chalossiennes, chelléennes, acheuléennes, souvent magnifiques, de couleur marron foncé, appelée par les spécialistes patine chocolat. On y discerne des formes apparentées à l'Aurignacien de l'Europe. C'était l'époque où l'homme vivait encore, dans la steppe du plateau, de la chasse et de la cueillette. Il descendait dans la vallée pour pêcher et ramasser les plantes utiles. Puis, avec le Néolithique, les outils en silex diffèrent de plus en plus de ceux de l'Europe, mais s'apparentent à ceux de l'Afrique du Nord, à cause sans doute de la similitude des besoins, des conditions géographiques et de la proximité relative.

La période prédynastique

Vers la fin du Néolithique surgit, à une date qu'on ne saurait préciser, peut-être antérieure au IVe millénaire, une civilisation plus spécialement nilotique. Les premières manifestations en ont été trouvées à Badari et à El-Amrah, aussi donne-t-on souvent à ces temps anciens les noms de Badarien et d'Amratien. L'homme est installé dans la vallée en villages organisés. Il possède des huttes, enterre ses morts, cultive le sol où il fait déjà pousser les deux céréales essentielles de l'Égypte, l'orge et le blé amidonnier (Triticum dicoccum). Il a aussi inventé, pour l'ornement, une sorte de faïence d'un bleu clair, qu'on retrouvera ensuite pendant toutes les périodes de l'histoire. Il sait peindre des traits blancs sur une poterie rouge lissée et il sculpte des vases dans la pierre dure.

C'est cependant à une date ultérieure qu'un progrès considérable s'accomplit, avec les cultures guerzéenne et nagadienne. On suppose qu'un peuple étranger, de souche chamito-sémitique, vint par l'est du Delta ou par l'ouadi Hammamat s'installer en Égypte. Il parlait probablement l'ancêtre de l'égyptien historique, encore très proche du sémitique ; il s'implanta peu à peu sur toute l'étendue du pays et s'amalgama avec les autochtones. Le fond de la population égyptienne historique paraît dater de cette époque, en dépit des mélanges – assez limités – qui durent résulter d'invasions asiatiques, libyennes ou soudanaises. Si les Guerzéens n'avaient inventé que la peinture de scènes et de paysages exécutée au trait blanc sur un fond lisse rose-jaune, leurs innovations n'eussent pas été considérables. Mais ils surent s'élever au-dessus des besoins utilitaires jusqu'à atteindre la perfection artistique. Leurs larges lames de silex, bifaces et un peu courbées, possèdent un axe médian autour duquel les traces des éclats sont disposées avec une régularité qui tient du prodige, quand on connaît la difficulté de la taille du silex. Il s'agit évidemment d'outils ou d'armes d'apparat que l'on eût hésité à employer au risque de les ébrécher. On les ornait parfois de manches d'or ou d'ivoire. Ces derniers, sculptés, tel le fameux couteau du Gebel el-Arak au Louvre, révèlent déjà une habileté technique et un don de la composition tout à fait nouveaux. Si l'on ajoute le travail de l'or et de l'argent, la composition du fard vert, la construction de certains édifices en clayonnage de roseaux, on reconnaît déjà une société développée, dont l'organisation devait correspondre aux réalisations industrielles et artistiques.

Manche de couteau orné de scènes de combats et de navigation

Diaporama : Manche de couteau orné de scènes de combats et de navigation

ART ÉGYPTIEN, époque protodynastique, vers 3300, Manche de couteau provenant probablement de Gebel el-Arak, orné de scènes de combats et de navigation, ivoire de dent d'hippopotame. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

La période thinite

Pendant la seconde moitié du IVe millénaire, des cités plus fortes que leurs voisines dominèrent progressivement le pays, et deux royaumes finirent par se constituer, correspondant aux deux parties géographiques distinctes : la haute vallée du Nil et le Delta. Peut-être des unifications éphémères eurent-elles lieu. L'une d'entre elles, sans doute avant le début du IIIe millénaire, eut une importance capitale. Les anciens eux-mêmes l'attribuaient au roi Ménès, originaire de Haute-Égypte. Il conquit le Delta et, comme c'était un administrateur autant qu'un guerrier, comprenant qu'il aurait de la peine à gouverner les deux pays du fin fond de la Haute-Égypte, il fonda une nouvelle capitale au point de jonction [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Manche de couteau orné de scènes de combats et de navigation

Manche de couteau orné de scènes de combats et de navigation
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Complexe funéraire de Djéser, Saqqarah

Complexe funéraire de Djéser, Saqqarah
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Palette du roi Narmer

Palette du roi Narmer
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 17 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de l'Institut français d'archéologie orientale, Le Caire

Classification

Autres références

«  ÉGYPTE ANTIQUE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 1 614 mots

Lorsque, au vie siècle de notre ère, l'empereur Justinien fit amener à Constantinople les statues d'Isis qu'on adorait encore dans l'île de Philae, à la première cataracte, lorsqu'il emprisonna les derniers prêtres de la déesse, il semblait vraiment que la civilisation de la vieille Égypte était bel et bi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte ptolémaïque

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 460 mots
  •  • 1 média

Égypte ptolémaïque, Égypte lagide, Égypte hellénistique : cette triple appellation est employée communément pour désigner une même réalité, dans l'espace et dans le temps, mais avec des connotations particulières. L'Égypte lagide, c'est la vallée du Nil, de la mer à la deuxième cataracte, et les pays qui furent rattachés par conquête à ce territoire, depuis la mort d' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte romaine et byzantine

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 628 mots
  •  • 1 média

Après la mort de Cléopâtre, en 30 avant J.-C., l'Égypte passe au pouvoir d'Auguste et du même coup sous la domination romaine : elle devait y rester six siècles, c'est-à-dire jusqu'à la conquête arabe marquée en 640 après J.-C. par la prise de Babylone et en 641 par la chute d'A […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Préparée par les travaux des savants de l'expédition d'Égypte (menée par Bonaparte en 1798-1799), amorcée par les découvertes de voyageurs érudits célèbres, tels Champollion (qui, en 1828-1829, remonta le Nil jusqu'à la deuxième cataracte) puis le Prussien Lepsius (qui, de 1842 à 1845, visita de nombreux sites, s'avançant loin dans ce qu'on appelait alors l' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rit […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 057 mots
  •  • 9 médias

L'écriture égyptienne apparaît en même temps que l'unification du pays, vers 3100 avant J.-C., et se développe rapidement. Ce n'est pas un hasard. La civilisation, en Égypte, dépend étroitement du Nil, car elle repose sur la bonne utilisation des eaux du fleuve. En effet, celles-ci seraient insuffisantes si l'ino […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 500 mots
  •  • 2 médias

Si l'on peut se demander quelle est la première civilisation qui a inventé et employé l'écriture comme moyen d'échange, en revanche on peut affirmer que c'est dans la vallée du Nil que fut créée la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. L'Égypte est par excellence la terre des scribes.La civilisation égyptienne étant prise dans un système d'intégration cosmique qui, sur terre, culmin […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 450 mots
  •  • 30 médias

Selon la tradition des annales de l'Égypte ancienne, dont les auteurs grecs se sont fait l'écho, le premier pharaon, responsable de l'unification du pays, se serait appelé Ménès, nom ignoré des sources archéologiques datant des débuts de l'histoire. Aussi s'est-on longtemps posé la question de sa véritable identité. Le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François DAUMAS, « ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-egypte-pharaonique/