Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HEATH EDWARD (1916-2005)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Premier ministre conservateur du Royaume-Uni de juin 1970 à mars 1974, Edward Richard George Heath est né le 9 juillet 1916, à Broadstairs dans le Kent ; il est mort à Salisbury, dans le Wiltshire, le 17 juillet 2005.

Ted Heath, fils unique de parents modestes est un produit de l'enseignement secondaire public, entrant à Balliol College (Oxford) grâce à une bourse pour y étudier le piano. Il quitte cependant Oxford avec le diplôme de P.P.E. (Philosophy, Politics & Economics), qui ouvre la voie royale de la politique et de la haute administration. Toute sa vie, il fut un excellent pianiste et un chef d'orchestre amateur ; il fut aussi un fanatique de voile.

Élu dans la circonscription de Bexley, dans la banlieue aisée du sud de Londres, dès février 1950, il réélu constamment jusqu'en 2001. C'est Churchill, redevenu Premier ministre, qui lui fait franchir les premiers échelons dans la hiérarchie du parti tory, en le chargeant de la discipline dans le groupe parlementaire. Après les élections d'octobre 1959, que Harold MacMillan, leader du parti depuis janvier 1957, remporte haut la main, Heath devient ministre du Travail puis, après la déclaration de candidature du Royaume-Uni au Marché commun, il est nommé numéro deux du Foreign Office, chargé de la négociation avec les Six, choix délibéré car Heath est partisan convaincu de l'adhésion britannique. Il ressent le « veto » de De Gaulle, en janvier 1963, comme un camouflet personnel.

Mais la chance lui sourit rapidement. Alec Douglas-Home, qui a succédé à MacMillan en 1963, démissionne de son poste de leader deux ans plus tard. Heath lui succède. Il est le premier leader conservateur à être élu par l'ensemble des députés. Il est aussi le premier « méritocrate ».

En tant que leader de l'opposition, il a du mal à s'affirmer au Parlement et dans le pays ; et, quand Wilson provoque des élections anticipées, en mars 1966, les conservateurs subissent leur plus lourde défaite depuis 1945. Puis arrive la victoire-miracle de juin 1970, que personne n'attend, y compris la plupart des dirigeants conservateurs. Heath accède au pouvoir avec une équipe rajeunie, mais peu aguerrie, et un programme libéral, qui rompt avec le « consensus d'après guerre », qui consistait, pour les deux grands partis de gouvernement, à ne pas s'attaquer aux rapports de pouvoir économiques et sociaux nés des grandes nationalisations d'après guerre. Dès son arrivée, il abolit le contrôle des prix et des salaires, en place depuis 1965, et proclame qu'il refusera de porter secours aux « canards boiteux » de l'économie. Mais, pour éviter une faillite retentissante, il nationalise Rolls Royce, fleuron de l'aéronautique britannique et, en 1972, après une grève des mineurs de six semaines qui l'a amené à concéder des hausses de salaires hors de proportion avec ce que l'économie peut supporter, il fait voter une politique des revenus encore plus sévère que celle de son prédécesseur, politique combattue vivement par les syndicats les plus militants. Une seconde grève des mineurs, dans le contexte du choc pétrolier de la fin 1973, met à nouveau le pays à genoux. Proclamant l'état d'urgence – qui implique pour les entreprises une semaine de trois jours afin de répartir l'électricité disponible –, il dissout ensuite les Communes et demande au pays de trancher (le 28 février 1974) entre le gouvernement légitime et un pouvoir syndical, agressif et antiparlementaire. Les conservateurs obtiennent bien la majorité relative des voix, mais une minorité de sièges ; pour la première fois depuis la guerre, aucun parti n'obtient une majorité de gouvernement. Échouant à former une coalition, il n'a pas d'autre choix que de démissionner. Après une seconde défaite électorale, en octobre, sa position de leader devient intenable et, aux élections internes de février 1975, il est remplacé[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., chercheur associé au Centre d'études et de recherches internationales

Classification

Pour citer cet article

Jacques LERUEZ. HEATH EDWARD (1916-2005) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Médias

Edward Heath - crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Edward Heath

Edward Heath et Margaret Thatcher, 1970 - crédits : Leonard Burt/ Hulton Archive/ Getty Images

Edward Heath et Margaret Thatcher, 1970

Georges Pompidou et Edward Heath, 1972 - crédits : Dove/ Daily Express/ Hulton Archive/ Getty Images

Georges Pompidou et Edward Heath, 1972

Autres références

  • CONSERVATEURS, Royaume-Uni

    • Écrit par et
    • 1 422 mots
    • 4 médias

    L'un des grands partis politiques britanniques, dont le nom apparaît vers 1836 pour succéder au traditionnel terme « tory ». Dès la naissance du parti, Robert Peel lui fixe l'objectif d'associer classes moyennes et supérieures et de favoriser les évolutions qui ne compromettraient...

  • ROYAUME-UNI - Histoire

    • Écrit par , et
    • 43 835 mots
    • 66 médias
    ...Marché commun l'ouverture de négociations en vue d'une éventuelle candidature de la Grande-Bretagne à la Communauté. Il s'agit en fait, aux dires mêmes d' Edward Heath, chargé de mener les négociations à Bruxelles, d'une première candidature et, si l'on en croit son discours de présentation en novembre,...
  • ROYAUME-UNI - Le système politique

    • Écrit par
    • 11 136 mots
    • 4 médias
    ...droite impérialiste au moment de la décolonisation, les premières manifestations d'indiscipline collective systématique apparaissent sous le gouvernement Heath (1970-1974), les « rebelles » reprochant au Premier ministre d'avoir abandonné le manifeste libéral sur lequel il a été élu. Un groupe d'environ...