KENDALL EDWARD CALVIN (1886-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Edward Kendall est un chimiste américain. Ses travaux sur les hormones corticosurrénales et la cortisone en particulier lui ont valu, ainsi qu'à Philip S. Hench et Tadeus Reichstein, le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1950.

Né le 8 mars 1886 à South Norwalk (Connecticut), Edward Calvin Kendall est formé à l’université Columbia (New York), où il obtient son doctorat. Il travaille comme chercheur à l’université de Detroit, puis à l’hôpital St. Luke à New York avant de rejoindre la clinique Mayo à Rochester en 1911. Il devient directeur du département de biochimie de la fondation Mayo, puis professeur de chimie physiologique de 1915 à 1951. Il enseigne ensuite à l'université de Princeton.

La découverte des hormones surrénaliennes remonte au milieu du xixe siècle. En 1849, le médecin britannique Thomas Addison montre qu’une altération marquée de l’état général et une pigmentation bronzée de la peau sont associées à des lésions profondes des glandes surrénales. Cette maladie est nommée maladie d’Addison par Armand Trousseau en 1855. La même année, Édouard Brown-Séquard montre que l’ablation des glandes surrénales chez l’animal provoque sa mort en une douzaine d’heures. Il est ensuite démontré que c’est le cortex de la glande corticosurrénale qui constitue un organe vital. L’ensemble pousse à tenter de traiter les malades avec des extraits de surrénales (opothérapie), à la fin du xixe siècle, avec un succès suffisamment remarquable pour que l’on cherche à isoler les « principes actifs » contenus dans ces extraits.

Dans la course à l'identification des composés actifs ainsi lancée, Kendall – biochimiste de talent qui avait déjà isolé la thyroxine, hormone thyroïdienne, en 1914 – et son groupe, parallèlement à Reichstein à Bâle, réussissent, à partir d'extraits très complexes, à isoler, caractériser structuralement et proposer des voies de synthèse d'au moins quatre hormones bioactives, dont la célèbre cortisone. En 1936, Kendall et ses collaborateurs isolent suffisamment de cortisone pour la confier, à des fins d’études cliniques, à Philip Hench à la clinique Mayo de Rochester. Ce dernier démontre les propriétés anti-inflammatoires de la cortisone, ce qui ouvre la voie à la thérapie par les corticoïdes à partir de la fin des années 1940.

Kendall prend sa retraite en 1951, mais poursuit ses recherches sur les hormones surrénaliennes et leur métabolisme. Il meurt le 4 mai 1972.

—  Samya OTHMAN, Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KENDALL EDWARD CALVIN (1886-1972)  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DE LA CORTISONE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 212 mots

La recherche sur les glandes surrénales fut stimulée par des observations cliniques faites sur des malades atteints d'insuffisance surrénalienne. De 1933 à 1936, trois groupes de chercheurs, dont celui d'Edward C. Kendall, qui avait déjà isolé la thyroxine, et celui de Tadeus Reichstein à Zurich, isolent à partir des corticosurrénales une substance (nommée compound E par Kendall en 1935) qu'on re […] Lire la suite

ENDOCRINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 3 846 mots

Dans le chapitre « La nature des hormones et leur biogenèse »  : […] La composition chimique des hormones dont les structures étaient les plus simples fut assez tôt découverte ; ainsi l'adrénaline (Oliver et Schafer, 1894) et la thyroxine ( Kendall, 1914), dont on parvint rapidement à faire la synthèse. Vint ensuite l'identification des hormones stéroïdes produites par les surrénales et les glandes génitales ; à cette tâche s'attachèrent principalement, de 1929 à 1 […] Lire la suite

HENCH PHILIP SHOWALTER (1896-1965)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 164 mots

Rhumatologue américain né en 1896 à Pittsburgh (Pennsylvanie). Médecin militaire (1920), Hench est successivement directeur du département de rhumatologie (1926) à la clinique Mayo, à Rochester puis professeur de médecine à la fondation Mayo de l'université du Minnesota (1947). Hench remarque que la jaunisse et/ou la grossesse soulagent les douleurs des patients souffrant d'arthrite rhumatoïde chr […] Lire la suite

REICHSTEIN TADEUS (1897-1996)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 251 mots

Chimiste suisse d'origine polonaise, né en 1897 à Wloclawek. Directeur de l'institut pharmaceutique de l'université de Bâle et professeur de chimie pharmacologique (1931-1946), il dirigera ensuite le nouvel institut de chimie organique dont il aura supervisé la construction. Les travaux les plus connus de Reichstein portent sur les hormones corticosurrénales, en particulier la cortisone, et lui on […] Lire la suite

THYROXINE ou TÉTRAIODOTHYRONINE (T4)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 556 mots
  •  • 1 média

La thyroxine est la principale hormone produite par la glande thyroïde. Son dosage permet la détection de l'hypothyroïdie et de l'hyperthyroïdie. C'est Edward C. Kendall , un biochimiste américain qui, de 1910 à 1914, a réussi à isoler chimiquement la thyroxine et à en décrire les signes cliniques, l'absence ou l'insuffisance quantitative de cette hormone étant à l'origine de pathologies telles […] Lire la suite

Pour citer l’article

Samya OTHMAN, « KENDALL EDWARD CALVIN - (1886-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-calvin-kendall/