LIMONOV ÉDOUARD V. (1943-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Pour moi, “extrémisme” n’est pas péjoratif. » Cette affirmation de l’enfant terrible des lettres soviétiques et postsoviétiques, Édouard Veniaminovitch Limonov, de son vrai nom Savenko, né le 22 février 1943 à Dzerjinsk, est caractéristique de cet écrivain prolifique, gourmet des plaisirs des sens, avide d’aventures et d’adrénaline, provocateur et iconoclaste, qui fera toute sa vie des va-et-vient entre écriture et action, littérature et politique. Se qualifiant lui-même d’Excité dans le monde des fous tranquilles, titre d’un recueil de ses chroniques pour la revue L’Idiot international (1989-1994), il n’a eu de cesse de placer son existence sous le signe du risque, puis de la transformer en littérature, comme en témoignent des ouvrages tels que L’Adolescent Savenko (1983, publié en français en 1985 sous le titre Autoportrait d’un bandit dans son adolescence) ou La Grande Époque (1987, trad. fr. 1989).

Dans ce monument hagiographique à sa propre personne, Limonov crée une image de lui-même qu’il entretient soigneusement : poète et voyou dans la banlieue de Kharkov, poète et tailleur dans l’underground littéraire moscovite de 1967 à 1974, émigré SDF puis secrétaire particulier d’un richissime Américain à New York jusqu’en 1980, écrivain reconnu par le milieu intellectuel français à Paris, et enfin homme politique, contestataire, prisonnier en Russie, où il revient définitivement en 1991. Il y crée en 1994 le Parti national-bolchevique – qui unit le brun de l’extrême droite au rouge de l’extrême gauche – rassemblant des insatisfaits de la démocratie « sauvage » qui marque les premières années postsoviétiques. Il édite un journal, combat en Croatie aux côtés des Serbes, puis en Ukraine du côté des Russes.

En 1974, lorsqu’il fut contraint d’émigrer, il ne se préoccupait pas encore de politique. Il dit vingt ans plus tard : « Je n’ai jamais protesté ni contre la politique de l’URSS ni contre l’idéologie. La seule chose pour laquelle je me suis battu, c’est pour qu’il y ait plus de libertés pour l’art. » De ces libertés, il va pr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en littérature et culture russes, Sorbonne université

Classification

Autres références

«  LIMONOV ÉDOUARD V. (1943-2020)  » est également traité dans :

CARRÈRE EMMANUEL (1957- )

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 786 mots

L' œuvre d'Emmanuel Carrère est un objet d'observation privilégié pour qui voudrait observer les destinées contemporaines de la littérature : sa thématique et son horizon d'attente très visibles sont en effet significatifs de ce qui se joue du littéraire au début du xxi e  siècle et de l'évolution de nombreux écrivains qui ont intégré dans leur style même la mutation des mentalités et des modes de […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 101 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Face à l'Occident »  : […] L'ancienne émigration, décimée, vieillissante, eut à peine le temps de voir arriver la nouvelle, durant les années 1970. Le bilan de cette seconde littérature émigrée est riche, mais moins varié que celui de la première. Beaucoup d'œuvres concernant la condition de l'homme au goulag : ainsi Golos iz hora ( Une voix dans le chœur , 1976) de Siniavski-Tertz est une méditation sur le camp et son mic […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hélène MÉLAT, « LIMONOV ÉDOUARD V. - (1943-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-v-limonov/