Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉDOUARD II (1284-1327) roi d'Angleterre (1307-1327)

Sixième souverain de la dynastie des Plantagenêts, Édouard doit son accession à la couronne à la mort prématurée de ses trois frères aînés. Son règne désastreux forme un contraste total avec celui de son père Édouard Ier. Monté sur le trône alors que se déroule une expédition contre l'Écosse, il est le responsable de l'échec complet du grand projet de réunion des deux royaumes, rendue impossible par l'écrasante défaite anglaise de Bannockburn, en 1314, devant les troupes de Robert Bruce. Fils d'un souverain énergique, il est le jouet de favoris, Piers Gaveston, dont il fait un comte de Cornouailles, au début du règne et jusqu'en 1312, Hugues le Despenser après 1322. Sa faiblesse personnelle et ses échecs ont permis aux barons de relever la tête et, en 1311, d'imposer à leur souverain une véritable tutelle, le privant de tout pouvoir réel et désignant des commissaires chargés du gouvernement effectif du royaume ; de 1316 à 1321, Thomas de Lancastre est le véritable « délégué » de la caste féodale à la tête de l'Angleterre. Époux d'Isabelle de France, fille de Philippe le Bel, Édouard l'écarte systématiquement, pendant les dernières années de son règne, de sa personne et de son gouvernement et l'encourage ainsi, avec la complicité de son amant Roger Mortimer, à fomenter une révolution de palais en 1326 : les Despenser exécutés, Édouard II sera emprisonné et, l'année suivante, déposé par un parlement. Tout permet de croire qu'il a ensuite été assassiné sur l'ordre de la reine et de Mortimer. Pour la première fois, l'ordre divin n'a pas été respecté : un roi sacré a été mis à mort ; des légistes tentent alors de justifier cet acte en se réclamant des théories thomistes sur les tyrans. Un précédent dangereux n'en est pas moins créé qu'Édouard III s'efforcera de faire oublier en coupant court aux spéculations juridico-théologiques.

— Roland MARX

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer cet article

Roland MARX. ÉDOUARD II (1284-1327) roi d'Angleterre (1307-1327) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CHARLES IV LE BEL (1294-1328) roi de France (1322-1328)

    • Écrit par
    • 381 mots

    Le plus jeune des fils de Philippe le Bel, Charles de la Marche, prend la succession de son frère Philippe V, mort sans héritier mâle, selon le précédent créé en 1317. Le scandale de la tour de Nesle après lequel il obtient l'annulation de son mariage avec Blanche de Bourgogne n'atteint pas le prestige...

  • DESPENSER LES

    • Écrit par
    • 198 mots

    Famille anglaise élevée à la pairie au début du xiie siècle. Plusieurs de ses membres arrivèrent à de hautes dignités, dont le « justicier » Hugues au temps de Henry III et de Simon de Montfort. Le plus connu est Hugues le Despenser, tendre favori d'Édouard II, qui le fait comte de Winchester...

  • EDWARD II et RICHARD II (C. Marlowe et W. Shakespeare)

    • Écrit par
    • 1 662 mots

    Deux drames historiques joués en 1996 nous ont fait revivre un grand pan de l'histoire de l'Angleterre au Moyen Âge, deux époques de guerres étrangères (menées contre l'Écosse, l'Irlande, la France) et, surtout, civiles : les féodaux s'y affrontent à des rois faibles et méprisés pour leur prodigalité...

  • ISABELLE DE FRANCE (1292-1358) reine d'Angleterre

    • Écrit par
    • 318 mots
    • 1 média

    Fille de Philippe le Bel et de Jeanne de Navarre. Mariée en 1308 au roi d'Angleterre Édouard II entièrement dominé par des favoris comme Piers Gaveston ou les Despenser, la situation d'Isabelle de France fut de ce fait difficile. Elle multiplia les voyages en France, menant à bien diverses négociations...