ISABELLE DE FRANCE (1292-1358) reine d'Angleterre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille de Philippe le Bel et de Jeanne de Navarre. Mariée en 1308 au roi d'Angleterre Édouard II entièrement dominé par des favoris comme Piers Gaveston ou les Despenser, la situation d'Isabelle de France fut de ce fait difficile. Elle multiplia les voyages en France, menant à bien diverses négociations comme celles qui, en 1325, aboutirent à l'hommage prêté à Philippe VI de Valois par son fils aîné, le futur Édouard III, pour le duché de Guyenne, et au mariage de celui-ci avec Philippa de Hainaut. Il est possible que la reine d'Angleterre ait également contribué à faire connaître à Philippe le Bel la vie dissolue de ses brus.

En 1326, Isabelle revint en Angleterre pour y prendre la tête d'une révolte des barons. Aidée par quelques princes et par son amant Mortimer, elle organisa la capture du roi, et des Despenser qui furent exécutés. Contraint d'abdiquer en 1327, Édouard II fut assassiné peu après dans sa prison du château de Berkeley, sans doute sur l'ordre d'Isabelle. Bien que le jeune Édouard III ait eu sa part de responsabilité dans l'éviction et peut-être dans la mort de son père, il supporta mal la tutelle politique de la reine et de Mortimer. En 1330, il parvint à prendre le pouvoir effectif, fit pendre Mortimer et se débarrassa d'Isabelle en l'enfermant jusqu'à la fin de ses jours.

Roger Mortimer

Roger Mortimer

photographie

Roger Mortimer, comte de La Marche (1287-1330), amant de la reine Isabelle, l'épouse du roi d'Angleterre Édouard II qu'il fera assassiner. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les droits de la fille de Philippe le Bel à la couronne de France furent considérés comme sans fondement par l'Assemblée de Vincennes en 1328. Bien avant que l'on songeât à invoquer la loi salique pour justifier le fait accompli, les barons français se prononcèrent contre les prétentions d'Édouard III surtout parce qu'il était étranger. C'est là l'un des premiers événements qui signalent l'apparition d'une conscience nationale.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  ISABELLE DE FRANCE (1292-1358) reine d'Angleterre  » est également traité dans :

ÉDOUARD II (1284-1327) roi d'Angleterre (1307-1327)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 338 mots

Sixième souverain de la dynastie des Plantagenêts, Édouard doit son accession à la couronne à la mort prématurée de ses trois frères aînés. Son règne désastreux forme un contraste total avec celui de son père Édouard I er . Monté sur le trône alors que se déroule une expédition contre l'Écosse, il est le responsable de l'échec complet du grand projet de réunion des deux ro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-ii/#i_19335

MORTIMER ROGER 1er comte de LA MARCHE (1287-1330)

  • Écrit par 
  • Paul BENOÎT
  •  • 287 mots
  •  • 1 média

Issu d'une famille d'origine normande dont la fortune s'est considérablement accrue par mariages au xiii e  siècle, Roger Mortimer est l'un des plus puissants seigneurs des Marches galloises, très indépendants du pouvoir royal ; il possède aussi d'importants domaines en Irlande. En 1316, il y est nommé lieutenant général du roi et prend une part i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-mortimer/#i_19335

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « ISABELLE DE FRANCE (1292-1358) reine d'Angleterre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isabelle-de-france/