ÉCONOMIE MONDIALE2021 : rebond, fractures sanitaires et fractures économiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le troisième monde : les ombres de l’appauvrissement

Russie : rigueur budgétaire et conversion climatique

La fin de l’année est marquée en Russie par de mauvaises nouvelles sur le front de la pandémie. Les statistiques de personnes contaminées et de décès s’envolent, alors même que seulement 35 % de la population est vaccinée, un chiffre qui révèle une forte méfiance à l’égard de l’État. Ces revers sanitaires devraient mettre à mal la fameuse résilience russe. La surmortalité provoquée par la Covid-19 accentue par ailleurs une baisse de la population due à la conjonction d’un faible taux de natalité, d’un système de soin défaillant et de vagues d'émigration, alors même que Vladimir Poutine voit dans la démographie un atout de puissance.

Sur fond de politique de rigueur budgétaire et monétaire et de congélation politique, les inégalités s’accroissent. À l’inverse de nombreux pays, la Russie limite fortement la distribution d’aides exceptionnelles (moins de 4 % du PIB) et opte pour la rigueur, tant dans sa politique budgétaire – d’où résultent un déficit de seulement 0,5 % du PIB et une dette publique de moins de 20 %, que dans sa politique monétaire, axée sur une hausse des taux d’intérêt.

Solde de la balance des paiements au niveau mondial (2019-2021)

Tableau : Solde de la balance des paiements au niveau mondial (2019-2021)

En dehors des pays exportateurs d'hydrocarbures (Russie, pays du Moyen-Orient, Brésil), les soldes extérieurs sont relativement stables en dépit de la crise liée à la pandémie de Covid-19 (source : FMI World Economic Outlook, oct. 2021). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L’économie russe cumule une croissance ralentie, avec un léger rebond en 2021 (4,7 %), un taux de chômage faible, un taux d’inflation élevé, qui progresse (5,9 %) et menace le pouvoir d’achat des ménages, et un excédent extérieur prononcé, poussé par les prix comme par les volumes des exportations de combustibles, de bois et de métaux.

Toutefois, la pauvreté d’une grande partie de la population, déjà très marquée, tend à s’accentuer : le taux de pauvreté, pourtant défini à un faible niveau (de l’ordre de 150 euros par mois), est à 13 %, en hausse constante depuis 2012 et, selon une agence officielle, les ressources de plus de 60 % des Russes sont consacrées exclusivement à la nourriture et à l'habillement.

Pour l’avenir, le gouvernement fixe deux réorientations majeures : la digitalisation de l’économie et, plus récemment, la décarbonation avec l’annonce d’une conversion climatique à la COP 26.

Inde : le nationalisme libéral face aux désastres sanitaires et sociaux

Alors que l’Inde avait réussi à éviter le pire lors de la première vague de la pandémie, la gestion par le gouvernement de Narendra Modi de la deuxième vague se révèle désastreuse en 2021 : sous-estimation du phénomène, diffusion d’informations fantaisistes sur les remèdes, refus de vaccination, mauvaise communication conduisant à l’abandon des gestes barrières. Premier producteur de vaccins au monde, l’Inde se retrouve dans une situation de pénurie face à la Covid-19.

Pandémie de Covid-19 en Inde, 2021

Photographie : Pandémie de Covid-19 en Inde, 2021

La crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 s'est notamment manifestée en Inde par une grave pénurie d'oxygène. Ici, des habitants de New Delhi s'approvisionnent en bombonnes d'oxygène pour des malades soignés à domicile (avril 2021). 

Crédits : Sonu Mehta/ Hindustan Times/ Getty Images

Afficher

Par ailleurs, le pays s’enfonce dans la pauvreté. En 2021, 230 millions de personnes supplémentaires tombent sous le seuil de pauvreté (fixé à 375 roupies par jour soit 4,20 euros), alors que la période 2005-2015 en avait vu 270 millions en sortir. À cela s’ajoutent une augmentation du chômage, une baisse des revenus pour la quasi-totalité de la population, le recours à l’endettement en raison des lacunes de l’assurance santé, la crise alimentaire...

Pour essayer de faire face à la dégradation des finances publiques, le gouvernement, qui s’interdit une hausse de la fiscalité, se lance dans de nouvelles privatisations et dans la location au secteur privé d’actifs publics (routes, voies ferrées, oléoducs, lignes téléphoniques), ce qui devrait permettre de renflouer les caisses publiques de près de 70 milliards d’euros. Au sein de la mouvance nationaliste hindoue, certains soulignent la contradiction entre ces privatisations et la volonté de rendre l’Inde autonome en matière de santé, de transport et d’énergie.

Toutefois, dans le domaine agricole, Narendra Modi est obligé de reculer dans sa volonté de libéralisation à outrance : il abandonne en novembre une réforme qui visait à supprimer les marchés contrôlés par l’État et continue ainsi à garantir un prix minimal pour certaines denrées telles que le blé ou le riz, dispositif vital pour les paysans, très pauvres en grande majorité, endettés et ne possédant que de petites parcelles.

La place de l’Inde dans les relations internationales est marquée par le d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Croissance du PIB mondial (2019-2021)

Croissance du PIB mondial (2019-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Port de Long Beach, près de Los Angeles

Port de Long Beach, près de Los Angeles
Crédits : Qian Weizhong/ Visual China Group/ Getty Images

photographie

Prix à la consommation dans le monde (2019-2021)

Prix à la consommation dans le monde (2019-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Complexe immobilier Evergrande Mingdu à Huai’an, Chine

Complexe immobilier Evergrande Mingdu à Huai’an, Chine
Crédits : Zhao Qirui/ Costfoto/ Barcroft Media/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre FAUGÈRE, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2021 : rebond, fractures sanitaires et fractures économiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2021-rebond-fractures-sanitaires-et-fractures-economiques/