SUBSISTANCE ÉCONOMIE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Certaines sociétés primitives ont été analysées comme des sociétés d'autosubsistance. Aujourd'hui encore, en Amérique latine, en Asie ou en Afrique, on peut trouver, plus ou moins exceptionnellement, des groupes sociaux de dimension réduite ou très réduite vivant dans une autarcie assez large à l'égard du monde, et on les dénomme économies de subsistance.

Par cette expression, on désigne donc un groupe social (une communauté) vivant des produits de son travail. Il utilise des techniques archaïques, car le progrès dans les structures mêmes de l'appareil de production engendre inévitablement des besoins (outillage, engrais) qui ne peuvent être assurés que dans l'échange. Par le fait même, les rendements sont faibles d'autant plus que — sauf cas de combinaisons eau, sol, climat tout à fait exceptionnelles — les terres s'épuisent vite, obligeant souvent à une agriculture itinérante. Les transports sont donc réduits au strict minimum, à l'intérieur de la communauté ou pour assurer ses déplacements, ce qui les rend réalisables à dos d'animaux si ce n'est à dos d'homme.

Néanmoins, tout travail produisant un surplus, on ne peut envisager de groupes vivant ou ayant vécu durablement dans un tel équilibre sans chercher à l'expliquer. À long terme, une partie de ce surplus peut être utilisée à l'élargissement des dimensions du groupe, et on constate historiquement, en effet, l'accroissement de leurs forces productives dans le passé, alors que les groupes observés actuellement paraissent très statiques. Ce surplus peut être aussi nul ou très faible, si l'effort et le temps de travail sont déterminés pour produire ce qui est strictement nécessaire aux subsistances « normales » : le surplus se réalise alors sous forme de temps libre, ce qui explique le jugement d'irrationalité souvent porté sur ces groupes au nom de nos propres critères d'appréciation. Le surplus peut y être l'objet de consommations collectives rituelles ou individuelles ostentatoires. Le surplus peut enfin être prélevé par une classe dominante, l'économie de subsistance n'excluant pas une structure de classes de la société.

Notons aussi que la rencontre avec les sociétés modernes engendre toujours pour ces groupes des altérations fondamentales à ce qui était leur fonctionnement traditionnel. Les collectivités qui se sont ainsi trouvées intégrées au commerce mondial en ont été profondément transformées dans leur fonctionnement interne et dans leur équilibre sociobiologique.

—  Gérard DESTANNE DE BERNIS

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de sciences économiques de Grenoble, président de l'Institut de sciences mathématiques et économiques appliquées, Paris

Classification


Autres références

«  SUBSISTANCE ÉCONOMIE DE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 906 mots

Les sociétés globales – ainsi appelées parce qu'en chacune d'elles l'individu trouve l'ensemble des réseaux de relations sociales dont il a besoin au cours de sa vie – furent nombreuses dans l'Afrique traditionnelle, celle qui prit fin avec la période coloniale en ses débuts, vers le dernier quart du xix e siècle. Un ethnologue, George P. Murdock, en énumère plus de huit cent cinquante, et sa li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-civilisations-traditionnelles/#i_5601

CÉRÉALES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 6 239 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Des modes de production de céréales très contrastés »  : […] Produire des céréales est l'un des plus vieux métiers du monde et le plus largement répandu sur notre planète compte tenu de la place qu'occupent les agriculteurs dans la population active des pays en développement. L'éventail des techniques de production mises en œuvre demeure toutefois très large, depuis les plus archaïques jusqu'aux plus modernes. On distingue : –  Les céréalicultures faiblem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cereales/#i_5601

CHASSE ET CUEILLETTE

  • Écrit par 
  • Alain TESTART
  •  • 2 200 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les activités de subsistance »  : […] La chasse est souvent spectaculaire, surtout celle du gros gibier (comme l'éléphant ou la baleine) : elle met en jeu un outillage et éventuellement un rituel élaborés. Mais, dans bien des cas, c'est la cueillette des produits végétaux, activité monotone et répétitive, qui assure l'essentiel de l'alimentation : elle est plus importante à la fois par le volume de la nourriture qu'elle fournit et p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chasse-et-cueillette/#i_5601

ÉCONOMIE SOUTERRAINE

  • Écrit par 
  • Philippe BARTHÉLÉMY
  •  • 7 256 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans les pays en développement »  : […] L'économie non officielle constitue, dans les pays en développement, le mode de production dominant et on s'accorde pour y distinguer deux types d'économie informelle : la forme traditionnelle, essentiellement rurale, et la forme moderne, essentiellement urbaine. La production informelle du premier type est surtout une autoproduction agricole, presque une activité domestique. C'est une économie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-souterraine/#i_5601

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 135 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le marché intérieur illégal »  : […] Les prélèvements non autorisés pour satisfaire le marché intérieur sont généralisés en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Océanie. La faune est surtout demandée pour sa chair, d'où l'expression – née en Afrique – de « viande de brousse » qui qualifie ces prélèvements. Elle peut être aussi chassée pour les marchés de la collection, de l'artisanat (peaux, griffes, cornes, défenses, œufs, pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faune-sauvage/#i_5601

HOTTENTOTS

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 411 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Économie et organisation sociale »  : […] La subsistance était assurée par la chasse, la cueillette et le ramassage, et par l' élevage de bovidés et de moutons ; les chèvres sont d'introduction récente. Pas plus que les Bochimans, les Hottentots n'étaient cultivateurs. Toutefois leurs ressources étaient moins aléatoires, car ils se nourrissaient surtout de lait caillé. Ayant besoin de pâturages et d'eau, ils pratiquaient le nomadisme sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hottentots/#i_5601

NOMADISME

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 3 899 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le nomadisme des prédateurs »  : […] Chez les peuples chasseurs, pêcheurs ou collecteurs, le nomadisme est l'expression directe des alternances saisonnières et de la plus ou moins grande richesse du milieu pendant les diverses périodes de l'année. Assez désordonnés dans la sylve équatoriale où les saisons sont peu tranchées (Vedda de Sri Lanka, Pygmées), organisés en fonction des différences de pluviosité dans les zones arides (conce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nomadisme/#i_5601

PYGMÉES

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 004 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une économie de subsistance »  : […] Les Pygmées tirent leur subsistance de la chasse et de la cueillette. Aussi vivent-ils dans des camps provisoires établis dans la forêt aux endroits riches en gibier, où les femmes montent de petites huttes, arrondies, collectives, couvertes de feuilles imperméables. Les Mbuti du sud de l'Ituri ne savent pas allumer le feu et emportent des tisons ardents lorsqu'ils lèvent le camp. Chasse et cueil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pygmees/#i_5601

RURAL DROIT

  • Écrit par 
  • Joseph HUDAULT
  •  • 4 839 mots

Dans le chapitre « Le droit rural du Code civil »  : […] Pour le législateur de 1804, les agriculteurs sont des citoyens comme les autres. Les règles qui leur sont applicables sont celles du droit commun. Cela vaut d'abord pour l'exercice du droit de propriété qui n'est limité, selon la célèbre formule de l'article 544 du Code civil, que par les lois, en l'occurrence les usages ruraux, et les règlements, c'est-à-dire essentiellement les règlements de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-rural/#i_5601

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Économie de subsistance et économie de surplus »  : […] Les structures économiques de la civilisation rurale sont fondées sur la coexistence d'une économie de subsistance, qui s'incarne dans les petits lopins du paysan, et d'une économie du surplus (ou pour le moins du surplus alimentaire ... ; car, en ce qui concerne le surplus monétaire , le lopin précité fournit lui aussi sa quote-part) ; cette seconde catégorie (celle du « surplus ») est fondée sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_5601

Pour citer l’article

Gérard DESTANNE DE BERNIS, « SUBSISTANCE ÉCONOMIE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-subsistance/