SERVICES ÉCONOMIE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les enjeux sociaux de l'économie de services

La prépondérance de l'emploi tertiaire ne cesse de s'affirmer dans tous les pays dits industriels. Mais son expansion d'ensemble recouvre des évolutions à long terme très différenciées : alors que la part des services de distribution (transports, poste et télécommunications, commerce) est à peu près stable, et celle des services personnels en recul global (du fait de la chute des emplois de domestiques), les services collectifs (santé, enseignement, administration) sont ceux qui enregistrent la progression la plus forte au long du xxe siècle, y compris aux États-Unis où ils passent en tête vers 1980 ; les services aux entreprises sont aussi en croissance accélérée à la fin du xxe siècle, mais les activités les plus emblématiques de cette accélération (expertise, conseil) ne concernent encore que des effectifs limités. Le passage à une économie de services comporte cependant aussi des enjeux sociaux de nature « transversale », impliquant tous les secteurs de l'économie, comme l'affirmation des exigences de flexibilité et le risque d'un dualisme social aggravé. Malgré certaines tendances communes, des évolutions diversifiées ont donné naissance à différents modèles nationaux, expression de choix de société fortement contrastés.

La montée des services collectifs : l'exemple de l'enseignement de masse

Les services collectifs méritent une attention particulière non seulement en raison de leur forte croissance et de leur poids élevé dans l’ensemble des effectifs du tertiaire, mais aussi parce qu'ils sont représentatifs à divers égards des caractéristiques et tendances de l'emploi tertiaire : féminisation croissante (essentiellement axée d'ailleurs sur des activités depuis longtemps déjà à fort taux d'emploi féminin), forte proportion de diplômés et d'emplois qualifiés. L'enseignement et le secteur de la santé illustrent bien également la nature des relations de service, c'est-à-dire un type d'activité où les résultats dépendent au premier chef d'une relation directe et personnelle entre le prestataire de services et le bénéficiaire. Ces services collectifs, malgré la prépondérance du financement public, n'échappent pas à la concurrence entre le privé et le public, pas plus qu'à la recherche de flexibilité et d'économies par l'emploi de vacataires, exclus de la plupart des garanties sociales, comme les intérimaires de l'industrie ou du commerce. La frontière mouvante entre secteur marchand et secteur non marchand représente un enjeu social particulièrement évident dans le cas des services médicaux et hospitaliers. Plus encore cependant que le domaine de la santé, où l'allongement de la durée de vie apparaît comme le principal résultat (en même temps que le principal facteur d'alourdissement des coûts), l'éducation se situe au point nodal du fonctionnement de l'économie de services et de ses problèmes.

L'avènement d'un enseignement de masse ne saurait être présenté comme une rupture entre la société industrielle et la société postindustrielle. Il s'inscrit dans la continuité d'évolutions engagées au moins depuis le xixe siècle : progrès continu et irréversible des taux de scolarisation à tous les niveaux, flux croissant de publications scientifiques, promotions de plus en plus nombreuses d'ingénieurs remplissant des rôles diversifiés, institutionnalisation de la recherche-développement, de sorte que l'innovation industrielle devient de plus en plus systématique et dégagée des aléas individuels. Mais un véritable changement d'échelle est survenu après 1945, même dans les pays déjà les plus avancés, comme les États-Unis : l'accélération se manifeste par l'accroissement des moyens attribués à l'enseignement et à la recherche (en proportion du P.I.B.) et par une hausse spectaculaire de la proportion de diplômés au sein des classes d'âge successives. Les ingénieurs, de moins en moins directement impliqués dans la production, sont omniprésents dans les services publics, les sociétés de conseil, les postes administratifs, l'enseignement supérieur et les laboratoires de recherche. Les liens deviennent de plus en plus étroits et complexes entre la recherche industrielle et la recherche universitaire (même dans les pays dépourvus de traditions comparables à celles de l'Allemagne) ; relations d'ailleurs à double sens, puisque des recherches à finalité technique contribuent à susciter les avancées scientifiques qui rendront possibles à leur tour de nouvelles applications techniques. La hiérarchie des universités est largement fondée sur leur position dans la recherche, mais le système universitaire doit assumer en même temps l'alourdissement de ses tâches d'enseignement. L'élargissement du recrutement social tend à renforcer le potentiel de croissance, en favorisant l'accès aux responsabilités des plus compétents. Mais les universités affrontent des problèmes nouveaux : troubles directement liés à la montée des effectifs, difficultés croissantes à ajuster les flux aux perspectives de débouchés professionnels, frustration des étudiants qui tentent de compenser la banalisation des diplômes par l'allongement des études (jusqu'au niveau doctoral) sans obtenir pour autant la garantie d'accéder à des emplois de niveau supérieur. La position des exclus du système d'enseignement est naturellement encore plus critique : la réduction du nombre de non-diplômés va de pair avec le recul continu des effectifs de « cols bleus » par rapport aux « cols blancs », et ne suffit pas à leur éviter une dégradation durable de leurs perspectives d'emploi.

Économie de services et dualisme social

Les perspectives sociales de l'économie de services font l'objet de jugements et de pronostics contradictoires. Selon la vision optimiste, la tertiarisation de l'emploi s'inscrit dans un processus d'élévation générale des niveaux de formation, et l'essor de l'économie informationnelle tend à multiplier les emplois les plus qualifiés. La thèse opposée fait état d'une bipolarisation croissante, avec une tendance dominante à la déqualification au détriment des emplois de type intermédiaire. Cette bipolarisation se greffe d'ailleurs sur l'opposition préexistante entre un tertiaire moderne et un tertiaire traditionnel, caractérisé par un fort taux d'emplois non salariés, une structure de petites entreprises défavorable à la défense des droits du personnel, une flexibilité des salaires en fonction de l'évolution locale du marché du travail ; ce qui favorise le maintien, voire l'expansion, de l'emploi en période de chômage (rôle « éponge » du tertiaire), mais au prix d'une détérioration des rémunérations et du statut des travailleurs. Avec la révolution informatique et la nouvelle économie, la recherche de flexibilité prend des formes nouvelles et plus systématiques : recours au travail à temps partiel, au travail temporaire, à des entreprises sous-traitantes, notamment comme prestataires de services à titr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut, professeur émérite à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu

Classification

Autres références

«  SERVICES ÉCONOMIE DE  » est également traité dans :

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De la fabrication aux services »  : […] L’exportation de la fourrure, puis du bois et du blé favorise assez tôt l’essor d’une économie domestique, avec le développement d’une industrie locale, d’institutions financières et la consolidation des réseaux commerciaux. Plusieurs petites villes industrielles voient le jour dans le sud de l’Ontario et autour de Montréal. Au tournant des années 1880, une vingtaine de villes de l’axe Saint-Laure […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe ouvrière

  • Écrit par 
  • Julian MISCHI, 
  • Nicolas RENAHY
  •  • 4 408 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fin de la classe ouvrière ? »  : […] Dès lors, l'isolement et les divisions internes dominent aujourd'hui dans cet univers social, où un sentiment mêlé de « rage » et de honte sociales contraste avec l'engagement militant des décennies précédentes. Par ailleurs, les évolutions récentes rendent l'expérience de la condition ouvrière proche de celle des autres métiers d'exécution, ce que prend en compte la notion de « classes populaire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop -and- go , avec l’alternance de confinements et de déconfinements, de contractions d […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOUTERRAINE

  • Écrit par 
  • Philippe BARTHÉLÉMY
  •  • 7 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans les pays occidentaux »  : […] Dans les pays occidentaux, l'économie souterraine se présente en premier lieu comme un moyen d'échapper à l'impôt, aux cotisations sociales ou aux divers règlements. C'est une illustration particulière de l'adage selon lequel « trop d'impôt, tue l'impôt ». Dans cette logique, plus l'écart entre le coût du travail dans les économies officielles et non officielles est grand, plus l'incitation à tr […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 480 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Des services en pleine croissance »  : […] Le secteur des services est en pleine expansion depuis un demi-siècle. Représentant presque les deux tiers du P.I.B., il évolue rapidement. Les activités commerciales, y compris la restauration et l'hôtellerie, représentent 15 p. 100 de la population active. Elles constituent un système avancé et moderne de plus de 55 000 entreprises, dominé par quelques grandes chaînes, dont la plus grande est K […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Isabelle THOMAS
  •  • 6 605 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Secteur d’activité »  : […] Même si l’homme peut s’affranchir de certaines conditions (il existe des cultures dans le désert), une exploitation agricole n’est, dans la quasi-totalité des cas, possible que là où le sol est fertile, les conditions de températures bonnes, et les précipitations suffisantes ; mais elle n’a de sens que si la production peut être transportée vers un marché. Chaque activité économique a, dès lors, s […] Lire la suite

HAWAII

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 5 883 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les transformations récentes de l'économie hawaiienne »  : […] Les Hawaii, seul État non continental des États-Unis, ne sont ni le plus petit (47 e  rang) ni le moins peuplé (39 e  rang), mais leur originalité vient de leur niveau de vie élevé, puisqu'en 2005, avec un revenu par habitant de 30 040 dollars, l'archipel arrivait au 20 e  rang des États américains. Cette prospérité, évidente pour le visiteur, même si pour le coût de la vie Honolulu arrive en tête […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Évolution de la croissance »  : […] Ces réformes se traduisent par une accélération de la croissance : de 5,5 p. 100 pour 1980-1990 à 6,4 p. 100 durant la dernière décennie du xx e  siècle. Mis en contexte, il ne fait pas de doute que, dans ce nouveau modèle de croissance, la pauvreté continue de reculer dans bien des régions (selon les mesures officielles... le seuil de pauvreté correspondant à l’accès à un panier de biens alimen […] Lire la suite

INNOVATION

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 8 853 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Formes et champs de manifestation de l'innovation »  : […] Plus préoccupés de progrès technique et de technologie que de l'ensemble des sources de la croissance et du développement, les économistes contemporains n'ont pas, en général, repris dans son intégralité la conception féconde de l'innovation proposée par Schumpeter. La signification de la notion d'innovation a été ainsi réduite, pour l'essentiel, au diptyque désormais classique opposant innovation […] Lire la suite

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 479 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les grands secteurs d'activité »  : […] L'agriculture ne bénéficie pas de conditions favorables. La côte septentrionale, longée par la dérive orientale du Groenland, est assez froide (limite des neiges éternelles à 400 m). Ailleurs, la dérive nord-atlantique réchauffe l'atmosphère (neiges éternelles à 1 400 m), mais les fortes précipitations entraînent des crues de printemps difficilement maîtrisables. La luminosité est faible pendant t […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-29 décembre 2020 France. Maintien de mesures de restriction face à la Covid-19.

l’Économie Bruno Le Maire annonce la prolongation « au moins jusqu’à fin juin 2021 » des aides financières aux secteurs de l’hôtellerie-restauration, de l’événementiel, du sport et de la culture. Le 17, l’Élysée annonce que le président Emmanuel Macron a été testé positif à la Covid-19. Le chef de l’État se place en isolement pour une durée de sept […] Lire la suite

19 juin - 29 juillet 2020 Allemagne. Révélation du scandale Wirecard.

l’Économie Peter Altmaier sont convoqués devant la commission des Finances du Bundestag pour s’expliquer. Olaf Scholz annonce son intention de réformer la BaFin pour lui donner plus de pouvoirs.  […] Lire la suite

1er-31 mars 2020 France. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

services publics ». Deux porte-hélicoptères dotés de structures hospitalières doivent rejoindre La Réunion et les Antilles. Le 27, Édouard Philippe, estimant que le pays n’est qu’« au début de la vague épidémique », annonce la prolongation de la période de confinement au moins jusqu’au 15 avril. Le 27 également, le ministre de l’Économie Bruno Le  […] Lire la suite

10-24 octobre 2019 Union européenne. Rejet de la candidature de Sylvie Goulard à la Commission.

l’Économie Thierry Breton, actuel PDG de la société de services numériques Atos, au poste de commissaire européen qui revient à la France.  […] Lire la suite

19-30 novembre 2018 Japon – France. Placement en garde à vue de Carlos Ghosn au Japon.

l’Économie Bruno Le Maire estime que Carlos Ghosn n’est plus en mesure de diriger le groupe automobile Renault, dont l’État français est actionnaire. Le conseil d’administration de Renault maintient Carlos Ghosn dans ses titres et fonctions, mais nomme Thierry Bolloré directeur général délégué à titre provisoire. Le 21, la garde à vue de Carlos Ghosn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Charles ASSELAIN, « SERVICES ÉCONOMIE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-services/