SICILIENNE ÉCOLE, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On regroupe sous le nom de Siciliens les poètes de la première « école » poétique italienne, dont la naissance et la floraison coïncident avec le règne de Frédéric II Hohenstaufen (1194-1250) et le rayonnement de la cour de Palerme sur le reste de la péninsule. La politique culturelle du monarque embrassait tous les secteurs du savoir : droit, sciences naturelles, philosophie, études latines et grecques, poésie et épistolographie latines, poésie en langue d'oc. La poésie sicilienne n'est donc que l'un des aspects de cette activité, mais non le moins intéressant puisque c'est avec elle que naît en Italie une production autochtone, mère de la grande tradition lyrique italienne.

Les Siciliens sont les héritiers directs des Provençaux, de leurs règles formelles et, en partie du moins, de leur thématique. Imitateurs (à l'origine cette imitation consiste souvent en une traduction quasi littérale des grands textes occitans), ils fondent peu à peu une poétique originale. Par sélection tout d'abord : le sirventès politique et moral, la satire, les motifs comiques présents dans la poésie d'oc sont négligés au profit d'une inspiration presque exclusivement amoureuse. Par transformation, ensuite, de l'érotique des troubadours. Le fin'amors des Occitans, avec son cortège de valeurs courtoises liées au service de la Dame, et sa mise en scène régie par la loi du secret, cèdent très tôt le pas à des considérations philosophiques sur la nature de l'amour. Le De amore d'André le Chapelain, connu en Italie dès les années 1230, enrichira ce débat théorique de toute une casuistique des situations amoureuses que l'on retrouve d'ailleurs chez les derniers troubadours.

Cette orientation spéculative coïncide avec les intérêts scientifiques du milieu intellectuel de la cour (d'où sortent les premières traductions latines des œuvres d'Aristote). Elle s'accorde aussi avec la personnalité des auteurs, qui sont en majorité de hauts fonctionnaires de l'administration royale, et possèdent donc une formation juridiq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  SICILIENNE ÉCOLE, littérature  » est également traité dans :

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « Dante et le « vulgaire illustre »  »  : […] Le travail d'illustration et la réflexion sur la langue occitane et française menés, aux xii e et xiii e  siècles, par les troubadours d'oc puis par les trouvères, romanciers et chroniqueurs d'oïl ont exercé une influence décisive sur le développement littéraire des langues vernaculaires dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-l-affirmation-des-langues-vulgaires/#i_93505

Pour citer l’article

Claudette PERRUS, « SICILIENNE ÉCOLE, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-sicilienne-litterature/