Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCOLE MATERNELLE

L'école maternelle française reçoit les enfants à partir de l’âge de début de l'instruction obligatoire, c’est-à-dire trois ans.

C'est en 1769 que le pasteur vosgien Jean Oberlin ouvre la première classe « maternelle ». En 1837, l'éducateur allemand Frédéric Froebel crée les jardins d'enfants, alors que le Parisien Denys Cochin développe à la même époque les salles dites d'asile, « à l'instar de l'Angleterre ». Malgré les efforts de Marie Pape Carpantier (1815-1878), l'enseignement y est si « dogmatique » que, dès 1883, Jules Ferry remplace ces asiles par une « école naturelle », « où l'enfant sera une personne, non un numéro ». Ainsi s'exprime la véritable créatrice des maternelles, l'inspectrice générale Pauline Kergomard (1838-1925). Suivant en cela les médecins créateurs Ovide Decroly (1871-1932) et Maria Montessori (1870-1952), le décret du 15 juin 1921 achève l'intégration des écoles maternelles dans le domaine du ministère de l'Instruction publique et leur fixe des finalités : s'occuper d'éducation avant tout, « s'en tenir à l'initiation à la lecture, l'écriture, le calcul ». « Ces acquisitions ne sont pas dominantes », dit l'arrêté du 18 mars 1977. Les objectifs majeurs sont les suivants : coordination motrice, adresse manuelle (latéralisée), acuité sensorielle, annexion progressive du rythme et du « schéma de son corps », affermissement du langage parlé, dessiné, approche (avec l'âge...) du langage écrit.

De deux à quatre ans, la pensée reste marquée par l'égocentrisme. Selon Jean Piaget, la fonction symbolique permet tout d’abord de distinguer signifiant et signifié ; ensuite se manifeste le syncrétisme d'assimilation ; après cinq ans et demi, les représentations s'organisent dans le temps et l'espace : facteur de sociabilisation, le langage bénéficie d'une large expansion – ce qui permet le contact et « les émotions partagées » (C. Vandelplas-Holper).

De la sorte, à l'école maternelle, le sujet de l'éducation compte plus que l'objet de l'enseignement. « Il faut donc, dit Pauline Kergomard, connaître l'enfant, ses besoins [...] et possibilités » (L'Éducation maternelle, II, p. 22). Cela suppose qu'on recrute des psychologues et des médecins scolaires. D'autant que « l'enfant s'efface devant les enfants » (Bianca Zazzo). La diversité se porte au niveau de chacun(e). D'où des procédures personnalisées actives. Et ludiques. Les jeux se déploient dans « un climat d'amitié et de liberté » (Suzanne Herbinière-Lebert), au sein d'une maison aérée et aux meubles mobiles. Fait unique dans notre système d'éducation, les jouets figurent dans le matériel obligatoire. Ainsi, de l'état solitaire à l'action solidaire, de l'initiation à l'initiative (projets), l'enfant s'engage, travaille : gestuelle et danses ; mimes et jeux sensoriels ou dramatiques ; chant et petits orchestres ; dessin-peinture, découpage, modelage, céramique... ; activités langagières et sociales ; jeux lexiques, graphiques, mathématiques ; contes, mythes...

Digne d'éloges, l'école maternelle française connaît pourtant des difficultés. Tout en conservant son autonomie, il lui faut atténuer les deux sevrages de deux et six ans (B. Zazzo) en se liant, d'une part, aux crèches et, d'autre part, à l'école primaire et aux institutions sociales de l'environnement. Pour protéger son originalité, elle doit se garder de tout dérapage didactique, de tout « enseignement » prématuré. École maternelle ? Soit, mais en ne sombrant ni dans la scolarisation ni dans le maternalisme. Chargées de l'identification, de l'épanouissement des enfants [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis
  • : docteur ès lettres, professeur honoraire de l'université de Caen, normalien, membre de l'École française de Rome

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Jean VIAL. ÉCOLE MATERNELLE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 12/05/2023

Autres références

  • ÉDUCATION - Les systèmes scolaires des pays développés

    • Écrit par
    • 4 776 mots
    • 1 média
    La préscolarisation des moins de six ans – âge « normal » d'entrée dans le milieu scolaire – demeure très inégale. Très avancée pour les enfants de cinq ans dans la plupart des pays européens où 90 p. 100 des enfants de cet âge sont scolarisés, elle diminue rapidement avec l'âge. Seuls la France, la...
  • TROUBLE DÉFICIT DE L'ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITÉ (TDAH)

    • Écrit par
    • 3 024 mots
    L’expression clinique du TDAH évolue selon les stades de la vie. À l’école maternelle, le signe le plus visible est l’hyperactivité motrice de l’enfant ; ce dernier a nettement plus de mal que les autres à rester assis pour participer à une activité collective. Quand les enseignements formels débutent...