Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DECROLY OVIDE (1871-1932)

Médecin, éducateur, psychologue belge, Ovide Decroly fonda un institut pour enfants déficients (1901) puis une école pour enfants normaux (1907). Son œuvre prend place dans la lignée des médecins éducateurs qui, de J. Itard à M. Montessori, ont élaboré certains des principes fondamentaux de l'Éducation nouvelle. Chez tous ces pionniers, les idées pédagogiques découlent, pour une large part, de l'examen individuel et de l'observation des enfants dans leur cadre habituel de vie. La pédagogie decrolyenne englobe à la fois les activités physiques, l'éducation intellectuelle et la formation morale.

Celle-ci, repose, entre autres, sur le travail en équipe, le self-government et l'institution d'un système de responsabilités. L'école est conçue comme une société en miniature où s'apprennent les règles de la vie en communauté.

L'éducation intellectuelle est dominée par l'organisation du milieu scolaire et par l'exploitation des centres d'intérêt. Ceux-ci sont censés répondre aux besoins fondamentaux de l'enfant : se nourrir, lutter contre les intempéries, se défendre contre divers dangers, travailler et se reposer. L'exploitation des centres d'intérêt donne lieu à l'emploi de méthodes actives qui mettent tour à tour en œuvre l'observation, l'association et l'expression. Des jeux couronnent toute activité d'apprentissage.

Ces différentes pratiques pédagogiques s'articulent avec certaines conceptions psychologiques qui valorisent la fonction de globalisation : l'individu entre en contact avec le monde par une activité globale, d'abord confuse puis progressivement organisée et structurée. Une illustration de cette fonction nous est fournie par la célèbre méthode globale d'enseignement de la lecture : le point de départ n'est pas la lettre, mais la phrase significative. Les vues d'Ovide Decroly ont inspiré, avant la Seconde Guerre mondiale, les plans d'études belges. Elles sont reprises et approfondies dans les « écoles Decroly » qui ont vu le jour dans différents pays. Au-delà des institutions scolaires, l'œuvre du grand pédagogue belge représente une étape importante de la constitution d'une psychopédagogie expérimentale.

— Antoine LÉON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi