LÉGISTES ÉCOLE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La doctrine légiste

La doctrine légiste est établie sur trois piliers : l'universalité de la loi pénale, la technique de la manipulation des hommes dans l'art de gouverner, l'importance des positions de force pour l'exercice du pouvoir. L'utilisation uniforme des châtiments et des récompenses, « les deux poignées du gouvernement », comme sanctions de toutes les mesures politiques et à l'égard de tous les sujets sans exception, est à l'opposé de l'humanisme confucianiste qui prétend opérer par la culture des sentiments moraux la régulation d'une société où les rapports interindividuels sont différenciés à l'extrême sur le modèle des relations de parenté, et fortement hiérarchisés en vertu de privilèges de classe reflétant ceux des générations dans la famille. Elle se fonde sur l'idée que les hommes ne sont mus que par la crainte ou l'intérêt, ce qui conduit à les considérer non pas tant comme égaux devant les lois que comme homogènes sous la prise de l'unique loi pénale. C'est encore l'égoïsme humain qu'exploite à son tour un art de gouvernement élaboré selon les critères d'un rationalisme réaliste remarquablement vigoureux, qui emprunte aux sophistes chinois leur dialectique d'origine moïste, mais non sans renverser la visée unanimiste de Mo zi, et en tournant en dérision l'objectif illusoire d'un bien commun pour opposer savamment les unes aux autres convoitises et craintes particulières afin d'en tirer une résultante favorable au pouvoir établi. La conception d'une dynamique sociale ainsi caractérisée par l'antagonisme des contraires se renversant les uns dans les autres, contrariétés individuelles, cependant, plutôt que contrariétés de classes, est largement inspirée de la philosophie taoïste de la contradiction. Cette philosophie promet la maîtrise des pulsions apparemment incohérentes de l'« être innombrable » à celui qui, renonçant à ses propres désirs et à sa vision partielle des choses, sait se placer extatiquement au centre ontologique de l'univers, d'où l'immobilité commande sans action tous les mouvements du monde. Les légistes en ont tiré le principe de l'exercice du pouvoir souverain par la voie dao – du non-agir wuwei –, à partir de la position de force que procure le siège d'une royauté unique et absolue, grâce à la retenue sans partage de l'autorité suprême. Leur doctrine, réprouvée en Chine depuis les Han à l'égal de celle de la tyrannie en Occident, a néanmoins marqué l'Empire chinois d'une empreinte indélébile.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÉGISTES ÉCOLE DES  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Le mouvement des idées »  : […] Les transformations de la société et du pouvoir politique qui sont intervenues à partir du vi e  siècle coïncident avec l'apparition d'un nouvel esprit plus positif. Dans les relations entre royaumes, les considérations morales et religieuses cèdent le pas à l'analyse des rapports de forces. L'influence des grands marchands se manifeste par un intérêt croissant pour les questions économiques. D'au […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition juridique chinoise »  : […] La tradition juridique chinoise est essentiellement pénale et mandarinale. En Chine, le droit a constamment eu pour fonction de maintenir l'ordre public et non de garantir les droits de l'individu face à l'État ou face aux autres individus. La loi ( fa ) définit les châtiments ( xing ) et investit les fonctionnaires de l'empereur d'un pouvoir sans limite pour les mettre en œuvre. Aux lois s'oppo […] Lire la suite

GUANZI, en bref

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 259 mots

Ministre talentueux de l'État de Qi, mort en — 645, Guan Zhong (Kouan Tchong), est considéré comme l'un des plus célèbres sages chinois. Un ouvrage éponyme, le Guanzi , composé de 86 livres (dont 76 nous sont parvenus), est censé présenter les réflexions de cet administrateur modèle qui annonce déjà le dépassement de la féodalité. Ces textes ont en fait été compilés beaucoup plus tard, aux iv e e […] Lire la suite

GUANZI [KOUAN-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 212 mots

Philosophe de la Chine ancienne dont le nom complet est Guan Yiwu, Guanzi fut le Premier ministre du prince Huan du royaume de Qi. Mais l'ouvrage antique qui nous est parvenu sous le nom de Guanzi n'est qu'un recueil fort hétérogène et dont aucune partie ne peut être attribuée à ce personnage historique. Les érudits chinois considèrent que le texte actuel est un faux du iv e ou du v e  siècle. C […] Lire la suite

HAN FEIZI [HAN FEI-TSEU] (env. 280-234 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Léon VANDERMEERSCH
  •  • 642 mots

Le plus grand des penseurs de l'école chinoise des Légistes, Han Feizi naquit dans la seigneurie de Han, dont le nom lui sert de patronyme. Fils de seigneur, il ne reçut pourtant jamais ni titre ni office : ses critiques répétées des mœurs politiques régnant à la cour seigneuriale lui valurent cette disgrâce. C'est en étudiant la théorie du gouvernement par la loi pénale, théorie anticonfucianiste […] Lire la suite

SHI HUANGDI ou QIN SHI HUANGDI [TS'IN CHE HOUANG-TI] (259-210 av. J.-C.) empereur de Chine (221-210 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 944 mots
  •  • 2 médias

Unificateur des États féodaux de la Chine des Zhou et fondateur de la première dynastie impériale, celle des Qin : la conquête définitive des États rivaux, en ~ 221, mit un terme à une longue lutte pendant laquelle la supériorité du royaume de Qin s'affirma, d'une part grâce à sa situation stratégique « à l'intérieur des passes », en une région difficilement accessible, au nord-ouest de la Chine, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Léon VANDERMEERSCH, « LÉGISTES ÉCOLE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-legistes/