LÉGISTES ÉCOLE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le légisme chinois fut à la fin du iiie siècle avant J.-C. la doctrine d'État de la première dynastie impériale, après avoir façonné les institutions de l'ancien pays de Qin au milieu du ive siècle. Responsable de la conception chinoise de l'absolutisme, il s'est développé au cours de la remise en question progressive de la féodalité, du début de la période des Printemps et Automnes (722 av. J.-C.) à la fin de celle des Royaumes combattants (221 av. J.-C.), dans le fil de tendances progressistes au réalisme politique, au pragmatisme économique, au rationalisme critique, qu'il faisait cependant dévier vers une sorte de machiavélisme more sinico. L'ambiguïté de cette doctrine est celle de la loi elle-même en Chine, qui, lorsqu'elle devient positive et commune pour tous, est ramenée à sa forme pénale la plus archaïque.

Signification du légisme chinois

Loi et rites dans la Chine ancienne

Dans la Chine ancienne, le cadre des institutions n'était pas légal mais rituel, et la loi, dont le nom fut appliqué à l'École des légistes, s'entendait primitivement de deux manières. D'une part, sous le nom de fa (norme) était proprement désignée la loi céleste, ordonnant non seulement les actions humaines mais aussi tous les autres phénomènes de l'univers. En tant que Fils du Ciel et titulaire de la souveraineté par mandat divin, le roi veillait à son application sur la terre ; il lui donnait une forme explicite dans les dispositions, notamment les dispositions rituelles, qu'il édictait, et qui visaient aussi bien l'ordre de la nature que l'ordre de la société. Ces dispositions, pour autant qu'elles reflétaient la loi céleste, pouvaient recevoir elles-mêmes le nom de fa, mais en un sens dérivé ; la norme au sens propre, prototype de toutes les lois naturelles et sociales, transcendait toute mesure politique ou technique, s'imposait universellement sans qu'aucune transgression fût possible, et se trouvait sanctionnée par la justice immanente comme les causes le sont dans leurs effets. D'autre part, sous le nom de xing (loi pénale) était désignée une catégorie de rites parmi les autres, celle des châtiments administrés par le pouvoir politique en vue de la répression de certains méfaits, pour la sanction desquels l'autorité humaine agissait délibérément au nom de la justice céleste. Cette loi-là était positive, promulguée par le souverain, mais ne visait que des fautes caractérisées, et ne s'appliquait qu'au peuple, traité en objet passif des dispositions rituelles, tandis que les aristocrates, considérés comme des sujets autonomes conscients de leurs devoirs, dignes d'éducation morale plutôt que de correction physique, restaient directement soumis aux sanctions de la justice immanente, dût celle-ci passer par les voies de réactions humaines spontanées. Tel était du moins le principe exprimé par le précepte que « les châtiments ne montent pas jusqu'à l'aristocratie, les rites ne descendent pas jusqu'au peuple ». Les légistes sont des praticiens et des théoriciens de la politique qui préconisèrent une extension telle de la loi pénale que celle-ci, se substituant partout et pour tous aux rites, devint loi unique et générale, adéquatement désignée dès lors par le nom de norme suprême, bien que restant positive. Le légisme fait ainsi du souverain non plus le mandataire du Ciel, mais un législateur absolu assortissant toutes les dispositions qu'il prend de sanctions pénales rigoureuses, applicables à tous ses sujets de quelque rang qu'ils fussent, balancées cependant par des récompenses consistant en gratifications et en promotions.

Sens de la substitution de la loi aux rites

La doctrine légiste, que fera sienne Qin Shihuang, fondateur en 221 avant J.-C. de l'Empire chinois, apparaît dans le courant de l'évolution politique, économique et sociale, qui, depuis le viiie siècle, rend les institutions traditionnelles de la monarchie féodale de moins en moins propres à assurer l'ordre et la paix. L'autorité royale devenait de plus en plus purement formelle à mesure que des grands fiefs se transformaient en pays indépendants guerroyant les uns contre les autres non sans être chacun en proie aux luttes d'influence internes que se livraient les clans au pouvoir. En marge de l'organisation strictement étatique de l'économie se développait un négoce indépendant, suscitant de nouvelles formes de production de type quasi industriel, qui permettaient de bien meilleurs rendements que ceux de l'artisanat ancien, dans la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÉGISTES ÉCOLE DES  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Le mouvement des idées »  : […] Les transformations de la société et du pouvoir politique qui sont intervenues à partir du vi e  siècle coïncident avec l'apparition d'un nouvel esprit plus positif. Dans les relations entre royaumes, les considérations morales et religieuses cèdent le pas à l'analyse des rapports de forces. L'influence des grands marchands se manifeste par un intérêt croissant pour les questions économiques. D'au […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition juridique chinoise »  : […] La tradition juridique chinoise est essentiellement pénale et mandarinale. En Chine, le droit a constamment eu pour fonction de maintenir l'ordre public et non de garantir les droits de l'individu face à l'État ou face aux autres individus. La loi ( fa ) définit les châtiments ( xing ) et investit les fonctionnaires de l'empereur d'un pouvoir sans limite pour les mettre en œuvre. Aux lois s'oppo […] Lire la suite

GUANZI, en bref

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 259 mots

Ministre talentueux de l'État de Qi, mort en — 645, Guan Zhong (Kouan Tchong), est considéré comme l'un des plus célèbres sages chinois. Un ouvrage éponyme, le Guanzi , composé de 86 livres (dont 76 nous sont parvenus), est censé présenter les réflexions de cet administrateur modèle qui annonce déjà le dépassement de la féodalité. Ces textes ont en fait été compilés beaucoup plus tard, aux iv e e […] Lire la suite

GUANZI [KOUAN-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 212 mots

Philosophe de la Chine ancienne dont le nom complet est Guan Yiwu, Guanzi fut le Premier ministre du prince Huan du royaume de Qi. Mais l'ouvrage antique qui nous est parvenu sous le nom de Guanzi n'est qu'un recueil fort hétérogène et dont aucune partie ne peut être attribuée à ce personnage historique. Les érudits chinois considèrent que le texte actuel est un faux du iv e ou du v e  siècle. C […] Lire la suite

HAN FEIZI [HAN FEI-TSEU] (env. 280-234 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Léon VANDERMEERSCH
  •  • 642 mots

Le plus grand des penseurs de l'école chinoise des Légistes, Han Feizi naquit dans la seigneurie de Han, dont le nom lui sert de patronyme. Fils de seigneur, il ne reçut pourtant jamais ni titre ni office : ses critiques répétées des mœurs politiques régnant à la cour seigneuriale lui valurent cette disgrâce. C'est en étudiant la théorie du gouvernement par la loi pénale, théorie anticonfucianiste […] Lire la suite

SHI HUANGDI ou QIN SHI HUANGDI [TS'IN CHE HOUANG-TI] (259-210 av. J.-C.) empereur de Chine (221-210 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 944 mots
  •  • 2 médias

Unificateur des États féodaux de la Chine des Zhou et fondateur de la première dynastie impériale, celle des Qin : la conquête définitive des États rivaux, en ~ 221, mit un terme à une longue lutte pendant laquelle la supériorité du royaume de Qin s'affirma, d'une part grâce à sa situation stratégique « à l'intérieur des passes », en une région difficilement accessible, au nord-ouest de la Chine, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Léon VANDERMEERSCH, « LÉGISTES ÉCOLE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-legistes/