DRUIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conception celtique du temps

Les Celtes n'ignoraient pas l'écriture : les Gaulois ont utilisé l'alphabet grec dans des inscriptions votives ou funéraires. Par ailleurs, les textes irlandais contiennent d'innombrables mentions d'emploi de l'écriture ogamique par les filid, voire par des guerriers. Mais l'écriture était proscrite en tant qu'archive ou moyen de transmission du savoir traditionnel parce que, par rapport à la parole, elle est morte et fixe éternellement ce qu'elle exprime. Tous ses emplois sont magiques ou incantatoires et, pour cette raison, le dieu de l'Écriture, Ogme, est aussi le dieu sombre, le patron de la guerre et de la magie (il a donné son nom à l'écriture irlandaise traditionnelle, les ogam). Le gaulois, langue sacrée et savante, a disparu avec toute sa littérature parce qu'il n'a jamais été une langue écrite et, sans la christianisation qui a propagé l'étude des Écritures, l'irlandais aurait subi le même sort ou au moins n'aurait presque rien laissé de sa littérature mythologique. Le droit irlandais considère encore comme seule preuve concluante « la mémoire concordante de plusieurs personnes ».

La conception celtique du temps s'exprime en premier par la répartition des fêtes dans le calendrier. La fête de Samain (« réunion »), le 1er novembre, marque la fin d'une année et le début de la suivante, la fin de la saison claire et le début de la saison sombre. Elle est la fête de toute la société et se passe en beuveries et banquets somptueux. Elle est la date de presque tous les événements mythiques : n'appartenant ni à l'année qui commence, ni à celle qui se termine, située ainsi en dehors du temps, elle est le moment des relations entre les hommes et les dieux de l'Autre Monde. La fête d'Imbolc (« lustration »), le 1er février, correspond aux Lupercales romaines. Elle est très peu mentionnée, parce qu'elle a été entièrement christianisée au bénéfice de sainte Brigitte. Beltene (« feu de Bel »), le 1er mai, est la fête du feu, celle des druides, qui allumaient de grands bûchers. Lugnasad (« assemblée de Lug  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DRUIDES  » est également traité dans :

BARDE

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 496 mots

Suivant l'étymologie, barde signifie « qui pose, qui établit la louange ». Et telle est bien la fonction du barde dans l'Antiquité celtique. Mais le droit ou le devoir de dispenser la louange implique aussi la possibilité contraire, celle du blâme. La meilleure définition antique nous est offerte par les écrivains grecs Diodore de Sicile et Strabon, qui parlent, au i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barde/#i_17083

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 892 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles formes de culte »  : […] C'est dans le domaine des cultes qu'interviennent les transformations les plus importantes. On ne connaît guère de véritables sanctuaires avant le iv e  siècle pour l'Âge du fer transalpin : depuis l'Âge du bronze, on effectuait des offrandes votives dans des lieux naturels particuliers, comme les marais, les grottes et les sources, mais aucun amé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celtes/#i_17083

DAGDA

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 464 mots

Le dieu celtique Dagda porte quatre noms ou surnoms dans la mythologie irlandaise : Dagda (« dieu bon »), Eochaid ( ivo-katu-s , « qu i combat par l'if », par allusion aux usages magiques de ce bois), Ollathir (« père puissant ») et Ruadh Rofhessa ( « rouge de la grande science »). Il correspond au Jupiter gaulois défini par César. Il forme couple avec Ogme (gaulois Ogmios), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dagda/#i_17083

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La société gauloise »  : […] La société gauloise comprend trois classes : les chevaliers, les plébéiens, les druides. La classe des chevaliers remonte au premier âge du fer. À l'époque de César, les membres de cette aristocratie possédaient de grandes propriétés terriennes et étendaient leur suzeraineté sur les bourgades fortifiées ou oppida. Ils avaient un rôle prépondérant dans la politique, dominant e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_17083

IRLANDE

  • Écrit par 
  • David GREENE, 
  • Pierre JOANNON
  •  • 16 174 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Irlande gaële »  : […] La nomenclature fantaisiste des envahisseurs d'Érin que nous ont transmises les vieilles légendes celtes et chrétiennes suppléent les zones d'ombre dont l'historien, en l'état actuel des sciences, est contraint de s'accommoder. Tout au plus est-il permis de poser quelques jalons. La découverte d'ossements humains dans une grotte du comté de Waterford semble attester que l'homme fit son apparition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irlande/#i_17083

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une cosmologie mal connue »  : […] César est aussi une source capitale sur le rôle des druides. Ils n'étaient pas seulement prêtres : ils étaient aussi chargés de la justice et de l'enseignement. Ils formaient une hiérarchie développée et organisée : un chef unique, une réunion annuelle dans la forêt des Carnutes, une formation très longue. Leur importance sociale est aussi attestée dans l'Irlande ancienne (récits épiques, vies de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-des-peuples-barbares/#i_17083

SACERDOCE

  • Écrit par 
  • Mariasusai DHAVAMONY, 
  • Universalis
  •  • 5 872 mots

Dans le chapitre « La religion celtique »  : […] Les Celtes avaient pour prêtres privilégiés les druides (« ceux qui connaissent en profondeur »). Ceux-ci n'accédaient pas à la charge sacerdotale par voie héréditaire, mais seulement au prix d'une instruction, d'une formation et après un temps de noviciat. Leur principale fonction était d'offrir des sacrifices, et quiconque était par eux exclu de ces derniers se trouvait frappé d'ostracisme soci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacerdoce/#i_17083

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian-Joseph GUYONVARC'H, « DRUIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/druides/