DORDOGNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rivière du Massif central et du bassin Aquitain, la Dordogne étend son bassin rectangulaire (24 000 km2) d'est en ouest, de la chaîne des Puys au bec d'Ambès où elle mêle ses eaux à celles de la Garonne dans l'estuaire de la Gironde. Son réseau bien ramifié suit deux directions privilégiées. L'une, nord-est - sud-ouest, commande le cours supérieur, dans le cristallin, et les tributaires de rive droite qui descendent du Limousin : Vézère, Isle. L'autre, est-ouest, comme ses voisins méridionaux, le Lot et le Tarn, oriente sa traversée aquitaine ainsi que ses affluents de la rive gauche qui dévalent du Cantal : Rhue, Maronne, Cère. Celle-ci semble imposer le changement de cap. La densité du chevelu, remarquable sur les formations éruptives du massif, disparaît un instant dans le causse de Martel et revient dans les sables tertiaires.

France : carte physique

France : carte physique

Carte

Carte physique de la France métropolitaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Née au pied du puy de Sancy, à 1 700 mètres d'altitude, de la Dore et de la Dogne, la Dordogne s'allonge sur 472 kilomètres. Son débit à l'exutoire est de l'ordre de 400 mètres cubes par seconde ou 16,7 litres par seconde et par kilomètre carré, l'équivalent de 525 millimètres écoulés en un an sur la surface réceptrice. On peut suivre sa progression sur la période de référence 1921-1960 sans les renforts de rive droite. À Bort, juste avant la Rhue, 1 010 kilomètres carrés : 25 mètres cubes par seconde ou 24,8 litres par seconde et par kilomètre carré. Avant la Maronne, Argentat, 4 420 kilomètres carrés : 103 mètres cubes par seconde (soit 23,3 l/s.km2). Après la Cère (28 l/s.km2 à Saint-Étienne Cantalès), à Cénac, 8 700 kilomètres carrés : 182 mètres cubes par seconde (20,9). Le relief plus faible du plateau limousin fournit une alimentation modeste. La Vézère n'apporte que 18 litres par seconde et par kilomètre carré, l'Isle à peine 11 litres par seconde et par kilomètre carré. Le régime est simple : pluvial océanique pratiquement sur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DORDOGNE  » est également traité dans :

AQUITAINE

  • Écrit par 
  • Jean DUMAS, 
  • Charles HIGOUNET
  •  • 7 519 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le milieu : les nuances de la diversité locale »  : […] La région s'inscrit dans trois bassins hydrographiques tournés vers l'Atlantique. Au nord, celui de la Dordogne et de l'Isle conflue avec la Garonne qui constitue l'axe central, tandis que, au sud, l' Adour draine le versant pyrénéen et concentre ses torrents. À partir de là, trois ensembles physiques s'identifient avec force. Le cœur de la région, entre les fleuves, est occupé, pour plus d'un tie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aquitaine/#i_38070

FRANCE - (Le territoire et les hommes) - Espace et société

  • Écrit par 
  • Magali REGHEZZA
  •  • 13 927 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dynamisme retrouvé des espaces de faible densité »  : […] Une faible densité n’est pas forcément synonyme de dépeuplement. La population des communes peu denses et très peu denses augmente même en moyenne plus vite que celle des communes denses et intermédiaires. Dans les années 1990 et surtout 2000, la tendance démographique des cantons ruraux s’est inversée. Durant cette période, l’exode rural s’est fortement ralenti, entraînant une diminution des esp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-le-territoire-et-les-hommes-espace-et-societe/#i_38070

Pour citer l’article

Jean de BEAUREGARD, « DORDOGNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dordogne/