ALBERDI JUAN BAUTISTA (1810-1884)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain argentin. Avocat, journaliste rédacteur du journal El Mercurio, Alberdi émigra à Montevideo après avoir étudié au Chili. Son œuvre de penseur et de jurisconsulte est considérable ; engagé politiquement, il appartient à l'Asociación de Mayo et publie plusieurs pamphlets contre le dictateur Rosas. Comme tous les écrivains de son groupe, il proclame la rupture totale avec l'Espagne ; défenseur d'un système politique libéral, il expose ses idées en des articles mordants donnés à différents journaux (El Corsario, El Iniciador, la Revista de La Plata) ainsi que dans des œuvres dramatiques : La Revolución de Mayo, El Gigante Amapolas. Ses écrits littéraires sont, selon lui, des actes de patriotisme et de sincérité : son style précis et percutant est très différent de l'emphase de Sarmiento dont il n'a pas les dons de narrateur ; son raisonnement est implacable et son mode d'approche des problèmes rappelle le positivisme. Alberdi est, en effet, l'un des idéologues les plus importants de la période de l'indépendance. Toutes les idées de son œuvre fondamentale, Bases para la organización política de la Confederación argentina (Valparaíso, 1852), ont été incorporées dans la Constitution de 1853, en vigueur jusqu'en 1949. « Gouverner, c'est peupler » est sa maxime essentielle : politicien réaliste, Alberdi considère avec effroi l'immensité du territoire argentin et sa faible population ; ce déséquilibre, accentué par le caractère agricole de la nation, est à l'origine du caudillisme. Son projet de constitution, rédigé dans un style sobre, est destiné à ouvrir les portes de l'Argentine aux immigrants. En complément, Alberdi publie Sistema económico y rentístico de la Confederación argentina ainsi que Elementos del derecho público argentino. Opposé à ces projets et aux premières déviations oligarchiques d'Urquiza, Sarmiento adresse à Alberdi sa Carta de Yungay. Alberdi lui répond de Quillota, au Chili, dans ses Cartas sobre la prensa y la política militante de la República argentina, plus connues sous le nom de Cartas quillotanas, qui reçurent une réplique féroce de Sa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Sylvie LÉGER, « ALBERDI JUAN BAUTISTA - (1810-1884) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-bautista-alberdi/