Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DISTRIBUTION, économie

La gestion du commerce de détail

La position stratégique du commerce de détail, au contact direct de l'acheteur final, lui confère une importance particulière. La croissance du nombre de produits disponibles et la versatilité des préférences des consommateurs ont conduit à l'émergence de nouvelles formes de vente (grandes surfaces spécialisées, commerce électronique), et à une multiplication des enseignes pour chacune de ces formes de vente. En effet, le consommateur, qui considère que de nombreuses marques sont acceptables dans une même catégorie de produit, prend plaisir à changer de marque d'un achat à l'autre (théorie de la recherche de variété) ; seule une enseigne spécialisée dans une seule catégorie de produits peut alors proposer une offre suffisamment diversifiée pour satisfaire ce type de besoin.

La gestion du commerce de détail repose sur deux activités principales des entreprises : l'analyse des attentes et des comportements des clients, d'une part ; l'élaboration d'une stratégie d'offre pertinente, d'autre part.

L'analyse du comportement du client dans le commerce de détail

Le comportement de l'acheteur doit être analysé dans deux contextes distincts : la fréquentation du magasin et la fréquentation des circuits de vente à distance (vente par correspondance et surtout, désormais, commerce électronique).

Le cas des points de vente

Le comportement de choix d'un point de vente est déterminé par deux séries de facteurs principaux : des facteurs de localisation spatiale et des facteurs liés à la perception des points de vente. Les contraintes spatiales restent déterminantes de la fréquentation des magasins. À offre identique, un consommateur aura toujours tendance à choisir le point de vente le plus proche (de son domicile, de son lieu de travail). Il ne consentira à parcourir une plus grande distance que si le magasin lui offre des bénéfices importants.

Les plus anciens modèles de choix de point de vente, comme le modèle de Reilly-Converse, tenaient donc compte de l'attractivité du magasin (par exemple sa surface de vente, corrélée à l'importance de son assortiment) et d'un facteur de distance ou de temps de parcours. Mais la surface de vente est un indicateur limité de l'attrait que peut exercer un magasin : la perception par le consommateur du prix, de la qualité du service, de la spécialisation de l'offre va également influencer le choix d'une enseigne de préférence à une autre.

Des affinements ont été apportés au modèle spatial pour prendre en compte l'attitude du client à l'égard des différentes enseignes : les distributeurs qui cherchent à analyser la structure de leur clientèle utilisent aujourd'hui des modèles mathématiques comme le modèle de Huff, ou le modèle multiplicatif d'interaction concurrentielle. Ces modèles servent en particulier à analyser la zone de chalandise d'un point de vente, c'est-à-dire la région plus ou moins étendue depuis laquelle il puise sa clientèle.

Le cas de la vente à distance

L'analyse du comportement de fréquentation des circuits de vente à distance repose sur des méthodes différentes, qui font appel à des fichiers de clients. Les entreprises de vente par correspondance disposent de fichiers de plusieurs millions d'adresses de prospects et de clients. Chaque « adresse » est analysée (procédure de qualification, ou scoring) pour déterminer quels produits elle est susceptible d'acheter, à quelle période de l'année, et à quelle offre promotionnelle elle a une probabilité significative d'être sensible (réduction de prix, cadeau, jeu ou concours). Une analyse systématique des transactions réalisées avec chaque client est menée ; elle permet notamment de cerner le profil du client selon les caractéristiques de ses commandes : caractère plus ou moins récent, fréquence[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de sciences de gestion à l'université de Bourgogne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Vente au détail: typologie - crédits : Encyclopædia Universalis France

Vente au détail: typologie

Vente au détail en magasin - crédits : Encyclopædia Universalis France

Vente au détail en magasin

Canal de distribution: les intermédiaires - crédits : Encyclopædia Universalis France

Canal de distribution: les intermédiaires

Autres références

  • AGRICULTURE URBAINE

    • Écrit par Jean-Paul CHARVET, Xavier LAUREAU
    • 6 273 mots
    • 8 médias
    ...commercialisation privés ou associatifs comme les AMAP (associations pour le maintien de l’agriculture paysanne). On assiste par ailleurs à une pénétration de la grande distribution dans le domaine des circuits courts, comme le montrent les magasins O’tera qui se sont d’abord développés dans le nord de la France....
  • ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Économie agroalimentaire

    • Écrit par Jean-Pierre HUIBAN, Egizio VALCESCHINI
    • 7 359 mots
    • 6 médias
    Depuisla fin des années 1990, les enseignes de la grande distribution alimentaire ont considérablement renforcé leur position. Ce renforcement provient en premier lieu de leur concentration. Elles ont ainsi acquis un plus grand pouvoir de négociation vis-à-vis des agriculteurs et des industriels, en...
  • AMAP (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne)

    • Écrit par Jean-Paul CHARVET
    • 3 014 mots
    • 2 médias
    Dans les pays riches, les systèmes alimentaires alternatifs locaux et le système alimentaire industrialisé et globalisé de la grande distribution sont appelés à cohabiter sans que soit véritablement remise en cause la place nettement dominante acquise par ce dernier, les ordres de grandeur n’étant pas...
  • ASSURANCE - Évolution contemporaine

    • Écrit par Jean-Pierre AUDINOT, Universalis, Jacques GARNIER
    • 5 341 mots
    La distribution de l'assurance a enregistré au cours des années 1990 une profonde mutation. Jusqu'à la fin des années 1980, la distribution s'opérait soit directement par des salariés de l'entreprise d'assurances principalement pour ce qui concerne l'assurance vie, soit indirectement par des intermédiaires...
  • Afficher les 26 références

Voir aussi