Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DESSIN CONTEMPORAIN

Les dessins monumentaux

Quant aux dessins monumentaux imaginés par les artistes du land art – un mouvement apparu aux États-Unis à la fin des années 1960 – ils se servent de la nature tant comme support que comme matériau. Alors qu'il s'agit chaque fois d'opérations relativement lourdes en termes de gestion, leurs œuvres réalisées in situ, souvent destinées à n'exister que de manière éphémère, en appellent à un vocabulaire de formes rudimentaires dont la lecture suppose parfois une vision aérienne. Marinus Boezem fait écrire son nom dans le ciel au-dessus du port d'Amsterdam (Signing the sky, 1969) à l'aide des fumées blanches d'un petit avion à réacteurs qui se confondent peu à peu avec les nuages. Michael Heizer creuse le sol d'une saignée en forme de boucle (Isolated Mass, 1968) étayée en bois de l'intérieur. Richard Long élabore lors de ses périples à travers le monde tout un ensemble de signes géométriques élémentaires en disposant au sol pierres et morceaux de bois en ligne ou en cercle (A line in the Himalaya, 1975).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Philippe PIGUET. DESSIN CONTEMPORAIN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Sans titre</it>, 1962, C. Twombly - crédits : De Agostini/ Getty Images

Sans titre, 1962, C. Twombly

Voir aussi