DJĪLĀNĪ ou JĪLĀNĪ ‘ABD AL-QĀDIR (mort en 1166)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Docteur ḥanbalite et soufi d'origine persane, ‘Abd al-Qādir al-Djīlānī vécut à Bagdad. Il parvint à concilier l'orthodoxie avec le mysticisme. Il dirigea à Bagdad une école de la secte ḥanbalite et un ribāt (couvent) ; il réunit autour de lui un grand nombre de disciples qui répandirent par la suite ses idées. Pour Djīlānī, le savoir théologique et le raisonnement dogmatique n'ont pas de force sans le consentement du cœur. En revanche, le sentiment religieux que ne soutiennent pas des critères doctrinaux aboutit parfois à des déviations fort condamnables. Seule est durable l'union du cœur et de la raison.

Djīlānī exerça une grande influence par ses sermons simples, clairs et émaillés de citations coraniques. Il créa l'ordre des Qādariyya, qui est la première confrérie de derviches tourneurs. Ceux-ci pratiquaient en effet des exercices religieux, dont les litanies et la danse pivotante, pour favoriser l'extase.

Grâce à Djīlānī, le soufisme n'était plus entaché d'hérésie. Sa confrérie bénéficia de l'appui des gouvernants saldjūqides, qui voulaient utiliser à leur profit l'influence morale qu'exerçaient les Qādariyya sur les classes populaires.

Après la mort de Djīlānī, sa confrérie prit de plus en plus d'importance : elle constituait, à la veille de l'invasion mongole, l'une des composantes caractéristiques de l'islam. Les Qādariyya devinrent également majoritaires parmi les confréries de l'Inde musulmane et du Maghreb.

—  Sayed Attia ABUL NAGA

Écrit par :

  • : docteur ès lettres (Sorbonne), agrégé de l'Université, interprète à l'O.N.U., Genève

Classification


Autres références

«  DJILANI ou JILANI 'ABD AL-QADIR (mort en 1166)  » est également traité dans :

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'islam et l'obligation de l'instruction spirituelle »  : […] Selon une autre parole fondamentale de Muḥammad : « La recherche du savoir est une obligation pour tout musulman. » Ce hadīth est revendiqué par tous les « savants », et plus particulièrement par ceux qui sont éminemment « les héritiers » du Prophète, et dont la fonction est d'enseigner « la science des cœurs » (‘ ilm al-qulūb ), « la science de la gnose » (‘ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_15117

QĀDARIYYA ou QĀDIRĪYA

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 217 mots

Confrérie mystique, fondée par ‘Abd al-Qādir al-Djīlānī (ou Qīlānī), docteur ḥanbalite de Bagdād, mort en 1166. Comme toutes les confréries, elle se distingue, d'un côté, par son isnād initiatique — c'est-à-dire par la chaîne ininterrompue de shaykh (ou cheikh) qui relie son fondateur aux premiers maîtres du mysticisme musulman et à ‘Alī — et, de l'aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qadariyya-qadiriya/#i_15117

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 167 mots

Dans le chapitre « Les trois traditions »  : […] La notion de sainteté en islām peut être considérée selon une triple perspective : le sunnisme, le shī‘isme et le ṣūfisme. Pour la pensée sunnite – largement majoritaire –, seule est habituellement admise l'« intercession » (shafā‘a) du Prophète pour son peuple. Cela n'infirme point le respect dû aux « grands hommes de l'islām », entendons ceux dont la piété, la fidélité à la loi religieuse et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_15117

Pour citer l’article

Sayed Attia ABUL NAGA, « DJĪLĀNĪ ou JĪLĀNĪ ‘ABD AL-QĀDIR (mort en 1166) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/djilani-jilani/