DJALĀL AL-DĪN RŪMĪ ou GALAL AL-DIN RUMI (1207-1273)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète persan né à Balkh, dans le Khorasan, mort à Konya, où son père, Bahā al-Dīn Walad, théologien éminent, avait été invité par le sultan seldjoukide à diriger une madrasa. Après avoir passé plusieurs années d'études à Alep et à Damas, où il rencontra sans doute Ibn al-‘Arabī, Djalāl al-Dīn s'installe à Konya, où il enseigne la jurisprudence et la loi canonique, succédant ainsi à son père et entouré de disciples. C'est là qu'en 1244 une rencontre vient bouleverser sa vie : celle de Shams de Tabrīz, un derviche errant dont on ne sait que peu de chose mais qui devint son maître spirituel et exerça sur lui une influence décisive, qu'il résumait en ces termes : « Ma vie tient en ces trois mots : j'étais cru, j'ai été cuit, je suis consumé. » Lors de la disparition tragique de Shams, il institua le Samā', le concert accompagné de la danse caractéristique de la confrérie qu'il fonda, généralement connue en Occident sous le nom de derviches tourneurs.

Djalāl al-Dīn Rūmī (ou Galal al-Din Rumi), connu aussi sous le surnom de Mawlānā, a marqué d'une empreinte ineffaçable la pensée religieuse de l'islam. Elle comprend principalement, en prose, Le Livre du dedans (Fīhi-mā-fīhi, trad. franç. Eva de Vitray-Meyerovitch), recueil de propos sur des thèmes mystiques et philosophiques ; Les Sept Séances (Mad-jālis-e Sab‘ah) ; des Lettres (Maktūbāt) présentant un grand intérêt pour la connaissance de l'époque et les relations avec les Mongols. En poésie, Djalāl al-Dīn a laissé des Quatrains (Rubā‘īyāt) ; d'admirables Odes mystiques (Dīvān-e Shams-e Tabrīzī, trad. franç. E. de Vitray-Meyerovitch, avec la collab. de M. Mokri) dédiées à la mémoire du maître disparu ; et le Mathnawī (trad. franç. E. de Vitray-Meyerovitch), vaste théodicée de plus de vingt-cinq mille vers, qui a souvent été comparée à la Divine Comédie. Djalāl al-Dīn s'y propose essentiellement de transmettre un enseignement. « Notre Mathnawī, dit-il, est la boutique de l'Unité, et quoi que tu voies là, sauf l'Unique, n'est qu'une idole. »

Ce long poème se présente sous [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DJALAL AL-DIN RUMI ou GALAL AL-DIN RUMI (1207-1273)  » est également traité dans :

‘AṬṬĀR FARĪD AL-DĪN MUḤAMMAD B. IBRAHĪM dit (1119 env.-env. 1190)

  • Écrit par 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR
  •  • 1 307 mots

Dans le chapitre « Le fils du parfumeur »  : […] La personnalité d'‘Aṭṭār n'est saisissable qu'à travers son œuvre, les événements de son existence nous restant voilés. Il vécut à une époque où, en chrétienté, on édifiait le peuple en composant hagiographies, recueils de miracles et drames. Il passa sa vie à Neshāpūr, la ville de ‘Omar Khayyām, alors centre vital du Khorāsān, qui conserve la tombe de ‘Aṭṭār, 1190 est la date supposée de sa mort. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/farid-al-din-muhammad-b-ibrahim-attar/#i_15409

DERVICHES TOURNEURS

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 1 007 mots

On donne communément, en Occident, en raison de leur danse caractéristique, le nom de derviches tourneurs aux membres de la confrérie, ou ṭarīqa , des Mawlāwī, disciples de Mawlānā Djalāl al-Dīn Rūmī. Le terme arabe de ṭarīqa (signifiant « chemin », « voie ») a pris deux acceptions en mystique musulmane ; il désigne tantôt une méthode de direction spiri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derviches-tourneurs/#i_15409

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Thèmes privilégiés »  : […] Ces formes (dont les poètes modernes font éclater la rigidité) ne sont qu'un cadre pour des thèmes privilégiés, dont la note dominante est érotico-mystique, autour de cet « angélisme » uranien que Massignon appelait si bien « le désir du ciel, sans le désir de Dieu ». D'orthodoxie sunnite ou de tendance shī‘ite, le poète lyrique persan chante d'abord la beauté – qui, dans sa langue, n'a pas de gen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_15409

PERSE - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Christophe BALAY, 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR, 
  • Jean de MENASCE, 
  • Mohammad Djafar MOÏNFAR
  •  • 8 286 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'histoire de la littérature persane »  : […] La poésie persane a été maîtresse de tous ses genres dès le siècle qui a suivi sa naissance ; sans doute profitait-elle de l'expérience technique de sa devancière, la poésie arabe ; mais elle est d'abord le jaillissement de ce qu'a exprimé l'Iran au moment où il quittait une nourrice abusive : il se rappelait son passé et se mettait à n'accepter que par choix ce qui lui était venu dans la confusio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-langues-et-litteratures/#i_15409

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La littérature orale »  : […] Bien que les documents sur la littérature turque orale de l'époque des Seldjoukides soient quasi inexistants, il est possible d'en reconstituer les traits dominants par recoupement, car on connaît la poésie des Turcs anciens grâce au dictionnaire turc-arabe de Mahmoud-al-Kachgârî (1072) et, plus tardivement, grâce aux premiers recueils manuscrits ottomans se rapportant aux siècles précédents. Ain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_15409

Pour citer l’article

Eva de VITRAY-MEYEROVITCH, « DJALĀL AL-DĪN RŪMĪ ou GALAL AL-DIN RUMI (1207-1273) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/djalal-al-din-rumi-galal-al-din-rumi/