DÉPRESSION, météorologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les dépressions thermiques

Les dépressions thermiques se développent généralement dans les régions bénéficiant d’un meilleur ensoleillement ou d’une meilleure capacité à absorber le rayonnement solaire que les régions voisines. Moins dense que son environnement, l’air réchauffé au contact de la surface monte sous l’effet de la poussée d’Archimède, ce qui réduit la pression exercée à cet endroit. Un tel processus est renforcé lorsque des nuages se forment et que la condensation de la vapeur d’eau libère de grandes quantités de chaleur latente contribuant à réchauffer et à alléger un peu plus l’air ascendant. Dans la suite de cet article, la densité de l’air sera assimilée à sa température, en admettant que l’air chaud est plus léger (moins dense) que l’air froid. Il convient toutefois de rappeler qu’il s’agit d’une approximation car, même si la température joue un rôle important sur la densité, d’autres facteurs interviennent. Ainsi, à température et à pression constantes, une masse d’air contenant une grande proportion de vapeur d’eau est moins dense qu’une masse d’air en contenant peu. Ce qui peut être suffisant pour déclencher son soulèvement et la formation d’une dépression, sans la présence d’une différence de température.

Pour caractériser les déplacements ascendants de l’air qui accompagnent une dépression thermique, on parle de convection. Lorsque ces déplacements sont limités et ne sont pas accompagnés de nuage, on a affaire à des cheminées ascendantes encore nommées « thermiques ». Leurs vitesses verticales peuvent atteindre plusieurs mètres par seconde, leurs diamètres horizontaux quelques centaines de mètres et leurs sommets dépassent rarement deux kilomètres de hauteur. On les devine en observant les oiseaux ou les planeurs qui profitent de leur présence pour se maintenir en l’air, parfois pendant plusieurs heures.

L’effet des dépressions thermiques de petite échelle peut aussi être illustré par le phénomène de brise (brise de terre, de mer, de lac, de pente, de vallée…) qui se développe dans les régions de fort contr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Brise de mer et brise de terre

Brise de mer et brise de terre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer

Pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer
Crédits : J.-P. Chalon d'après William M. Connolly

photographie

Le typhon Phanfone, 2014

Le typhon Phanfone, 2014
Crédits : Goddard Space Flight Center/ NASA

photographie

Effet de fœhn

Effet de fœhn
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉPRESSION, météorologie  » est également traité dans :

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 100 mots
  •  • 5 médias

On donne le nom d'anticyclone à une région de l’atmosphère où la pression est plus élevée que dans les régions avoisinantes situées à une même altitude. À l’inverse, les dépressions (ou cyclones) correspondent à des zones où la pression est minimale. Anticyclones et dépressions ont une forte influence sur le vent et les perturbations météorologiques. On parle de centres d’action lorsqu’ils atteig […] Lire la suite

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 798 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La convection forcée »  : […] Dans une atmosphère en instabilité convective conditionnelle, le soulèvement provoqué par un forçage dynamique peut être suffisant pour déclencher cette instabilité et donner naissance à des nuages convectifs développés. Le repérage des zones de possible forçage est souvent utile pour surveiller les situations à risque. La présence près du sol de zones de convergence des vents est un élément qui p […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La mousson chinoise »  : […] L'été en Chine est uniformément chaud et humide, tropical, jusqu'à 45 0 de latitude nord. Les basses pressions, centrées sur l'Asie centrale, attirent en effet jusqu'à ces latitudes moyennes l'alizé austral : Pékin (Beijing) accuse en juillet 26,3  0 C et 218 mm de pluie, Shanghai 27  0 C et 121 mm de pluie, Canton (Guangzhou) 28,4  0 C et 270 mm de pluie. Chinois, Coréens (et Japonais) distingue […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 715 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les transferts de chaleur par convection thermique : cellules convectives »  : […] Une fois le niveau (ou altitude) de convection libre atteint, les parcelles subissent une poussée vers le haut proportionnelle à l’écart qui existe entre leur température interne et celle du milieu environnant (voir équation 3). Leur vitesse verticale  w augmente et elles accumulent de l’énergie cinétique ( E c   = ½m.w 2 ), jusqu’à rencontrer une altitude à partir de laquelle leur température de […] Lire la suite

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 4 982 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le climat et les risques naturels »  : […] Le bassin des Caraïbes est situé dans le domaine tropical, caractérisé par des moyennes de température élevées, qui présentent un écart faible entre le jour et la nuit et entre les saisons et une pluviosité répartie entre une saison humide et une saison sèche. Certaines régions, placées « sous le vent » par rapport aux alizés (vents dominants qui viennent de l'est dans les Antilles), souffrent de […] Lire la suite

CYCLONES TROPICAUX

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 085 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les effets d'un cyclone »  : […] Toujours associé à une profonde dépression tropicale, le cyclone est un phénomène météorologique de grande ampleur. Quasi circulaire, la zone cyclonique a un diamètre généralement compris entre 200 et 500 kilomètres, mais certains cyclones peuvent être de plus grande envergure, comme le cyclone tropical Georges (septembre 1998), d'un diamètre de 800 kilomètres. Les différents services météorologi […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT GLOBAL

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La circulation générale de l'atmosphère »  : […] Les traits essentiels de la circulation de l'atmosphère suivent trois schémas  : la circulation dite de Hadley aux faibles latitudes (jusqu'aux 35 0 nord et sud), la circulation des moyennes latitudes, la circulation des régions polaires. Toujours fort dans la zone intertropicale, l'apport solaire varie fortement entre été et hiver aux moyennes latitudes, encore plus dans les régions polaires. Fa […] Lire la suite

FRONT, météorologie

  • Écrit par 
  • Bernard GOSSET
  •  • 2 240 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Perturbations extratropicales »  : […] Le front polaire de l'Atlantique nord, qui, en moyenne, s'étend des côtes orientales des États-Unis d'Amérique au nord-ouest de l'Europe, a été étudié en détail par les météorologistes norvégiens. Sur ce front se développent des ondulations accompagnées d'un temps perturbé. Celles-ci et les divers phénomènes qui s'y rattachent (systèmes nuageux, hydrométéores) sont appelées perturbations du front […] Lire la suite

INONDATIONS

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 4 241 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les inondations liées aux cyclones »  : […] Une zone de dépression atmosphérique, comme une forte tempête ou un cyclone, a pour effet d'élever le niveau de la mer. Ainsi, un cyclone peut faire monter le niveau de la mer de 8 ou 9 mètres. Cet effet peut être catastrophique, lorsque ces dépressions, poussées de plus par des vents violents, arrivent sur les côtes d'un pays plat. Or certaines régions du globe sont si basses, quand elles ne son […] Lire la suite

MASSES D'AIR

  • Écrit par 
  • Bernard GOSSET
  •  • 1 789 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Mouvement des masses d'air. Naissance des perturbations »  : […] La simple action de la pesanteur entraîne donc un mouvement de l'air froid vers l'équateur et un soulèvement de l'air plus chaud, dirigé vers les latitudes supérieures. Il faut noter, d'autre part, qu'une masse d'air parvenant sur une surface plus chaude que celle où elle évoluait précédemment devient instable, et inversement. La rotation de la Terre fait intervenir un effet complémentaire dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « DÉPRESSION, météorologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-meteorologie/