ROCHE DENIS (1937-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris le 21 novembre 1937, Denis Roche est directeur littéraire aux éditions Tchou de 1964 à 1970. Il devient par la suite membre du comité éditorial des éditions du Seuil.Si, dans les années 1950, les seuls noms de Bonnefoy, Schehadé ou Pichette avaient été synonymes de renouvellement de la poésie moderne, vers la fin des années 1960 apparaissent plusieurs œuvres réaffirmant la liberté audacieuse du vers. Après les recueils de Michel Deguy paraissent successivement Amen de Jacques Réda, E de Jacques Roubaud, Cyprès de Jude Stefan, Interdit est mon opéra de Lionel Ray, et surtout Éros Énergumène de Denis Roche (1968), le plus radical d'entre eux. Dans son cas, en effet, il s'agit d'une volonté de destruction — qui évoque parfois Dada — de l'ancien outil métrique considéré comme un véhicule facile de la poésie sentimentale, langagière, éculée. Le vers révélait en lui-même ses propres artifices, dénonçant ses manies et ses habitudes, réduit en quelque sorte à son négatif. Cette entreprise se lie à un travail théorique entrepris par la revue Tel Quel : Denis Roche fait partie de son comité de rédaction de décembre 1962 à septembre 1973, date à laquelle il démissionne, à la suite du colloque Artaud/Bataille de 1972. Proche de Ponge par certains côtés, il ne cesse durant cette période de questionner la logique de l'œuvre poétique, faisant à l'occasion des disciples, naïfs ou avertis – ainsi Christian Prigent ou Jean-Pierre Verheggen. Briser le vers, ridiculiser la pompe poétique, dénoncer l'alibi scriptural, récuser la notion quasi théologique d'auteur, détruire pour un nouvel ordre, telles étaient donc les fins poursuivies par Roche à travers une série de cinq recueils publiés de 1962 (Forestière amazonide) à 1972 (Le Mécrit), date à laquelle celui-ci dit adieu à la poésie (ces œuvres seront rassemblées en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROCHE DENIS (1937-2015)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La pose de l'introspection »  : […] En faisant de sa vie privée l'élément essentiel de son œuvre, le Japonais Nobuyoshi Araki expérimente dès le début des années 1970 un emploi singulier de la photographie. Systématiquement datée, celle-ci devient la compagne de tous les instants vécus que résume la monographie Moi, la vie, la mort (2007). Modèle de toute une génération de jeunes photographes, l'œuvre essentiellement autobiographi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_80423

Pour citer l’article

Jude STÉFAN, « ROCHE DENIS - (1937-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-roche/