DEEP BLUE, superordinateur

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’enjeu : qu’est-ce que l’intelligence ?

Les controverses qui s’ensuivent sont aussi intéressantes que le tournoi lui-même.

Des experts minimisent la portée de la défaite de Kasparov qui a effectivement moins bien joué qu’à son habitude (il aurait été perturbé par un mouvement aberrant de Deep Blue à la fin de la première partie, dû à un bug dans le logiciel, mais qu’il aurait interprété comme un signe de suprême intelligence). Toutefois, cet argument perd sa validité à mesure que les ordinateurs deviennent plus puissants. Plus important, certains mettent en question la valeur intellectuelle des échecs, jeu où la force brute peut l’emporter : un ordinateur comme Deep Blue est capable d’envisager, par seconde, deux cent millions de variantes avec leurs conséquences, tandis qu’un humain réfléchit plus en finesse. La force brute de calcul déployée par Deep Blue reste en effet très loin de la vision des promoteurs pionniers de l’intelligence artificielle (IA), qui rêvaient d’une intelligence artificielle beaucoup plus proche du fonctionnement intuitif du cerveau humain. Cette controverse rejoint d’anciennes réflexions philosophiques sur la nature de l’intelligence, qui ne se réduit pas à la rationalité mécanisable.

Rejeter le jeu d’échecs comme test d’intelligence est une réaction typique des détracteurs de l’intelligence artificielle : si un problème peut être résolu par une machine, on cesse de le considérer comme relevant de l’intelligence au sens le plus élevé. Mais ce rejet a une réelle pertinence, puisqu’il contribue à définir plus précisément les différentes acceptions de l’intelligence. Par ailleurs, cette histoire est un bon exemple de programme de recherche, d’agenda intellectuel, qui oriente les efforts scientifiques en leur donnant un but, même symbolique (il n’y a pas d’enjeu stratégique dans la victoire d’un ordinateur aux échecs). Elle illustre aussi l’importance du jeu à l’origine de maints développements techniques, depuis la turbine à vapeur (ou éolip [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DEEP BLUE, superordinateur  » est également traité dans :

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 5 073 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Applications de l’intelligence artificielle »  : […] Beaucoup de réalisations mettant à profit des techniques d’intelligence artificielle dépassent les facultés humaines. Ainsi, l’ordinateur Deep Blue a vaincu en 1997 le Russe Garry Kasparov , alors champion du monde en titre au jeu d’échecs. Depuis, d’autres machines l’ont emporté sur l’un des meilleurs joueurs de go au monde – le Sud-Coréen Lee Sedol (2016) – et sur d’excellents joueurs de poker ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-artificielle-ia/#i_56804

KASPAROV GARRY (1963- )

  • Écrit par 
  • Pierre BARTHÉLÉMY
  •  • 1 086 mots

Champion d'échecs russe, considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de tous les temps. Lorsqu'il naît le 13 avril 1963 à Bakou, dans ce qui est alors la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan, Garry Kasparov s'appelle Weinstein. Son père est juif, sa mère arménienne et tous deux aiment les échecs, sport national en U.R.S.S. La légende raconte que le petit Garry apprend à jouer avant s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/garry-kasparov/#i_56804

Pour citer l’article

Pierre MOUNIER-KUHN, « DEEP BLUE, superordinateur », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deep-blue-superordinateur/