DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la décroissance au refus du développement et du progrès

Il n'existe pas un corpus unique et cohérent théorisant la décroissance, entendue comme une diminution de la production. On peut néanmoins dégager un axe principal et fédérateur du courant de la décroissance, c'est celui de la critique radicale du développement et du progrès, allant même jusqu'à récuser définitivement ces notions.

Le premier argument invoqué, notamment par François Partant, Serge Latouche et Gilbert Rist, est de constater que le développement fut, au cours de l'histoire moderne, à partir du xvie siècle, le vecteur de la domination occidentale sur le reste du monde. Domination économique, politique, souvent militaire et surtout culturelle qui a désintégré les économies et les sociétés traditionnelles, sans que les populations ainsi déstructurées et acculturées aient pu, dans leur grande majorité, accéder aux bienfaits supposés du développement.

Ces auteurs récusent ensuite la distinction traditionnelle faite par les économistes du développement entre croissance et développement, la première étant la condition nécessaire mais non suffisante du second, celui-ci intégrant les aspects qualitatifs de l'amélioration du bien-être. Le motif est que, historiquement, on n'aurait jamais constaté l'une sans l'autre, provoquant les mêmes dégâts. Les théoriciens de la décroissance assimilent ainsi l'ensemble de l'économie du développement au paradigme de l'économiste libéral Rostow qui, en 1960, a défini les « cinq étapes de la croissance » conduisant nécessairement au bien-être. Ils assimilent donc ainsi toutes les théories et les stratégies de développement, aussi hétérodoxes qu'elles aient prétendu être, à ce modèle linéaire dans lequel il est impossible de distinguer croissance et développement, pour le meilleur et pour le pire, le bilan étant nettement défavorable.

Il en résulte une dénonciation catégorique du développement « durable », « soutenable », « humain » ou associé à un quelconque autre qualificatif, car il s'agit, selon le mot de Latouche, d'un oxymore. Le développement ne peut être autre que [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages



Médias de l’article

David Ricardo

David Ricardo
Crédits : AKG

photographie

Thomas Malthus

Thomas Malthus
Crédits : Hulton Getty

photographie

John Stuart Mill

John Stuart Mill
Crédits : Hulton Getty

photographie

Karl Marx

Karl Marx
Crédits : Courtesy of the trustees of the British Museum

photographie

Afficher les 7 médias de l'article





Écrit par :

  • : maître de conférences d'économie à l'université de Bordeaux-VI, président de l'association Attac France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie HARRIBEY, « DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance-critique-de-la/