DAOJI [TAO-TSI] ou SHITAO [CHE T'AO] (1641-env. 1720)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les métamorphoses d'un peintre éclectique

Les renseignements biographiques dont on dispose au sujet de Shitao sont pauvres et fragmentaires et ne permettent que malaisément de cerner une personnalité qui semble avoir été complexe et multiforme. On se heurte aux ambiguïtés de cet aristocrate orgueilleux qui resta toujours très conscient de ses ascendances impériales, mais ne répugna pas à faire la cour aux parvenus du nouveau régime, de ce moine qui tient à préciser qu'il n'a pas la tête rasée et demande qu'on ne le considère que comme un peintre. Protéiforme, il l'est surtout dans sa peinture : dans toute l'histoire de la peinture chinoise, on trouverait difficilement un artiste qui ait utilisé un registre aussi large et aussi déconcertant de métamorphoses stylistiques (le précepte de la métamorphose, ou transformation, constitue d'ailleurs un des grands thèmes théoriques de ses Propos sur la peinture). Servi par sa virtuosité technique et sa culture classique, il se plaît à pasticher la peinture des Anciens, à la désintégrer, à la transformer ; dans ses procédés, il passe délibérément d'un extrême à l'autre : de la technique posée et minutieuse à l'exécution fruste et brutale, des fausses naïvetés de l'archaïsme à l'audace moderne, tantôt sauvage, tantôt subtil et coulant, tantôt âpre et cassant. Moins à l'aise dans les grands formats, où la qualité de l'exécution n'est pas toujours à la mesure de la conception, il est incomparable dans le feuillet d'album où, par magie, les impondérables accidents de quelques taches d'encre suffisent à suggérer un microcosme aux ressources inépuisables. La singularité qui l'amena à signer ses peintures de plus de trente surnoms est très significative : ce Moi créateur dont il entendait substituer la radicale autonomie à l'enseignement des écoles et au respect des traditions se voulait véritablement universel et innombrable.

Chez lui, le théoricien reflète par son éclectisme cette préoccupation d'universalité : il réconcilie les données fondamentales de la cosmologie antique, du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme Chan pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  DAOJI [ TAO-TSI ] ou SHITAO [ CHE T'AO ] (1641-env. 1720)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « La dynastie Qing (1644-1911) »  : […] Sous le nom dynastique de Qing, les Mandchous réussirent à se maintenir en Chine près de trois siècles. Trois souverains de valeur se succédèrent de la seconde moitié du xvii e  siècle à la fin du xviii e  : Kangxi (1662-1722), Yongzheng (1723-1735) et Qianlong (1736-1796). L'ensemble du palais impérial de Pékin avait été incendié à la chute des Ming en 1644, les empereurs mandchous le restaurèren […] Lire la suite

GONG XIAN [KONG HIEN] (av. 1599-1689) ET KUNCAN [K'OUEN-TS'AN] (1612-av. 1680)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 305 mots

Dans le chapitre « Le théoricien et l'artiste »  : […] Les théories picturales de Gong Xian se trouvent consignées dans un traité Les Secrets de la peinture – Hua jue – ainsi que dans les nombreuses inscriptions tracées par l'artiste sur ses œuvres. Le traité est constitué en fait par une compilation des notes que Gong Xian avait écrites en marge des esquisses et démonstrations graphiques destinées à ses élèves, aussi présente-t-il un caractère d'ini […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « DAOJI [TAO-TSI] ou SHITAO [CHE T'AO] (1641-env. 1720) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/daoji-shitao/